Accueil | Thèma | Voix Bled | Bab el Oued | Recherche sur le site | Journaux | Réunions | Ecrire | Retour élections 2022|

 


 

Le voyage éclair d'Emmanuel Macron en Algérie le 6 décembre 2017, la revue de presse.

 


 

 

 

https://www.marianne.net/debattons/tribunes/boualem-sansal-l-algerie-c-est-la-france-et-la-france-c-est-l-algerie

 

Boualem Sansal : "L'Algérie, c'est la France, et la France, c'est l'Algérie !"

 

 

Publié le 06/12/2017 à 08:30

 

Si on fait le bilan, nous avons, d'un côté, en France de 1 à 2 millions de pieds-noirs qui se sont parfaitement organisés pour entretenir en eux la mémoire de l'Algérie française, leur pays perdu, trahi, disent-ils, qui n'ont de cesse de chercher à comprendre comment cela a pu être possible et qui observent avec une grande acuité l'horizon entretenant l'espoir qu'un jour une lumière apparaisse et les guide vers les rivages du pays aimé. Ajoutons les harkis que le seul mot «Algérie» plonge dans d'indescriptibles émotions. Ajoutons les juifs, peu nombreux mais très actifs, arrivés dans l'Algérie berbère avant tout le monde, avant les Français, les Turcs, les Arabes, les Byzantins, les Romains. Ajoutons les millions de Français qui ont séjourné dans l'Algérie française, eu des relations fortes avec elle, des militaires qui ont crapahuté dans ses maquis, des fonctionnaires qui ont œuvré dans ses services publics, et d'autres encore, innombrables, qui après l'indépendance ont travaillé dans la coopération en Algérie (volontaires du service national actif, enseignants, médecins, ingénieurs...). Ajoutons ceux, très nombreux aussi, qui s'intéressent à l'Algérie pour mille et une raisons.

 

Ajoutons enfin les millions d'Algériens nés en France, les naturalisés et ceux qui ont une carte de séjour, souvent dans des ambiguïtés qu'ils ont du mal à résoudre. Ils se sentent français ou algériens ou les deux, ou ni l'un ni l'autre, selon la météo politique du moment.

 

Au total, cela fait plus de la moitié de la population française. L'autre moitié étant constituée en fait des tout jeunes, pour lesquels l'Algérie, c'est seulement le pays de leurs copains de classe, ou c'est l'Algérie de papa, ou le pays du Français le plus aimé des Français, Zinédine Zidane, ou de l'Algérien le plus algérien de tous les Algériens, Roger Hanin, mort en France et enterré chez lui, à Alger, au cimetière juif de Saint-Eugène.

 

Conclusion 1 : en France, l'Algérie, c'est la France.

 

En Algérie, la situation est aussi compliquée, les Algériens ne se ressemblent pas tous. Pour plus de la moitié d'entre eux, la France, c'est l'Algérie... L'Algérie officielle plutôt que l'Algérie souffrante qui, elle, se contenterait de simples visas. L'Algérie officielle est résolument française, elle possède un passeport français, accumule du bien partout en France, fréquente les meilleurs restos, les meilleures écoles, se soigne dans les meilleurs hôpitaux, et réclame toujours plus, ce qu'elle obtient aussitôt grâce à son arme secrète : la demande de repentance et le divorce.

 

Conclusion 2 : en Algérie, la France, c'est l'Algérie.

 

Si vous ne souhaitez pas voir de publicité basée sur des données comportementales anonymes, vous pouvez le demander conformément à la régulation OAB.

 

Emmanuel Macron devrait étudier sérieusement cette histoire avant d'aller à Alger. M. Bouteflika est vieux et impotent, mais l'histoire, il la connaît, lui, mieux il l'a faite... Et il continuera de la faire si Allah veut bien lui accorder un cinquième mandat.

 


 

http://www.elwatan.com/-00-00-0000-358024_141.php

 

Mostaganem : Conférence sur les crimes du 17 Octobre 1961

 

le 05.12.17 | 12h00 Réagissez

 

 

Dans la matinée de la troisième journée du panorama du film sur la Révolution, à la salle Cheikh Hamada de Mostaganem, l’historien français, spécialiste du colonialisme français, Gilles Manceron a animé une conférence sur les militants, dont la revendication est l’officialisation de la date du 17 Octobre comme journée commémorative à la mémoire des victimes des massacres du 17 Octobre 1961 à Paris.

 

En guise d’introduction, un court métrage de 14 minutes a été projeté, intitulé 50 ans après, je suis là, réalisé par l’historien français, où l’on voit des Algériens habitant en France réunis pour commémorer lesdits massacres, où près de 200 Algériens ont été fusillés et noyés dans la Seine, à Paris.

 

«Il est temps pour la France de se réconcilier avec son passé en avouant son passé sanguinaire et en reconnaissant ses crimes contre l’humanité commis durant la guerre d’Algérie pour renouer une vraie amitié avec l’Algérie», déclare Gilles Manceron lors de son intervention. L’historien avait également souligné l’importance du travail des historiens, en invitant ses confrères algériens à accentuer les recherches sur la période de la guerre d’Algérie en jugeant que cette histoire n’a pas fini de nous raconter des événements intéressants.

 

«C’est le devoir de tous les historiens, français et algériens, d’écrire sur cette période noire pour que les générations suivantes ne recommencent pas les mêmes erreurs commises dans le passé», explique-t-il.  

https://blogs.mediapart.fr/henri-pouillot/blog/051217/emmanuel-macron-en-algerie-le-6-decembre


 

Emmanuel MACRON en Algérie le 6 décembre

 

    5 déc. 2017 Par Henri POUILLOT Blog : http://www.henri-pouillot.fr

 

Selon la presse algérienne, unanime, Emmanuel Macron est attendu de pied ferme en Algérie le 6 décembre 2017, et tout spécialement sur les questions de mémoire.

 


PCF

 

 

Le président Emmanuel Macron confirmera-t-il la position qu’il avait adoptée quand il était en campagne pour la présidentielle française ? C’est avec dans ses bagages la phrase choc – "La colonisation est un crime contre l’humanité"– prononcée lors de sa campagne électorale, qu’Emmanuel Macron arrive à Alger ce mercredi 6 décembre...

 

Un long article de El Watan (voir) établit la liste des principaux points pour lesquels les Algériens attendent que la France réponde enfin.

 

Il est peu probable que le chef de l’État s’engage plus avant, et il est à craindre que les déclarations du candidat Macron seront, hélas une fois encore, contredites par les actions du président Macron. Il suffit de se remémorer les "réponses" qu’il a données que ce soit au sujet de la demande de reconnaissance du crime d’état du 17 octobre 1961 ou de la "disparition" de Maurice Audin, à la suite des lettre ouvertes qui lui ont été adressées à l’Élysée.

 

Et un article de Observalgerie complète cette appréciation :

 

Le président français Emmanuel Macron, élu au mois de mai dernier, effectuera sa première visite en Algérie en tant que chef d’État le 06 décembre prochain. Il sera notamment accompagné de la première dame française, Brigitte Macron.

 

Selon des sources concordantes, le président français atterrira le 06 décembre prochain à 10H00 à Alger, où il sera accueilli par le président du Conseil de la nation Abdelkader Bensalah. Le président français effectuera ensuite un passage par la rue Larbi Ben M’hidi (ex rue d’Isly) avant de se diriger en compagnie de son épouse à la Fac centrale d’Alger, a-t-on appris des mêmes sources. (1)

 

Le président français devrait s’entretenir ensuite avec le premier ministre Ahmed Ouyahia, avant d’être reçu par le chef de l’État Abdelaziz Bouteflika et de reprendre l’avion aux environs de 23H00 en direction de la capitale qatarie Doha.

 

Ainsi, la visite d’Emmanuel Macron sera relativement courte, et le président français ne devrait par conséquent pas s’exprimer sur des questions importantes telles que le passé colonial de son pays en Algérie ou encore les droits des immigrés algériens en France.

 

(1) A cette occasion reprendra-t-il cette phrase exprimée à Toulon "Je vous ai compris" à l’attention des nostalgiques de l’Algérie Française. C’est dans cette rue que le 26 mars 1962, suite à une manifestation organisée par l’OAS qui voulait remettre en cause le cessez-le-feu une semaine avant que cette organisation terroriste faisait tirer sur les militaires français : bilan d’environ 70 morts

 


 

http://www.lejdd.fr/international/maghreb/abdelaziz-bouteflika-recoit-son-quatrieme-president-francais-emmanuel-macron-3510167

 

Abdelaziz Bouteflika reçoit son quatrième président français, Emmanuel Macron

 

13h57 , le 5 décembre 2017

 

Abdelaziz Bouteflika accueillera mercredi Emmanuel Macron pour une visite éclair qui tranche avec les grandes retrouvailles habituelles entre la France et l’Algérie.

Abdelaziz Bouteflika, lors de l'une de ses dernières apparitions publiques, le 23 novembre dernier à l'occasion du scrutin législatif. (Abaca)

 

Les chefs d'Etat français changent et lui, à 80 ans, est toujours là. En 2001, déjà, Abdelaziz Bouteflika recevait Jacques Chirac venu dire sa solidarité avec les victimes des inondations meurtrières de Bab el-Oued. Nicolas Sarkozy et François Hollande, eux, avaient tenu à débarquer en début de mandat pour des visites lourdes de symbole. Cette fois-ci, Emmanuel Macron déroge à la tradition et ne vient que pour quelques heures. S'il n'est pas prévu de grand discours, comme ses prédécesseurs l'avaient fait, pour redéfinir la relation franco-­algérienne, il devrait s'exprimer sur sa volonté "d'apaiser les mémoires et de tourner la page du passé", indique l'Elysée.

Emmanuel Macron entend parler à "l'Algérie de demain"

"L'Algérie possède une double frontière décisive pour la France, l'une sur la Méditerranée, l'autre sur des pays aussi cruciaux que le Mali, le Niger, la Libye et la Tunisie, signale l'historien et président du musée de l'Immigration Benjamin Stora, qui sera du voyage. Bouteflika est toujours aux commandes sur ces sujets-là, la politique africaine de l'Algérie, c'est lui."

Même si sur le plan de la politique intérieure, cette présidence est gangrenée par "des réseaux extra-constitutionnels", sous-entendu par le frère du rais, Saïd, et ses relations d'affaires ; comme le dénonce l'ex-­Premier ministre Ali Benflis, passé dans l'opposition. "On fait avec ce que l'on a", dit-on à Paris, où Emmanuel Macron, premier président français né après les accords d'Evian, entend dépasser cette réalité pour parler à "l'Algérie de demain".


 

https://www.ladepeche.fr/article/2017/12/06/2699050-rapatries-attendent-visite-president-francais.html

Publié le 06/12/2017 à 07:55

Ce que les rapatriés attendent de la visite du président français

International

 

Sur le front de mer à Alger./Photo DDM, archives P.C.

 

L'Occitanie fut l'un des pôles majeurs de l'arrivée en métropole des Français et Européens d'Algérie, en 1962. La terreur qui suivit les accords d'Evian et les massacres d'Oran firent fuir 500 000 personnes cet été-là, sur un total de près d'un million, dont la majorité était française « sans jamais avoir vu la France», rappellent ceux qui découvrirent alors qu'ils étaient les « pieds-noirs » pour leurs compatriotes. Pour le seul mois de juillet, ils furent ainsi 8 500 à débarquer à Port-Vendres et l'administration les recenserait bientôt « plus de 80 000 en Languedoc-Roussillon» et « 85 275 en Midi-Pyrénées », en 1964.

Du passé ? Une mémoire toujours vive… a fortiori lorsque « les propos d'Emmanuel Macron sur la colonisation» pendant la campagne ont été « ressentis comme une insulte par nous comme par les harkis », rappellent nombre de blogs associatifs. Et que toute visite présidentielle en Algérie remet les plaies à vif, étant quasiment marquée d'un « péché originel » depuis le «Je vous ai compris» du général de Gaulle, en 1958.

« Lorsqu'il est venu à Oran, le 6 juin, j'étais lycéenne et nous y sommes allés enthousiastes. Français, Arabes, on l'a accueilli comme un sauveur, on imaginait qu'il ferait de l'Algérie un protectorat…», se souvient Marie-Thérèse, 76 ans. « Il nous a trahis », tranche Guy, son mari, dans leur pavillon d'Albi. L'un et l'autre avec la blessure toujours présente d'avoir dû fuir leur paradis de Béni-Saf « la rouge », petit port « de gauche », au bord de la Méditerranée.

Quand Giscard fut le premier à se risquer en Algérie, après ? « On avait tellement été déçus que ce voyage est resté un vide pour nous, tant nous étions dans le refoulement du passé à cette époque, pour essayer de guérir de l'Algérie, mais on n'en guérit jamais ».

Puis ce fut François Mitterrand, en 1981. « Il avait dit l'Algérie, c'est la France, il disait à présent le passé, c'est le passé. J'étais d'accord… mais au village, trois familles étaient parties pour prendre l'avion à Oran, jamais arrivées, jamais revues. Il faudrait quand même qu'un jour Paris et Alger reconnaissent enfin les victimes des deux côtés, non ?», interroge Marie-Thérèse.

Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande, avec chacun sa phrase sans un mot pour eux «le petit peuple», Emmanuel Macron… « Non, franchement, ça fait longtemps qu'on n'attend plus rien de ces visites et ça nous a profondément blessés d'être assimilés à un « crime contre l'humanité ». Nous sommes contre le système de repentance, je n'ai d'excuse à présenter à personne, je n'ai fait de mal à personne. Nous amis algériens nous ont fêtés quand nous y sommes retournés en 1985. Par contre, si le gouvernement a des choses à se reprocher parce que Français d'Algérie et Algériens, tout le monde y a perdu, qu'ils le disent enfin…», reprennent Marie-Thérèse et Guy. Répétant, « cette visite, on n'en attend rien ».

Jean-Paul, d'Oran ne veut « même plus en parler », considérant «qu'une fois de plus la France va s'exonérer de ses propres fautes pour laisser porter le fardeau de ses erreurs à une poignée de malheureux qui ont tout perdu ». Rien de rien, confirment les pieds-noirs contactés. « Tous nos amis, aussi », reprend Guy. Marie-Thérèse corrige… « Ou plutôt si, j'attends une chose : que le président Macron tienne aux Algériens le même discours qu'aux Burkinabé. Ils ont voulu l'indépendance, maintenant il faut travailler d'état responsable à état responsable et ne plus résumer la France soit à une ennemie soit à des visas », conclut-elle.

À Alger, certains dessins de Dilem ne disent pas autre chose.

Pierre Challier


 

http://www.lepoint.fr/monde/macron-a-alger-pour-reveiller-les-liens-historiques-franco-algeriens-06-12-2017-2177551_24.php

 

Macron à Alger en "ami" refuse d'être "otage du passé"

AFP Modifié le 06/12/2017 à 21:17 - Publié le 06/12/2017 à 05:05 | AFP

 

Macron à Alger en

Macron à Alger en "ami" refuse d'être "otage du passé" © AFP / ludovic MARIN POOL/AFP

 

L'Algérie et la France doivent avoir "des relations beaucoup plus développées qu'aujourd'hui", a souhaité mercredi le président français Emmanuel Macron, en appelant à ne pas rester "otages" du passé douloureux entre les deux pays.

"C'est une histoire nouvelle qui s'écrit", a affirmé M. Macron en terminant sa première visite en tant que président en Algérie qui, si elle n'a duré qu'une douzaine d'heures, a été particulièrement dense.

Le président français a notamment rencontré durant une heure son homologue Abdelaziz Bouteflika, 80 ans, dans sa résidence médicale à l'ouest d'Alger. Affaibli par les séquelles d'un AVC survenu en 2013, qui a affecté sa mobilité et son élocution, ce dernier, au pouvoir depuis 1999, reçoit peu de dignitaires étrangers. Il a invité M. Macron à revenir pour une "visite d'Etat", donc plus longue, en 2018.

"L'ambition que j'ai pour la relation entre l'Algérie et la France n'a rien à voir avec ce qu'on a fait depuis des décennies", a déclaré le chef de l'Etat, premier président de la Ve République à être né après la Guerre d'Algérie (1954-1962).

De ce fait, "je ne suis pas bloqué, je suis très décomplexé" par rapport à ce passé, a-t-il ajouté devant la presse. "Le piège est de rester dans le déni et de ne jamais en parler, ou d'être dans la repentance et de ne jamais en sortir. Le coeur de notre relation c'est de reconnaitre ce qui a été fait de bien comme de mal. J'ai reconnu avec beaucoup de force le mal qui a été fait", a-t-il précisé dans un entretien au site algérien TSA.

Il faisait ainsi référence aux propos qu'il avait tenus lors de son précédent séjour à Alger durant la campagne électorale française. Il avait alors qualifié la colonisation de "crime contre l'humanité", suscitant des espoirs de "repentance" à Alger et de vives critiques de ses opposants en France.

M. Macron a fait un geste pour régler l'un des contentieux historiques entre les deux pays en annonçant qu'il était "prêt" à ce que la France restitue des crânes d'insurgés algériens tués au XIXe siècle par l'armée française et conservés au Musée de l'Homme à Paris.

Mais, parallèlement, il a demandé des "efforts" aux autorités algériennes, notamment pour permettre aux Français "qui sont nés en Algérie" et "aiment passionnément" ce pays à y retourner, tout comme "des harkis et enfants de harkis". "On doit pouvoir regarder cette question de manière apaisée", a-t-il souhaité.

Les dirigeants algériens ne se sont pas exprimés face à la presse à l'issue de cette visite.

'S'ouvrir davantage'

Comme il en a l'habitude lors de ses déplacements, M. Macron a provoqué une cohue bon enfant en descendant l'une des artères du centre historique d'Alger, accueilli par des youyous descendant des balcons des vieux immeubles haussmanniens.

"C'est bien qu'un président nous parle. On n'a jamais connu ça avec les nôtres", constatait Yassine, trentenaire, parmi les badauds agglutinés derrière des barrières. "Vous avez de la chance, il est jeune votre président", commentait une Algérienne à l'adresse des journalistes français.

"J'ai vu trop de jeunes qui m'ont demandé un visa", a indiqué ensuite le chef de l'Etat français, en appelant à alléger "les contraintes" dans la circulation des "étudiants, des apprentis, des hommes d'affaires, des journalistes, des artistes..." entre les deux pays.

"L'Algérie doit s'ouvrir d'avantage. Il y a encore beaucoup de freins à l'investissement", a-t-il également noté, alors que la France reste le premier employeur étranger en Algérie mais perd des parts de marchés face à la Chine et d'autres.

Le président français Emmanuel Macron (D) rencontre le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia à Zeralda, en banlieue d'Alger, le 6 décembre 2017. © ludovic MARIN POOL/AFP

 

Le président français Emmanuel Macron (D) rencontre le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia à Zeralda, en banlieue d'Alger, le 6 décembre 2017. © ludovic MARIN POOL/AFP

 

Un certain nombre de projets économiques devraient avancer à l'occasion du Conseil intergouvernemental de haut niveau qui réunit jeudi à Paris les Premiers ministres français et algériens et plusieurs membres de leur gouvernement. 

Le président français s'est également dit partisan d'un "axe fort" franco-algérien "autour de la Méditerranée qui se prolonge vers l'Afrique", où les crises au Sahel et en Libye préoccupent fortement Paris et Alger.

Emmanuel Macron veut accélérer le déploiement de la force multinationale G5-Sahel (Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso et Mauritanie) lors d'une réunion le 13 décembre à Paris.

Alger, qui dispose de nombreux relais d'influence dans la région, a parrainé les longues tractations ayant abouti en 2015 à un accord de paix au Mali, qui peine à être appliqué, suscitant l'impatience de Paris.

"J'attends une coopération totale de tous ceux qui partagent l'objectif d'une paix durable au Mali. Et en effet j'attends beaucoup de l'Algérie", a expliqué le président français, qui devait s'envoler en fin de soirée pour une visite officielle de quelques heures au Qatar.


06/12/2017 21:17:01 -Alger (AFP)-  © 2017 AFP

5 décembre en France, le nauséabond Macron absent des cérémonies

 

Vire. Algérie : cinq anciens combattants médaillés

 

Ouest-France

Cinquante-cinq ans après la fin du conflit, cinq anciens combattants habitant Vaudry ont été décorés. Jean-Claude Leroux a reçu la médaille de reconnaissance de la Nation ; Roland Guillouet, Michel Lemercier, Louis Leroux et Francis Rioult ont, eux, été décorés de la médaille commémorative ...

 

Une croix et deux médailles chez les anciens combattants

la Nouvelle République

Samedi, la section des Anciens combattants prisonniers de guerre, Algérie, Maroc Tunisie, de Bournand a commémoré en avance le 5 décembre, date officielle de la fin du conflit en Afrique du Nord. En présence du maire, Marcel Lorain, et Jean-Louis Pelvoizin, président départemental des ...

 

Journée de solidarité des anciens combattants

ladepeche.fr

C'est une cérémonie imposante qui a eu lieu à Varilhes à l'occasion de la traditionnelle journée de solidarité des anciens combattants. Organisée par l'Onac et son directeur départemental Eric Perrin, elle a rassemblé autour de Martine Estéban, maire, et de son conseil municipal les plus hautes ...

 

Nevers a rendu hommage aux combattants de la guerre d'Algérie, des combats du Maroc et de

Le Journal du Centre

Comme de coutume, des gerbes de fleurs ont été déposées par le comité d'entente des anciens combattants de Nevers, des élèves de l'école Lucette Sallé (avec Corinne Mangel, adjointe déléguée aux anciens combattants), des élèves de l'École de la deuxième Chance et l'association Interstice, ...

 

Hommages aux combattants - la Nouvelle République

Les soldats morts en Afrique du Nord commémorés - la Nouvelle République

La France rend hommage à ses morts de la guerre d'Algérie - Actu Orange

Toute l'actualité sur ce thème

 

En mémoire des victimes de la guerre d'Algérie

 

La Voix du Nord

Au Brun-Pain, la cérémonie a réuni une vingtaine d'anciens combattants de l'UNC. Lecture zen. À l'appel de l'UNC (Union nationale des anciens combattants), une vingtaine de personnes ont commémoré la fin des combats en Algérie, au Maroc et en ...

           

la Nouvelle République

Pendant la lecture du message du gouvernement par la préfète, en présence des porte-drapeaux des associations d'anciens combattants. ... Après les personnalités civiles et militaires, Anthony Borderon, président du comité de liaison des anciens combattants, et Michel Messy, vice-président de la ...

 

Pleyben. Hommage aux combattants d'Afrique du Nord

Le Télégramme

La cérémonie d'hommage « aux Morts pour la France » en Afrique du Nord, s'est tenue, hier matin, au mémorial départemental du Souvenir à Pleyben. Excepté la Fnaca, qui ne reconnaît que la date du 19-mars, les associations d'anciens combattants ont assisté nombreuses à cette commémoration, ...

 

 « Une guerre longtemps oubliée »

Vosges Matin

... au Maroc, hommage a été rendu « aux victimes civiles et militaires, aux disparus, aux drames personnels et aux tragédies familiales » de cette « guerre longtemps oubliée », dixit le discours de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'État aux Anciens Combattants, lu par Laurent Montbrun, sous-préfet.

 

Rosny-sous-Bois : des jeunes ravivent la flamme du Soldat inconnu

Le Parisien

Ce mercredi, de 17 h 30 à 19 heures, le maire (LR) de Rosny-sous-Bois, Claude Capillon, la section locale de l'Union nationale des combattants, plusieurs associations d'anciens combattants ainsi que des élèves du collège Saint-Exupéry et des enfants du centre de loisirs communal, raviveront la ...

 

Châteaubriant. Une cérémonie d'hommage au monument aux morts

Ouest-France

Ce mardi 5 décembre, anciens combattants, porte-drapeaux, et représentants de l'État étaient réunis au monument aux morts de Châteaubriant pour un hommage solennel. Ce mardi 5 décembre, les anciens combattants ainsi qu'une cinquantaine de porte-drapeaux venus de tout l'arrondissement de ...

 

Info-chalon.com

... Gilles Platret, Maire de Chalon-sur-Saône, Monsieur le Colonel Pascal Boulling, Directeur de la Base Pétrolière interarmées et Commandant d'Armes de la Place de Chalon, Messieurs et Mesdames : les élus, les Autorités Civiles et Militaires, les représentants des associations d'anciens combattants, ...

 

73 ans après le Débarquement, ce vétéran britannique revient pour la première fois en

 

Normandie

La Manche Libre

A droite, Franck Leconte, Directeur du Service Départemental de l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre du Calvados.

 

Parthenay Deux médaillés à la cérémonie des morts pour la France

Courrier de l'Ouest

 

Après La Marseillaise, deux anciens combattants, Jean Billy et Jean Fourré, ont été médaillés. "La France se souvient des 25 000 combattants morts en Afrique du Nord", a écrit Geneviève Darrieusecq, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées, message lu Christophe Burbaud, sous-préfet de ...

 

Normandie

la Manche Libre

A droite, Franck Leconte, Directeur du Service Départemental de l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre du Calvados. Le vétéran est revenu lundi 4 décembre 2017 à Asnelles (Calvados). - Mariam Boutry. Le 05 décembre 2017 à 14:29. John Jenkins, vétéran britannique de 98 ...

 

Les médaillés du 5 décembre

ladepeche.fr

Le général Jacques Lasserre a déposé une gerbe au pied du monument aux morts, au nom du comité gersois pour la mémoire des anciens combattants. Moment fort de la cérémonie, la remise de médailles militaires à André Dartigues, de Simorre; Francis Hervé, de Mirande et Alban Mur, d'Haulies.

 

Une commémoration et quelques perturbations de 14 h 15 à 15 h place Clemenceau

Vosges Matin

Comme c'est désormais le cas chaque 5 décembre, une cérémonie officielle à l'occasion de la Journée nationale de commémoration en hommage aux morts pour la France en AFN se déroulera aujourd'hui à 14 h 30 devant la stèle des anciens combattants en AFN, place Clemenceau (entre l'hôtel de ...

 


 

http://www.leparisien.fr/politique/algerie-macron-n-est-pas-venu-en-otage-du-passe-06-12-2017-7437150.php

 

Algérie : Macron n’est pas venu en «otage du passé»

Le Parisien avec AFP| 06 décembre 2017, 17h57 |18

 

http://s1.lprs1.fr/images/2017/12/06/7437150_c3bdaf80-da9e-11e7-96c7-b2c32a4a5810-1_1000x625.jpg

Emmanuel Macron est allé, à pied, au contact des habitants dans une rue du centre d’Alger AFP/Ludovic MARIN

 

Premier président de la Ve République né après la Guerre d’Algérie, Macron prône «un partenariat d’égal à égal».

Emmanuel Macron s’est rendu brièvement ce mercredi en Algérie, pour la première fois en tant que président français. Il a dit y venir «en ami», refusant d’être «otage du passé» douloureux entre Paris et son ancienne colonie.

L’avion présidentiel a atterri à Alger sous un soleil radieux et le président français a été accueilli par le président de la chambre haute et deuxième personnage de l’Etat Abdelkader Bensalah, le Premier ministre Ahmed Ouyahia et le chef de la diplomatie Abdelkader Messahel.

« Je reviens dans l’état d’esprit d’un ami de l’Algérie, d’un partenaire constructif qui souhaite renforcer nos liens […] pour faire fructifier une relation déjà dense », a expliqué Emmanuel Macron dans une interview conjointe aux quotidiens francophone El Watan et arabophone El Khabar, publiée mercredi.

Pour appuyer ses dires, il a fait un geste pour régler l'un des contentieux historiques entre les deux pays en annonçant qu'il était «prêt» à ce que la France restitue des crânes d'insurgés algériens tués au XIXe siècle par l'armée française et conservés au Musée de l'Homme à Paris.

« Une histoire forte »

Le rapport entre la France et l’Algérie doit être «un partenariat d’égal à égal», a poursuivi le président français alors que la « question de la mémoire » des 130 ans de colonisation (1830-1962) et de la Guerre d’Algérie pèse toujours sur les relations.

« Nos deux pays partagent une histoire forte », a rappelé Emmanuel Macron, premier président de la Ve République né après la Guerre d’Algérie (1954-1962), qui avait qualifié la colonisation de «crime contre l’humanité» lors d’une visite à Alger durant la campagne présidentielle française. A un journaliste algérien qui lui demandait mercredi si la «position du président Macron » était la même que celle du « candidat Macron» sur «la question de la mémoire», il a répondu «je ne suis pas quelqu'un d'incohérent. C'est le même homme qui vous parle». Mais il n'a pas répété ses propos de candidat.

« Je connais l’Histoire, mais je ne suis pas otage du passé. Nous avons une mémoire partagée. Il faut en tenir compte. Mais je souhaite désormais, dans le respect de notre histoire, que nous nous tournions ensemble vers l’avenir », a-t-il poursuivi.

La France et l’Algérie doivent construire « un axe fort […] autour de la Méditerranée qui se prolonge vers l’Afrique » et relevé les nombreux « champs de coopération prometteurs » entre les deux pays dans le domaine économique, a-t-il souhaité.

« L’Algérie doit s’ouvrir d’avantage. Il y a encore beaucoup de freins à l’investissement », a-t-il noté, alors que la France reste le premier employeur étranger en Algérie mais perd des parts de marchés face à la Chine et d’autres.

«Pas de tabou»

Après avoir déposé une gerbe au monument des martyrs de la Guerre d'Algérie, Emmanuel Macron est allé, à pied, au contact des habitants dans une rue du centre de la capitale, où son passage a été accueilli par de nombreux youyous.

« On a une histoire particulière, il ne faut pas qu’il y ait de tabou. Moi je veux que la jeunesse algérienne prospère avec l’aide de la France », a-t-il expliqué à un jeune Algérien. Selon Yassine, un trentenaire présent parmi les badauds, « c’est bien qu’un président nous parle. On n’a jamais connu ça avec les nôtres  ».

Dans l’après-midi, le président français devait rendre visite à son homologue Abdelaziz Bouteflika, 80 ans, affaibli par les séquelles d’un AVC survenu en 2013, 80 ans, dans sa résidence médicalisée de Zéralda, en banlieue d’Alger.

http://www.leparisien.fr/images/2017/12/06/be9e5cb0-da9f-11e7-96c7-b2c32a4a5810_1.jpg

Le président français a dépose une gerbe au monument des martyrs de la Guerre d'Algérie. AFP/Ludovic Marin.

Paix au Mali : « J’attends beaucoup de l’Algérie»

Lors de ses entretiens avec les dirigeants algériens, dont le Premier ministre Ahmed Ouyahia, le président français devrait aborder les crises au Sahel et en Libye, qui préoccupent fortement Paris et Alger.

Emmanuel Macron veut accélérer le déploiement de la force multinationale G5-Sahel (Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso et Mauritanie) lors d’une réunion le 13 décembre à Paris. «J’attends une coopération totale de tous ceux qui partagent l’objectif d’une paix durable au Mali. Et en effet j’attends beaucoup de l’Algérie», a expliqué le président français.

Parallèlement, l’association Les Amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, les deux journalistes de RFI tués au Mali en novembre 2013, a dit espérer que la visite du président français à Alger fasse progresser l’enquête, alors que les juges d’instruction soupçonnent les assassins présumés d’être basés dans le sud de l’Algérie.


 

https://www.ouest-france.fr/politique/emmanuel-macron/emmanuel-macron-veut-ouvrir-une-page-d-avenir-avec-l-algerie-5428091

 

Emmanuel Macron veut ouvrir « une page d'avenir » avec l'Algérie

Modifié le 06/12/2017 à 21:34 | Publié le 06/12/2017 à 21:34

 

Le président Emmanuel Macron en visite en Algérie a voulu "tourner une page" avec le pays.

Le président Emmanuel Macron en visite en Algérie a voulu "tourner une page" avec le pays. | Ludovic MARIN / AFP

 

Ouest-France avec REUTERS

En visite à Alger, le président Emmanuel Macron s'est dit prêt ce mercredi à ouvrir "une page d'avenir" avec l'Algérie, dix mois après avoir qualifié la colonisation française de "crime contre l'humanité".

Emmanuel Macron, en visite-éclair à Alger, a exprimé ce mercredi le voeu d'ouvrir « une page d'avenir » avec l'Algérie loin des passions et antagonismes passés dont il a regretté qu'ils « bloquent » encore le partenariat entre la France et son ancienne colonie. 

Macron promet la restitution de crânes d'insurgés algériens

Dix mois après ses propos qualifiant la colonisation française de « crime contre l'humanité », le chef de l'Etat, qui a rencontré le président Abdelaziz Bouteflika et déjeuné avec des membres de la société civile, a appelé à des « gestes réciproques » pour aider au travail de mémoire.

Pour cette première visite officielle en Algérie, il s'est ainsi dit prêt à ce que la France restitue les crânes d'insurgés algériens tués au XIXe siècle par l'armée française et conservés au Musée de l'Homme à Paris.

Le président évoque un partenariat économique 

Pressé par des jeunes, lors d'un bain de foule dans le centre d'Alger, de « donner des visas », le président français a défendu un partenariat économique ambitieux entre les deux pays afin de donner des perspectives locales à la jeunesse.

« J'ai vu ce matin trop de jeunes qui m'ont simplement demandé d'avoir un visa. Ce n'est pas un projet de vie », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'issue de son entrevue avec Abdelaziz Bouteflika. « Construire les choses » de manière « pragmatique », « dépassionné » : le président français a assorti son message de renouveau de deux annonces.

La création d'un fonds d'investissement franco-algérien

Celui-ci « permettrait d'accompagner les entrepreneurs algériens investissant en France et les entrepreneurs français désireux de se rendre en Algérie. » Le chef de l'Etat n'a pas précisé le montant de ce dispositif.

Il a en outre annoncé la fondation prochaine d'une école pour la formation des jeunes en matière de numérique, sur le modèle de l'école « 42 » de Paris créée, notamment, par Xavier Niel. « Le jeunesse veut faire et nous devons la laisser faire ».

« L'ambition que j'ai pour la relation entre l'Algérie et la France n'a rien à voir avec ce qu'on a fait depuis des décennies. C'est une histoire nouvelle qui s'écrit », a souligné Emmanuel Macron.

Il a vivement répliqué à un journaliste algérien qui l'interrogeait sur la période coloniale : « Ne me posez pas les questions d'il y a vingt ans, de quelqu'un qui vit encore dans des complexes qui n'ont plus cours. » « Ses repères bloquent la relation bilatérale, ils ne m'intéressent pas », a-t-il lancé.

« Moi je ne suis pas bloqué, je suis très décomplexé. J'ai dit les choses sur le passé (...) j'ai reconnu les choses, toutes les pages, j'ai demandé aussi des efforts au gouvernement algérien parce qu'il y a chez moi des Françaises et Français qui aiment furieusement l'Algérie, qui veulent pouvoir y revenir », a-t-il poursuivi en appelant de ses voeux une relation « d'égal à égal » qui ne soit pas « étouffée ».

Dans un entretien au quotidien algérien El Watan, le dirigeant de 39 ans affirme ne pas être « otage du passé ».

« C'est une page d'avenir que je viens ouvrir avec la nouvelle génération algérienne, qui doit regarder différemment la France, qui doit regarder différemment les promesses de son pays », a-t-il insisté en marge de son bain de foule. « Tourner la page » - un souhait exprimé par ses prédécesseurs à l'Elysée - s'annonce difficile, selon les observateurs.

L'Algérie pays clé pour résoudre les conflits internationaux

L'Algérie est devenue au cours de ces dernières années un acteur clef dans la résolution des conflits régionaux, en Libye mais également au Sahel où la France est présente militairement via son opération antiterroriste Barkhane.

Quelques jours seulement après son élection, Emmanuel Macron avait haussé le ton, prévenant que la France ferait preuve d'une « exigence renforcée » vis-à-vis de ses partenaires, notamment de l'Algérie, soupçonnée d'apporter son soutien, à Iyad Ag-Ghali, chef du mouvement djihadiste malien Ansar Dine.

« Ma position n'a pas changé », indique-t-il à El Watan. « J'attends une coopération totale de tous ceux qui partagent l'objectif d'une paix durable au Mali. Et en effet j'attends beaucoup de l'Algérie » dans la lutte contre le terrorisme.


 

http://www.rfi.fr/afrique/20171206-algerie-une-visite-eclair-terrain-ami-emmanuel-macron

 

Algérie: une visite éclair en terrain ami pour Emmanuel Macron

http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/algerie_une_visite_eclair_en_terrain_ami_pour_emmanuel_macron-min_0.jpg

Bain de foule pour Emmanuel Macron dans une rue d'Alger, ce 6 décembre.© Ludovic MARIN / AFP

 

Par RFI Publié le 06-12-2017 Modifié le 06-12-2017 à 14:55

 

Emmanuel Macron a débuté ce mercredi sa première visite en tant que président français en Algérie où il dit se rendre « en ami », refusant d'être « otage du passé » douloureux entre Paris et son ancienne colonie. Lors de cette visite consacrée à la coopération économique ou encore à la lutte antiterroriste, la question de la mémoire est inévitable. Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait marqué les esprits en Algérie en déclarant que la « colonisation était un crime contre l’humanité ».

Avec notre envoyé spécial à Alger, Anthony Lattier

Après avoir déposé une gerbe au monument des martyrs de la guerre d'Algérie, Emmanuel Macron s’est adonné à l’un de ses exercices favoris : le bain de foule. Au son des youyous et de la cohue, le président français s’est rendu à pied dans une artère commerçante en plein centre-ville.

Les habitants, réunis dans la rue et aux fenêtres, lui ont réservé un accueil chaleureux sous le soleil et le ciel bleu l’Alger.

Emmanuel Macron s’est ensuite engouffré dans une librairie, avant d’aller déjeuner avec des personnalités de la société civile algérienne.

Approfondir le partenariat

L'enjeu de cette première visite du président français à Alger est d’approfondir le partenariat que l’Elysée juge spécial entre la France et l’Algérie en raison de leur histoire commune. Emmanuel Macron veut ainsi se tourner vers l’avenir et construire une nouvelle relation avec le pays.

La lutte contre le terrorisme au Sahel est aussi au menu de cette visite. Paris voudrait impliquer davantage Alger. Enfin, comme la semaine dernière au Burkina Faso, au Ghana et en Côte d’Ivoire, le président français est venu aborder la coopération économique entre les deux pays.

Ce sont surtout les jeunes entrepreneurs qui accompagnent le président français. Emmanuel Macron devrait donc aborder tous ces dossiers avec son homologue algérien, Abdelaziz Bouteflika, lors d’une rencontre qui aura lieu dans sa résidence privée.

Emmanuel Macron veut convaincre la nouvelle génération

Lors de cette visite à Alger, le président français entend notamment s'adresser aux jeunes de sa génération qui n'ont pas connu les périodes coloniales.

L’une des préoccupations principales des Algériens, notamment des jeunes, est la question des visas.

Ils souhaitent plus de facilité pour circuler, comme l’explique cette jeune cheffe d'entreprise : « J’ai fait trois demandes, j’ai eu trois refus, alors que je suis cheffe d’entreprise. Moi, j’aurais aimé avoir cette facilité-là de tout de suite pouvoir partir en France voir mes clients, voir mes partenaires, pour pouvoir assister à des événements. J’ai eu des invitations à des événements, etc. auxquels je n’ai pas pu me rendre ».


 

http://www.ledauphine.com/france-monde/2017/12/07/interroge-sur-la-colonisation-en-algerie-macron-s-irrite

 

Interrogé sur la colonisation en Algérie, Macron s'irrite

 

Emmanuel Macron s'est offert un bain de foule à Alger. Photo: AFP

Emmanuel Macron s'est offert un bain de foule à Alger. Photo: AFP

 

Emmanuel Macron effectuait sa première visite en tant que président en Algérie, mercredi 6 décembre. L'occasion pour lui de prendre un bain de foule. Interrogé sur le passé colonial de la France, le chef de l'Etat a eu un échange musclé avec un jeune homme de 25 ans.

Emmanuel Macron effectuait sa première visite, hier, en Algérie, en tant que président. Le chef de l'Etat qui s'est entretenu avec son homologue Abdelaziz Bouteflika, a déclaré se rendre à Alger "en ami", en refusant d'être "otage du passé". 

Comme il en a l'habitude lors de ses déplacements, le président s'est offert un bain de foule dans la capitale algérienne. C'est à ce moment-là qu'un jeune homme l'a interpellé, en demandant à la France "d'assumer son passé colonial". 

A la demande du jeune homme, Emmanuel Macron a répondu: "ça fait longtemps qu'elle l'a assumé". Une réponse qui n'a pas satisfait son interlocuteur et qui l'a accusé "d'éviter le sujet".

S'en est suivi un échange musclé, retransmis en images par les caméras de Franceinfo.

https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/video-on-a-cette-histoire-entre-nous-mais-je-n-en-suis-pas-prisonnier-declare-emmanuel-macron-a-alger_2501685.html#xtor=RSS-3-[lestitres]

 

" Qui évite quoi ? J'évite de venir vous voir ? J'évite de dire ce qui s'est passé ? Mais il s'est passé des choses, comme je l'ai dit. Il y a des gens qui ont vécu des histoires d'amour ici.

Il y a des gens, Français qui aiment encore terriblement l'Algérie, qui ont contribué et qui ont fait des belles choses, il y en a qui ont fait des choses atroces.

On a cette histoire entre nous mais moi j'en suis pas prisonnier", a répondu le président, qui lors de la campagne présidentielle avait qualifié la colonisation française de "crime contre l'humanité". "Mais vous, vous avez quel âge ?" a demandé le chef de l'Etat à son interlocuteur. 

"25 ans", lui a-t-il répondu. " Mais vous n'avez jamais connu la colonisation ! Qu'est-ce que vous venez m'embrouiller avec ça ?, a rétorqué Emmanuel Macron, avant de conclure:" vous votre génération, elle doit regarder l'avenir."

Publié le 07/12/2017 à 08:00 |

 

Résultat de recherche d'images pour "macron algerie"

 


 

http://www.lemonde.fr/emmanuel-macron/article/2017/12/06/emmanuel-macron-en-visite-en-algerie-dans-l-etat-d-esprit-d-un-ami_5225642_5008430.html

 

Emmanuel Macron en visite en Algérie, « dans l’état d’esprit d’un ami »

 

Le président français effectue son premier déplacement officiel en Algérie. « Je ne suis pas otage du passé », assure le chef de l’Etat, qui souhaite renforcer les liens commerciaux entre les deux pays.

Le Monde.fr avec AFP | 06.12.2017 à 15h55 • Mis à jour le 06.12.2017 à 16h59

 

Un déplacement surveillé à la loupe. Emmanuel Macron a commencé, mercredi 6 décembre, sa première visite en tant que président français en Algérie. L’avion présidentiel a atterri en milieu de matinée à Alger, où M. Macron a été accueilli par le président de la Chambre haute et deuxième personnage de l’Etat, Abdelkader Bensalah, le premier ministre, Ahmed Ouyahia, et le chef de la diplomatie, Abdelkader Messahel.

 

« Je reviens dans l’état d’esprit d’un ami de l’Algérie, d’un partenaire constructif qui souhaite renforcer nos liens (…) pour faire fructifier une relation déjà dense », a expliqué Emmanuel Macron dans une interview conjointe aux quotidiens francophone El Watan et arabophone El Khabar, publiée mercredi.

Le rapport entre la France et l’Algérie doit être « un partenariat d’égal à égal », a poursuivi le président français alors que la « question de la mémoire » des cent trente-deux ans de colonisation (1830-1962) et de la guerre d’Algérie pèse toujours sur les relations. « Nos deux pays partagent une histoire forte », a rappelé M. Macron, premier président de la Ve République né après la guerre d’Algérie (1954-1962), qui avait qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité » lors d’une visite à Alger durant la campagne présidentielle française.

 

« Je connais l’histoire, mais je ne suis pas otage du passé. Nous avons une mémoire partagée. Il faut en tenir compte. Mais je souhaite désormais, dans le respect de notre histoire, que nous nous tournions ensemble vers l’avenir. »

 

La France et l’Algérie doivent construire « un axe fort (…) autour de la Méditerranée qui se prolonge vers l’Afrique » et relevé les nombreux « champs de coopération prometteurs » entre les deux pays dans le domaine économique, a-t-il également souhaité. « L’Algérie doit s’ouvrir d’avantage. Il y a encore beaucoup de freins à l’investissement », a-t-il noté, alors que la France reste le premier employeur étranger en Algérie, mais perd des parts de marché face à la Chine et d’autres.

 

Les crises au Sahel et en Libye au menu

 

Après avoir déposé une gerbe au monument des martyrs de la guerre d’Algérie, Emmanuel Macron est ensuite allé, à pied, au contact des habitants dans une rue du centre de la capitale, Alger, où son passage a été accueilli par de nombreux youyous. Dans l’après-midi, le président français rendra visite à son homologue, Abdelaziz Bouteflika, 80 ans, dans sa résidence médicalisée de Zéralda, en banlieue d’Alger.

 

Alors qu’Alger avait mal pris qu’Emmanuel Macron choisisse, dès le début de juin, le Maroc pour son premier déplacement au Maghreb, cette visite « d’amitié et de travail » était très attendue. Elle ne durera finalement qu’une douzaine d’heures. « Longue attente, court séjour », résumait mercredi le quotidien francophone Liberté.

 

Lors de ses entretiens avec les dirigeants algériens, le président français devrait aborder les crises au Sahel et en Libye, qui préoccupent fortement Paris et Alger. Emmanuel Macron veut accélérer le déploiement de la force multinationale G5-Sahel (Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso et Mauritanie) lors d’une réunion le 13 décembre à Paris. Alger, qui dispose de nombreux relais d’influence dans la région, a parrainé les longues tractations ayant abouti en 2015 à un accord de paix au Mali, qui peine à être appliqué, suscitant l’impatience de Paris.

 

Parallèlement, l’association Les Amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, les deux journalistes de Radio France internationale (RFI) tués au Mali en 2013, a dit espérer que la visite du président français à Alger fasse progresser l’enquête, alors que les juges d’instruction soupçonnent les assassins présumés d’être basés dans le sud de l’Algérie.

 

Emmanuel Macron s’envolera en fin de soirée pour une visite officielle de quelques heures au Qatar au menu de laquelle figureront contrats commerciaux, crise du Golfe et antiterrorisme.

 


 

http://www.algerie-focus.com/2017/12/presidence-premieres-images-entretiens-entre-macron-bouteflika/

Présidence Premières images des entretiens entre Macron et Bouteflika

Par La rédaction 6 décembre 2017

 

http://www.algerie-focus.com/wp-content/uploads/2017/12/Bouteflika-et-Macron.jpg

Les deux Chefs d'Etat en pleine discussion/ Ph APS

 

Avant de donner une conférence de presse, le président français, Emmanuel Macron a marqué l’un des moments forts de sa visite en Algérie. Il s’est entretenu, durant de longues minutes, avec le président Abdelaziz Bouteflika à la résidence d’Etat de Zerlada, à l’ouest d’Alger.

Aucune information n’est sortie de cet entretien. Mais comme l’a prévu le chef de l’Etat français, les entretiens devaient notamment se dérouler autour des questions économiques et de la sécurité dans la région, notamment le Sahel et la Libye.


 

https://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Le-president-Macron-visite-eclair-Alger-2017-12-06-1200897366

 

Emmanuel Macron en visite éclair à Alger

Marie Verdier , le 06/12/2017 à 6h32 Mis à jour le 06/12/2017 à 14h47

 

Les enjeux économiques et mémoriaux seront au centre de la visite « d’amitié et de travail » du président de la République française de ce 6 décembre en Algérie.

Le devenir des crânes algériens conservés au musée de l’Homme et du canon d’Alger installé à Brest devrait être évoqué.

 

Le président Macron s’envole pour l’Algérie.

Le président Macron s’envole pour l’Algérie. / Eric Feferberg/AFP

La visite d’Emmanuel Macron à Alger, ce mercredi 6 décembre, est « importante » selon l’Élysée. Elle permet de souligner « la profondeur et la densité des liens entre les deux pays ». Et l’Algérie de son côté « attend beaucoup » de cette visite, selon les propos du ministre des moudjahidine Tayed Zitouni.

Une simple « visite d’amitié et de travail »

Le président français foulera pourtant le sol d’Alger pendant à peine une douzaine d’heures avant de s’envoler pour le Qatar. « Un petit tour puis s’en ira… au Qatar », ironisait dimanche le quotidien La Liberté qui évoque une « escale politique » plus qu’une visite d’État.

 

De fait, dans le protocole, Emmanuel Macron effectue une simple « visite d’amitié et de travail ». Une visite d’État devrait être programmée dans les temps à venir, sans date pour le moment.

Sauver la face

Selon le quotidien el Watan, le report de la visite d’État permet à chaque partie de sauver la face, « à l’hôte de l’Algérie de ne pas s’astreindre à un programme contraignant, qui mettrait mal à l’aise les autorités algériennes, compte tenu des difficultés évidentes du président Bouteflika d’assumer les charges d’un protocole laborieux et exigeant du fait de sa maladie ».

 

De son côté, toujours selon El Watan, Emmanuel Macron n’entendait pas « être reçu entre deux portes en s’affichant furtivement aux côtés de Bouteflika ». Et cette visite rapide lui permet de « solder sa dette envers l’Algérie qui a mal vécu le fait que le chef de l’État français ait privilégié le Maroc à l’Algérie pour sa première visite officielle dans la région ».

 

Au cours de sa visite Emmanuel Macron s’entretiendra avec le premier ministre Ahmed Ouyahia, aura une audience avec le président Abdelaziz Bouteflika dans sa résidence médicalisée de Zeralda dans l’ouest d’Alger, et dînera avec le président du conseil de la nation (le sénat algérien) Abdelkader Bensalah, deuxième personnage de l’État chargé d’assurer l’intérim présidentiel en cas de vacance du pouvoir.

Une société civile laminée

Un petit bain de foule dans le centre d’Alger, une visite à la librairie du Tiers-Monde, célèbre librairie de la capitale qui avait failli disparaître, et des rencontres avec des personnalités de la société civile sont également envisagés dans le programme. « Si tel est le cas, il ne peut s’agir que de responsables adoubés par le pouvoir », relève un observateur. « La société civile est laminée, poursuit-il. La moitié des 90 000 associations qui existaient en 2012 ont disparu et les conditions d’attribution d’agrément se sont considérablement durcies, les financements étrangers sont interdits »

 

Au menu des discussions, la coopération sur le thème de la sécurité au Sahel et l’approfondissement du partenariat économique qui constitueront également le programme du conseil intergouvernemental de haut niveau (CIHN) prévu demain à Paris sous la double présidence des deux premiers ministres Édouard Philippe et Ahmed Ouyahia.

Des intérêts économiques partagés

Pour la France l’Algérie recèle « un potentiel économique considérable », selon l’Élysée alors que l’Hexagone a cédé sa place de premier fournisseur de l’Algérie à la Chine. L’Algérie a, elle, dramatiquement besoin de diversifier son économie alors que les hydrocarbures représentent 95 % de ses exportations et que le cours du pétrole s’est effondré.

 

Un accord a été trouvé le 12 novembre dernier pour l’implantation des groupes PSA Peugeot et Schneider, pour la fabrication de voitures et d’équipements électriques, dans le cadre à chaque fois de pactes d’actionnaires. Lors de ce même comité mixte franco-algérien, un projet de consortium pour l'export de fruits et légumes algériens vers l'Europe a été envisagé.

Les différends mémoriels

Mais c’est bien sûr sur le terrain des différends mémoriels que les attentes sont les plus fortes. Emmanuel Macron, alors candidat, avait qualifié en février dernier la colonisation de l’Algérie par la France de « crime contre l’humanité ». « Ni déni, ni repentance » a toutefois répété Emmanuel Macron qui a plaidé pour une « réconciliation des mémoires » lors d’un entretien à la chaîne Trace TV enregistré au Ghana le 30 novembre.

 

L’Élysée a ainsi laissé entendre qu’il pourrait y avoir du nouveau concernant la restitution à l’Algérie des crânes de résistants assassinés pendant la conquête coloniale au XIXe siècle, conservés dans les réserves du Musée de l’homme à Paris. Des crânes qui nourrissent de longue date le contentieux mais qui, tout au moins jusqu’à récemment, n’avaient jamais fait l’objet de demande officielle de restitution de la part de l’Algérie.

 

Tout aussi lourd de symbole, le sort de « la consulaire » a également été évoqué. Le canon d’Alger, lourd de 13 tonnes de bronze avait été apporté en France au moment de la conquête en 1833 et parade depuis lors dans l’arsenal de Brest. La visite éclair d’Emmanuel Macron sera-t-elle l’occasion de régler ces vieux contentieux ? Sans oublier, l’enjeu crucial de l’ouverture des archives sur la période de la guerre d’indépendance.


 

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/algerie-interpelle-sur-le-passe-colonial-de-la-france-macron-s-agace_1966878.html

 

Interpellé sur la colonisation en Algérie, Macron s'agace

Par LEXPRESS.fr , publié le 06/12/2017 à 20:12 , mis à jour à 20:29

 

Emmanuel Macron, interpellé par un jeune algérien le 6 décembre 2017 à Alger. Image Franceinfo.

Emmanuel Macron, interpellé par un jeune algérien le 6 décembre 2017 à Alger. Image Franceinfo.

Le chef de l'État s'est rendu au monument des martyrs de la Guerre d'Algérie. Il est ensuite allé à la rencontre des Algérois où il a été interpellé sur la colonisation.

Pour son premier déplacement en Algérie, il ne pouvait pas éviter le sujet, la colonisation. En visite éclair, Emmanuel Macron avait dit s'y rendre "en ami" refusant d'être "otage du passé" douloureux entre Paris et son ancienne colonie. A la mi-journée, remontant à pied une rue du centre d'Alger, il a été interpellé par un jeune algérien, dans une cohue bon enfant. Un échange capté par les caméras de Franceinfo.  

 


 

 

http://www.sudouest.fr/2017/12/06/macron-en-algerie-une-visite-eclair-et-de-lourds-dossiers-4010706-4803.php

 

Publié le 06/12/2017 à 12h42 par SudOuest.fr avec AFP.

 

Macron en Algérie : une visite éclair et de lourds dossiers

Le président français, accueilli par une gerbe de fleurs lors de son arrivée à Alger le mercredi 6 décembre.

 

LUDOVIC MARIN AFP

 

Le président refuse d’être "otage du passé" douloureux entre Paris et son ancienne colonie.

L’avion présidentiel a atterri en milieu de matinée à Alger, sous un soleil radieux. Et tout de suite après, Emmanuel Macron a expliqué venir "dans l’état d’esprit d’un ami de l’Algérie".

Le rapport entre la France et l’Algérie doit être "un partenariat d’égal à égal", a poursuivi le président français alors que la "question de la mémoire" des 130 ans de colonisation (1830–1962) et de la Guerre d’Algérie pèse toujours sur les relations.

"Se tourner ensemble vers l’avenir"

"Nos deux pays partagent une histoire forte", a rappelé Macron, premier président de la Ve République. Né après la Guerre d’Algérie (1954–1962), il avait qualifié la colonisation de "crime contre l’humanité" lors d’une visite à Alger durant la campagne présidentielle française.

"Je connais l’Histoire, mais je ne suis pas otage du passé. Nous avons une mémoire partagée. Il faut en tenir compte. Mais je souhaite désormais, dans le respect de notre histoire, que nous nous tournions ensemble vers l’avenir", a-t-il poursuivi.

Emmanuel Macron devait tout d’abord déposer une gerbe au monument des martyrs de la Guerre d’Algérie, avant d’aller au contact des habitants dans le centre de la capitale.

"J’attends beaucoup de l’Algérie"

Alors qu’Alger avait mal pris qu’Emmanuel Macron choisisse, dès début juin, son voisin et rival le Maroc pour son premier déplacement au Maghreb, cette visite "d’amitié et de travail" est très attendue. Elle ne durera finalement qu’une douzaine d’heures. "Longue attente, court séjour", titrait mercredi le quotidien francophone Liberté, résumant l’état d’esprit de la presse algérienne. 

Lors de ses entretiens avec les dirigeants algériens, dont le Premier ministre Ahmed Ouyahia, le président français devrait aborder les crises au Sahel et en Libye. Emmanuel Macron tentera d’accélérer le déploiement de la force multinationale G5-Sahel (Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso et Mauritanie) lors d’une réunion le 13 décembre à Paris. 

"J’attends une coopération totale de tous ceux qui partagent l’objectif d’une paix durable au Mali. Et en effet j’attends beaucoup de l’Algérie", a expliqué le président français. 


 

http://www.jeuneafrique.com/499978/politique/en-algerie-emmanuel-macron-plaide-pour-un-partenariat-degal-a-egal/

 

En Algérie, Emmanuel Macron plaide pour « un partenariat d’égal à égal »

06 décembre 2017 à 17h10

 

http://www.jeuneafrique.com/medias/2017/12/06/sipa_ap22138262_000007-592x296-1512576414.jpg

Le président français est à Alger pour une visite d'une journée pour échanger avec les dirigeants algériens sur le renforcement de la coopération économique et sécuritaire.

Emmanuel Macron a atterri mercredi matin à Alger. Pour sa première visite en tant que président français en Algérie, il a été accueilli par le président de la chambre haute et deuxième personnage de l’État Abdelkader Bensalah, le Premier ministre Ahmed Ouyahia et le chef de la diplomatie Abdelkader Messahel.

 « Mémoire partagée » et Guerre d’Algérie

Dans la lignée de la rhétorique adoptée par le président français lors de sa tournée africaine la semaine dernière, Emmanuel Macron a assuré « connaître l’Histoire » et, en même temps, ne pas être « otage du passé ».

« Nous avons une mémoire partagée. Il faut en tenir compte. Mais je souhaite désormais, dans le respect de notre histoire, que nous nous tournions ensemble vers l’avenir », a poursuivi le premier président de la Ve République né après la Guerre d’Algérie (1954-1962).

Une visite express, une douzaine d’heures seulement, pour Emmanuel Macron qui arrive dans un contexte particulier puisque Alger avait mal pris son choix de privilégier, début juin, le rival marocain pour son premier déplacement au Maghreb.

« Je reviens dans l’état d’esprit d’un ami de l’Algérie, d’un partenaire constructif qui souhaite renforcer nos liens (…) pour faire fructifier une relation déjà dense », a expliqué Emmanuel Macron dans une interview conjointe aux quotidiens francophone El Watan et arabophone El Khabar, publiée mercredi.

Le rapport entre la France et l’Algérie doit être « un partenariat d’égal à égal », a poursuivi le président français alors que la « question de la mémoire » des 130 ans de colonisation (1830-1962) et de la Guerre d’Algérie pèse toujours sur les relations.

Lors d’un déplacement à Alger pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait d’ailleurs qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité », provoquant un tollé en France, notamment à droite et à l’extrême droite du spectre politique.

Il y a encore beaucoup de freins à l’investissement

Alors que la France reste le premier employeur étranger en Algérie, mais perd du terrain notamment face à la Chine, le chef d’État français a estimé que « l’Algérie doit s’ouvrir d’avantage. »

« Il y a encore beaucoup de freins à l’investissement », a-t-il estimé, relevant les nombreux « champs de coopération prometteurs » entre les deux pays dans le domaine économique.

Rencontre avec Abdelaziz Bouteflika

Après avoir déposé une gerbe au monument des martyrs de la Guerre d’Algérie, Emmanuel Macron s’est ensuite offert un bain de foule, à pied, au contact des habitants dans une rue du centre de la capitale, où son passage a été accueilli par de nombreux youyous.

Le président français devait également rendre visite à son homologue algérien, Abdelaziz Bouteflika, 80 ans, dans sa résidence médicalisée de Zéralda, en banlieue d’Alger. Affaibli par les séquelles d’un AVC survenu en 2013, qui a affecté sa mobilité et son élocution, le président Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, reçoit peu de dignitaires étrangers.

Au menu des discussions avec les dirigeants algériens, Emmanuel Macron doit aborder les crises au Sahel et en Libye, qui préoccupent fortement Paris et Alger. La France veut notamment accélérer le déploiement de la force multinationale G5-Sahel (Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso et Mauritanie). Une réunion sur ce sujet est programmée à Paris, le 13 décembre.

Le Sahel et la Libye

Alger, qui dispose de nombreux relais d’influence dans la région, a parrainé les longues tractations ayant abouti en 2015 à un accord de paix au Mali, qui peine à être appliqué, suscitant l’impatience de Paris.

« J’attends une coopération totale de tous ceux qui partagent l’objectif d’une paix durable au Mali. Et en effet j’attends beaucoup de l’Algérie », a expliqué le président français.

Parallèlement, l’association « Les Amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon », les deux journalistes de RFI tués au Mali en 2013, a dit espérer que la visite du président français à Alger fasse progresser l’enquête, alors que les juges d’instruction soupçonnent les assassins présumés d’être basés dans le sud de l’Algérie.

Emmanuel Macron s’envolera en fin de soirée pour une visite officielle de quelques heures au Qatar.


 

http://www.huffpostmaghreb.com/2017/12/06/macron-restitution-cranes_n_18745678.html

 

Algérie: Macron "prêt" à rendre les crânes de résistants algériens du Musée de l'Homme

AFP Publication: 06/12/2017 16h23 CET Mis à jour: 06/12/2017 16h23 CET

 

MACRON

 

Le président français Emmanuel Macron s'est dit "prêt" mercredi à ce que Paris restitue les crânes d'insurgés algériens tués au XIXe siècle par l'armée française et conservés au Musée de l'Homme à Paris, un geste attendu à Alger.

 

"Je souhaite qu’on ravive la relation avec le travail mémoriel entre nos deux pays, que la restitution des crânes soit décidée, je la déciderai, je suis prêt", a déclaré le chef de l'Etat français au site d'informations TSA ("Tout sur l'Algérie").

TSA devait publier dans l'après-midi l'intégralité de cet entretien.

Emmanuel Macron est arrivé mercredi en Algérie pour une douzaine d'heures, sa première visite officielle dans ce pays. Lors de son précédent séjour, durant la campagne électorale française, il avait qualifié la colonisation de "crime contre l'humanité".

Des universitaires français et algériens demandent depuis plusieurs années que soient rapatriés en Algérie 37 crânes d'Algériens, révoltés durant la 2e moitié du XIXe siècle contre la colonisation française et entreposés depuis la fin du XIXe siècle au Musée de l'Homme à Paris.

Le ministre algérien des moudjahidine, Tayeb Zitouni, avait récemment indiqué "attendre beaucoup" de la visite du président français concernant le dossier de la mémoire, "compte tenu des déclarations de M. Macron lors de sa précédente visite".

La "question de la mémoire" des 130 ans de colonisation (1830-1962) et de la Guerre d'Algérie pèse toujours sur les relations entre Paris et Alger.

"Je connais l’Histoire, mais je ne suis pas otage du passé. Nous avons une mémoire partagée. Il faut en tenir compte. Mais je souhaite désormais, dans le respect de notre histoire, que nous nous tournions ensemble vers l’avenir", a expliqué M. Macron dans une interview publiée par la presse algérienne mercredi.


 

http://www.europe1.fr/politique/le-president-francais-emmanuel-macron-arrive-a-alger-en-visite-officielle-3512969

 

Le président français Emmanuel Macron arrive à Alger en visite officielle

11h49, le 06 décembre 2017, modifié à 12h01, le 06 décembre 2017

 

"Je reviens dans l'état d'esprit d'un ami de l'Algérie pour faire fructifier une relation déjà dense", a expliqué Emmanuel Macron dans une interview. 

 

 

 

Le président français Emmanuel Macron a débuté mercredi sa première visite officielle en Algérie, où il dit se rendre "en ami" refusant d'être "otage du passé" douloureux entre Paris et son ancienne colonie.

"Partenaire constructif". L'avion présidentiel a atterri en milieu de matinée à Alger, sous un soleil radieux, et le président de la République a été accueilli par le président de la chambre haute et deuxième personnage de l'Etat Abdelkader Bensalah, le Premier ministre Ahmed Ouyahia et le chef de la diplomatie Abdelkader Messahel. "Je reviens dans l'état d'esprit d'un ami de l'Algérie, d'un partenaire constructif qui souhaite renforcer nos liens (...) pour faire fructifier une relation déjà dense", a expliqué Emmanuel Macron dans une interview conjointe aux quotidiens francophone El Watan et arabophone El Khabar, publiée mercredi.

Se tourner "vers l'avenir". Le rapport entre la France et l'Algérie doit être "un partenariat d'égal à égal", a poursuivi le président français alors que la "question de la mémoire" des 130 ans de colonisation (1830-1962) et de la Guerre d'Algérie pèse toujours sur les relations. "Nos deux pays partagent une histoire forte", a rappelé Emmanuel Macron, premier président de la Ve République né après la Guerre d'Algérie (1954-1962) et qui avait qualifié la colonisation de "crime contre l'humanité" lors d'une visite à Alger durant la campagne présidentielle française. "Je connais l'Histoire, mais je ne suis pas otage du passé. Nous avons une mémoire partagée. Il faut en tenir compte. Mais je souhaite désormais, dans le respect de notre histoire, que nous nous tournions ensemble vers l'avenir", a-t-il poursuivi, assurant poser "le regard d'un homme de (sa) génération", qui n'a pas connu la période coloniale.

Lever "les freins à l'investissement". La France et l'Algérie doivent construire "un axe fort (...) autour de la Méditerranée qui se prolonge vers l'Afrique" et relevé les nombreux "champs de coopération prometteurs" entre les deux pays dans le domaine économique, a-t-il également souhaité. "L'Algérie doit s'ouvrir d'avantage. Il y a encore beaucoup de freins à l'investissement", a-t-il noté, alors que la France reste le premier employeur étranger en Algérie mais perd des parts de marchés face à la Chine et d'autres.


http://www.paris-normandie.fr/actualites/monde/visite-d-emmanuel-macron-a-alger-en-ami-OE11627922

Visite d’Emmanuel Macron à Alger, en « ami »

Publié 06/12/2017 22:39 Mise à jour 09:19

 

Emmanuel Macron avec le président du Sénat algérien lors d’une visite au Mémorial du Martyr

Emmanuel Macron avec le président du Sénat algérien lors d’une visite au Mémorial du Martyr

 

Visite. Le président de la République s’est rendu en Algérie, hier mercredi. Il a dit refuser d’être « otage du passé » douloureux entre la France et son ancienne colonie.

Emmanuel Macron a effectué hier mercredi sa première visite en tant que président français en Algérie, où il a dit se rendre « en ami » refusant d’être « otage du passé » douloureux entre Paris et son ancienne colonie.

Alors qu’Alger avait mal pris qu’Emmanuel Macron choisisse, dès début juin, le Maroc - voisin et rival - pour son premier déplacement au Maghreb, cette visite « d’amitié et de travail » était très attendue. Elle ne durera finalement qu’une douzaine d’heures.

Lors de cette visite, le président de la République a fait un geste pour régler l’un des contentieux historiques entre les deux pays en annonçant qu’il était « prêt » à ce que la France restitue des crânes d’insurgés algériens tués au XIXe siècle par l’armée française et conservés au Musée de l’Homme à Paris. « Je souhaite qu’on ravive la relation entre nos deux pays avec le travail mémoriel, que la restitution des crânes soit décidée », a-t-il déclaré dans un entretien accordé au site TSA (Tout sur l’Algérie).

Partisan d’un axe fort

« On a une histoire particulière, il ne faut pas qu’il y ait de tabou », avait auparavant expliqué Emmanuel Macron à un jeune Algérien croisé dans la rue du centre d’Alger qu’il a remontée à pied à la mi-journée. « Je veux une France aux côtés de l’Algérie, une France qui aide à construire l’avenir de ce grand pays et qui aide la jeunesse à réussir. C’est une page d’avenir que je viens ouvrir avec cette nouvelle génération », a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron a ensuite rencontré durant une heure son homologue Abdelaziz Bouteflika, 80 ans. « Nous avons discuté de sujets internationaux », a déclaré le président français.

Lors de son précédent séjour à Alger durant la campagne électorale française, Emmanuel Macron, premier président de la Ve République né après la Guerre d’Algérie (1954-1962), avait qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité », suscitant des espoirs de « repentance » à Alger. À un journaliste algérien qui lui demandait mercredi si la « position du président Macron » était la même que celle du « candidat Macron » sur « la question de la mémoire », il a répondu : « Je ne suis pas quelqu’un d’incohérent. C’est le même homme qui vous parle ». Mais il n’a pas répété ses propos de candidat.

Le président français s’est également dit partisan d’un « axe fort » franco-algérien « autour de la Méditerranée qui se prolonge vers l’Afrique » et relevé les nombreux « champs de coopération prometteurs » dans le domaine économique. « L’Algérie doit s’ouvrir davantage. Il y a encore beaucoup de freins à l’investissement », a-t-il noté, alors que la France reste le premier employeur étranger en Algérie mais perd des parts de marchés face à la Chine et d’autres pays.

Emmanuel Macron veut aussi accélérer le déploiement de la force multinationale G5-Sahel (Tchad, Niger, Mali, Burkina-Faso et Mauritanie), lors d’une réunion le 13 décembre à Paris. Alger, qui dispose de nombreux relais d’influence dans la région, a parrainé les longues tractations ayant abouti en 2015 à un accord de paix au Mali, qui peine à être appliqué, suscitant l’impatience de Paris. « J’attends une coopération totale de tous ceux qui partagent l’objectif d’une paix durable au Mali. Et en effet j’attends beaucoup de l’Algérie », a expliqué le président français qui s’est envolé en fin de soirée pour une visite officielle de quelques heures au Qatar.

 

 


http://www.lemonde.fr/emmanuel-macron/article/2017/12/06/a-alger-macron-refuse-d-etre-otage-du-passe_5225848_5008430.html

 

A Alger, Macron refuse d’être « otage du passé »

« C’est une histoire nouvelle qui s’écrit », a affirmé Emmanuel Macron en terminant sa première visite en tant que président en Algérie.

Le Monde.fr avec AFP | 06.12.2017 à 22h55 • Mis à jour le 07.12.2017 à 07h39

Le président de la République dans une rue d'Alger, le 6 décembre, lors de sa première visite en Algérie en tant que chef d'Etat.

 

L’Algérie et la France doivent avoir « des relations beaucoup plus développées qu’aujourd’hui », a déclaré, mercredi 6 décembre, Emmanuel Macron, en appelant à ne pas rester « otages » du passé douloureux entre les deux pays. « C’est une histoire nouvelle qui s’écrit », a affirmé le président en terminant sa première visite en tant que président en Algérie.

Si elle n’a duré qu’une douzaine d’heures, sa visite a été particulièrement dense. Le président français a notamment rencontré durant une heure son homologue Abdelaziz Bouteflika, 80 ans, dans sa résidence médicale à l’ouest d’Alger. Affaibli par les séquelles d’un AVC survenu en 2013, qui a affecté sa mobilité et son élocution, ce dernier, au pouvoir depuis 1999, reçoit peu de dignitaires étrangers. Il a invité M. Macron à revenir pour une « visite d’Etat », donc plus longue, en 2018.

 

 « L’ambition que j’ai pour la relation entre l’Algérie et la France n’a rien à voir avec ce qu’on a fait depuis des décennies », a déclaré le chef de l’Etat, premier président de la Ve République à être né après la guerre d’Algérie (1954-1962).

De ce fait, « je ne suis pas bloqué, je suis très décomplexé » par rapport à ce passé, a-t-il ajouté devant la presse. « Le piège est de rester dans le déni et de ne jamais en parler, ou d’être dans la repentance et de ne jamais en sortir. Le cœur de notre relation c’est de reconnaître ce qui a été fait de bien comme de mal. J’ai reconnu avec beaucoup de force le mal qui a été fait », a-t-il précisé dans un entretien au site algérien TSA.

 

Il faisait ainsi référence aux propos qu’il avait tenus lors de son précédent séjour à Alger durant la campagne électorale française. Il avait alors qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité », suscitant des espoirs de « repentance » à Alger et de vives critiques de ses opposants en France.

 

Macron demande des « efforts » aux autorités

 

M. Macron a fait un geste pour régler l’un des contentieux historiques entre les deux pays, en annonçant qu’il était « prêt » à ce que la France restitue des crânes d’insurgés algériens tués au XIXe siècle par l’armée française et conservés au Musée de l’homme à Paris.

Mais, parallèlement, il a demandé des « efforts » aux autorités algériennes, notamment pour permettre aux Français « qui sont nés en Algérie » et « aiment passionnément » ce pays à y retourner, tout comme « des harkis et enfants de harkis ». « On doit pouvoir regarder cette question de manière apaisée », a-t-il souhaité. Les dirigeants algériens ne se sont pas exprimés face à la presse à l’issue de cette visite.

 

M. Macron a provoqué une cohue bon enfant en descendant l’une des artères du centre historique d’Alger, accueilli par des youyous descendant des balcons des vieux immeubles haussmanniens. « C’est bien qu’un président nous parle. On n’a jamais connu ça avec les nôtres », s’est enthousiasmée Yassine, trentenaire, parmi les badauds agglutinés derrière des barrières. « Vous avez de la chance, il est jeune votre président », commentait une Algérienne à l’adresse des journalistes français.

 

Alléger les contraintes dans la circulation entre les deux pays

 

« J’ai vu trop de jeunes qui m’ont demandé un visa », a indiqué ensuite le chef de l’Etat français, en appelant à alléger « les contraintes » dans la circulation des « étudiants, des apprentis, des hommes d’affaires, des journalistes, des artistes… » entre les deux pays.

« L’Algérie doit s’ouvrir d’avantage. Il y a encore beaucoup de freins à l’investissement », a-t-il également noté, alors que la France reste le premier employeur étranger en Algérie mais perd des parts de marchés face à la Chine et d’autres. Un certain nombre de projets économiques devraient avancer à l’occasion du conseil intergouvernemental de haut niveau qui réunit jeudi à Paris les premiers ministres français et algériens et plusieurs membres de leur gouvernement.

 

Le président français s’est également dit partisan d’un « axe fort » franco-algérien « autour de la Méditerranée qui se prolonge vers l’Afrique », où les crises au Sahel et en Libye préoccupent fortement Paris et Alger. Emmanuel Macron veut accélérer le déploiement de la force multinationale G5-Sahel (Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso et Mauritanie) lors d’une réunion le 13 décembre à Paris.

 

Alger, qui dispose de nombreux relais d’influence dans la région, a parrainé les longues tractations ayant abouti en 2015 à un accord de paix au Mali, qui peine à être appliqué, suscitant l’impatience de Paris. « J’attends une coopération totale de tous ceux qui partagent l’objectif d’une paix durable au Mali. Et en effet j’attends beaucoup de l’Algérie », a expliqué le président français, qui devait s’envoler en fin de soirée pour une visite officielle de quelques heures au Qatar.

 

 


 

Interview du président de la République à El Watan


 

Vous effectuez une visite en Algérie en tant que président de la République après celle de candidat au début de l’année. Avec quel état d’esprit revenez-vous à Alger ? Quel est le message politique que vous comptez transmettre ?

 

Je suis venu à Alger à plusieurs reprises à titre officiel et comme candidat. Je suis heureux de revenir en Algérie en tant que président de la République. Nos deux pays partagent une histoire forte et il était important pour moi de faire ce déplacement rapidement en début de mandat pour voir mon homologue, le président Bouteflika, et venir à la rencontre de la société algérienne.

Je reviens dans l’état d’esprit d’un ami de l’Algérie, d’un partenaire constructif qui souhaite renforcer nos liens dans les années qui viennent pour faire fructifier une relation déjà dense. Nos deux pays doivent s’enrichir mutuellement de leur expérience, de leur savoir-faire et de leur richesse humaine et culturelle.

Candidat à la présidentielle, vous avez déclaré que vous voudriez apporter un « regard neuf sur l’Algérie ». Quel contenu lui donnez-vous aujourd’hui et quelle forme doit prendre le « nouveau rapport » avec l’Algérie ?

J’ai le regard d’un homme de ma génération, d’un Président élu sur un projet d’ouverture. Je connais l’histoire, mais je ne suis pas otage du passé. Nous avons une mémoire partagée. Il faut en tenir compte. Mais je souhaite désormais, dans le respect de notre histoire, que nous nous tournions ensemble vers l’avenir.

Le nouveau rapport que je veux construire avec l’Algérie et que je propose aux Algériens est celui d’un partenariat d’égal à égal, construit dans la franchise, la réciprocité et l’ambition.

L’Algérie et la France ambitionnent de bâtir un axe fort sur le modèle franco-allemand, mais il semble que les contours de ce projet ne se précisent pas encore. Pourquoi, selon vous ? Existe-il des obstacles ?

L’histoire et la géographie sont différentes, mais l’ambition est la même. Avec l’Algérie, la France doit construire un axe fort, un axe autour de la Méditerranée qui se prolonge vers l’Afrique. Bien sûr, les obstacles existent, mais il nous appartient de les surmonter avec tous les acteurs de nos sociétés.

Pour ce faire, nous devons en particulier travailler ensemble dans les domaines de l’éducation, du développement économique et des échanges culturels. Les objectifs de notre relation doivent être en particulier notre sécurité et notre prospérité commune autour de projets concrets et innovants

. Je suis convaincu que la clé de cet avenir réside dans la jeunesse de nos deux pays, une jeunesse entreprenante, pleine d’initiatives, déterminée à construire l’avenir.

A ce titre, la diaspora algérienne en France est à mes yeux un atout formidable pour nos deux pays. Elle constitue un pont entre les deux rives de la Méditerranée et la plus belle preuve des liens forts et indéfectibles qui unissent la France et l’Algérie.

Il est reproché à votre pays la faiblesse de ses investissements en Algérie, voire un recul par rapport aux années 2000. Quelles en sont les raisons et comment comptez-vous inverser la tendance ?

L’Algérie est un partenaire économique majeur pour notre pays. La France est le premier investisseur étranger en Algérie en dehors du secteur des hydrocarbures. Cela représente un stock d’investissements français de 2,3 milliards d’euros.

Ce stock a augmenté de plus de 4% par rapport à 2015. Nos investissements sont très diversifiés, notamment dans le secteur bancaire et dans l’industrie manufacturière, avec en premier lieu l’industrie automobile, puis l’agroalimentaire et l’industrie chimique. Si les projets en cours de développement se concrétisent, le montant des investissements français en Algérie pourrait afficher une forte augmentation dans les années à venir.

Les entreprises françaises qui investissent en Algérie dans le long terme agissent en convergence avec les priorités de l’Algérie : produire sur place, produire « algérien », c’est-à-dire avec un taux d’intégration local important, apporter des savoir-faire et des technologies pour créer de l’emploi et participer à la diversification et au développement de l’économie algérienne.

La France investit également dans le capital humain, c’est-à-dire dans la formation et le développement des compétences par le biais de ses entreprises. Je pense par exemple à la Renault Académie, au Centre d’excellence de Schneider Electric, ou encore à la formation de la RATP pour la mobilité urbaine…

Mais nous n’entendons pas nous reposer sur ces acquis. Il faut faire plus et répondre aux besoins d’une jeunesse de plus en plus nombreuse qui arrive chaque année sur le marché du travail. Notre coopération doit pouvoir s’étendre à de nombreux secteurs, des secteurs d’avenir comme les énergies renouvelables, tout ce qui relève de la ville du futur ou du numérique.

Dans tous ces domaines, il y a des champs de coopération prometteurs entre nos deux pays. L’Algérie doit aussi s’ouvrir davantage. Il y a encore beaucoup de freins à l’investissement qui existent sur le contrôle des participations et les règles de change en Algérie. Une modernisation de l’économie est indispensable pour que les entreprises algériennes et françaises puissent développer leurs projets.

L’histoire coloniale continue d’impacter le présent et vraisemblablement le futur des relations entre Alger et Paris. Quels sont les gestes nécessaires à faire pour refermer la plaie coloniale ? Maintenez-vous l’expression « crime contre l’humanité » que vous avez employée en février dernier à Alger ?

J’ai dit à Ouagadougou que durant la colonisation, il y a eu des combats, il y a eu des fautes et des crimes, il y a eu des grands événements et des histoires heureuses. Je suis d’une génération de Français pour qui les crimes de la colonisation européenne sont incontestables et font partie de notre histoire.

En tant que chef d’un Etat qui a colonisé une partie de l’Afrique mais aussi comme représentant d’une génération qui n’a pas connu cette période, je considère que la France est dépositaire de ce passé. Pour autant, j’ai une conviction profonde, notre responsabilité n’est pas de nous y enferrer, notre responsabilité n’est pas de rester dans ce passé. Elle est de connaître cette histoire et de construire un avenir commun et une espérance. Mes convictions sur ce point n’ont pas changé depuis que j’ai été élu président de la République.

L’Algérie souhaite que la communauté algérienne puisse bénéficier des dispositions du droit commun français en matière de séjour en France, par souci d’apporter une solution globale et durable aux problèmes relatifs à la circulation, à l’emploi et au séjour des ressortissants algériens sur le territoire français. Est-il question de réviser l’accord de 1968, d’autant qu’il est évoqué par certains, la libre circulation des harkis et leurs familles entre l’Algérie et la France ?

Il n’y a pas de vache sacrée, nous sommes prêts à réviser ce texte. Par ce texte, l’Algérie bénéficie d’avantages plus importants que d’autres pays parce que ces accords datent d’une époque où les problèmes de migrations ne se posaient pas dans les mêmes termes qu’aujourd’hui.

La mobilité des étudiants, des hommes d’affaires, des artistes en particulier est importante pour les échanges économiques et culturels. Je souhaite à ce titre que l’accord de mobilité des jeunes actifs puisse être mis en œuvre le plus rapidement possible. Dans le même temps, je suis déterminé à lutter contre l’immigration clandestine qui n’est bonne ni pour la France ni pour l’Algérie.

Nous travaillerons étroitement ensemble pour essayer de trouver des solutions efficaces pour lutter contre ce phénomène. Je suis enfin très attaché à la réciprocité et il m’importe que les Français qui souhaitent se rendre en Algérie, comme les journalistes et les religieux, puissent obtenir leur visa.

Le phénomène du terrorisme est un défi et un danger, quelle perception avez-vous de l’émergence des groupes armés au Sahel, d’autant plus que vous avez réservé votre première visite en Afrique au Mali ? Pensez-vous que l’option militaire à elle seule est à même de résoudre le problème au Mali, sans risque d’atomiser la région ?

La France et l’Algérie ont un intérêt commun, celui de la stabilité de la région et de la lutte contre les groupes terroristes, qui ont frappé et meurtri à plusieurs reprises nos deux pays. L’opération Serval a permis de sauver le Mali des mouvements terroristes

Ce combat contre le terrorisme au Sahel, nous ne pourrons le gagner que si nous poursuivons le même objectif, celui d’avoir des armées africaines fortes, capables de contrôler leurs frontières et de prendre le dessus sur les groupes terroristes. C’est le sens du soutien que nous apportons à la force conjointe du G5 Sahel qui est en train de se déployer prioritairement dans la région des trois frontières entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

Des premières opérations conjointes ont été menées mais il faut aller plus vite. Il faut des gains militaires contre les groupes terroristes mais il faut aussi le retour des écoles, des administrations, des services publics. Ce sera l’objet de la réunion que j’organiserai le 13 décembre à Paris avec les membres du G5 Sahel et ceux qui soutiennent cette initiative.

Au-delà de la lutte sur le terrain il faut gagner aussi le combat contre la pauvreté et pour le développement. C’est l’objet de l’Alliance pour le Sahel que nous avons lancée ces derniers mois.

S’agissant des filières terroristes, je me suis clairement exprimé à ce sujet à plusieurs reprises. Ma position n’a pas changé. J’attends une coopération totale de tous ceux qui partagent l’objectif d’une paix durable au Mali. Et en effet j’attends beaucoup de l’Algérie dans ce domaine.

Autour de la France et de l’Algérie, « nous pouvons créer un axe fort, porteur d’une ambition collective pour la Méditerranée et l’Afrique », aviez-vous assuré en février dernier. Or il se trouve que pour l’heure, la Méditerranée et l’Afrique subsaharienne sont devenues des lieux où périssent les migrants. Qui porte la responsabilité de ce drame ?

J’ai parlé à Ouagadougou de responsabilité partagée. C’est d’ailleurs le sens général du partenariat que je souhaite refonder entre l’Europe et l’Afrique. Cela commence par apporter des solutions concrètes pour mettre fin au drame des populations africaines prises au piège en Libye.

C’est pourquoi, à mon initiative, en marge du sommet d’Abidjan, pour aller au-delà de l’indignation et trouver des solutions, nous avons élaboré un plan avec 9 actions très concrètes que nous sommes en train de décliner.

Un appui va être apporté à l’OIM pour accélérer les évacuations de Libye et les rapatriements vers les pays d’origine. Une partie de ces populations, celle éligible au droit d’asile, pourra bénéficier d’une protection et d’une réinstallation, y compris en France, grâce au dispositif que l’OFPRA a mis en place en lien avec le HCR et avec la coopération des autorités nigériennes et tchadiennes.

La France est pour l’instant le seul pays européen à avoir mis en place un tel dispositif et je souhaite que d’autres Européens puissent le rejoindre. Nous travaillons en parallèle à des actions pour démanteler les réseaux de passeurs qui sont les nouveaux esclavagistes.

Cela commence par des mesures de sanctions, par exemple de gel d’avoirs, qui doivent être discutées au Conseil de Sécurité des Nations unies. Au final, c’est une mobilisation enfin à la hauteur de l’enjeu qui se met en place. Je suis heureux que la France ait pu contribuer à l’accélérer et participe à sa déclinaison concrète.

La réponse apportée pour y mettre un terme n’est que sécuritaire, les Etats sont-ils à ce point impuissants pour n’être pas parvenus à enrayer cette tragédie en mettant en place des solutions durables ?

La réponse qui doit être apportée est multiple. Elle est sécuritaire sans aucun doute mais elle est également politique, comme en Libye où les trafiquants profitent de l’instabilité du pays pour prospérer. Notre action doit conduire à une plus grande stabilité de la Libye.

Il s’agit de travailler sur le long terme sur les raisons qui poussent ces populations à quitter leur pays et risquer leur vie.

Le défi, et c’est tout le sens du discours que j’ai prononcé à Ouagadougou, c’est de créer les conditions pour que la jeunesse africaine puisse se projeter vers un avenir et un destin qu’elle a choisis et non qu’elle subit. Qu’elle ne soit la proie ni des passeurs, ni des extrémistes.

J’ai formulé plusieurs propositions qui permettront à la France d’accompagner ce projet d’un avenir choisi et partagé. Je pense aux partenariats universitaires que nous allons multiplier pour créer des doubles diplômes et des parcours croisés. Je pense également au fonds d’un milliard d’euros qui viendra en soutien des PME africaines. Ce fonds permettra de développer l’innovation et l’emploi en Afrique.

Sans issue, la crise libyenne va en s’aggravant, notamment avec l’apparition de nouvelle forme de la traite des êtres humains. Jusqu’à quand la solution à cette crise restera-t-elle otage des luttes d’influences des puissances ?

La France comme l’Algérie soutiennent pleinement la médiation des Nations unies. L’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies, M. Ghassan Salamé, a proposé un plan qui a été approuvé par le parlement de Tobrouk. C’est une bonne chose. Il faut à présent convaincre l’ensemble des acteurs que la seule solution pour résoudre la crise libyenne est politique et que tous ont intérêt à ce que le processus politique, sous l’égide des Nations unies, reprenne.

L’Algérie joue un rôle important sur ce dossier en animant avec la Tunisie et l’Egypte un groupe de travail dont l’objectif est de jouer un rôle constructif et de soutien à la médiation de l’ONU. Nos deux pays continueront à travailler étroitement sur cette question pour contribuer à la résolution de cette crise.

La Françafrique a longtemps dominé les rapports entre la France et le continent africain. Estimez-vous que cette conception « néo-colonialiste » est définitivement bannie dans les faits, autrement dit, quelle est votre propre conception ?

La Françafrique, c’est un monde d’un autre temps, un monde de réseaux et de connivences, un monde du passé. C’est tout l’inverse du partenariat que j’ai proposé la semaine dernière à la jeunesse africaine. J’ai demandé à nos entreprises d’être exemplaires en Afrique. D’agir dans la transparence. De développer l’emploi local. D’être à l’avant-garde en matière de responsabilité environnementale. D’investir dans la formation professionnelle des jeunes. Cela sera la condition du soutien de l’Etat.

Cela signifie de nouvelles méthodes et tout le monde va devoir s’y adapter, nous-mêmes Européens, mais aussi l’Afrique et tous nos partenaires dans le monde car, en matière de gouvernance et grands contrats, il faut éviter les erreurs que nous avons commises ensemble par le passé. Ma conception est celle d’une génération nouvelle qui voit dans l’Europe et l’Afrique un destin commun et des responsabilités partagées.

Le Moyen-Orient est soumis au rythme infernal des conflits violents où l’équilibre ancien semble définitivement rompu. Le Golfe persique est lui aussi en proie à des tensions qui implique en filigrane l’Iran. Qu’est-ce qui se joue dans cette partie du monde ?

Le Moyen-Orient est confronté à de multiples crises qui sont source de déstabilisation importante, que ce soit en Libye, en Syrie, en Irak, dans le Golfe aujourd’hui. La stabilité du Golfe est essentielle et la France soutient la médiation koweitienne pour trouver une sortie de crise par le dialogue et la négociation.

La rivalité entre les pays du Golfe et l’Iran est également une source d’inquiétude. Là encore, seul le dialogue sera en mesure de réduire les tensions. Ma position a toujours été claire. La France souhaite jouer le rôle d’une puissance modératrice et médiatrice. Avec l’Iran, la France a un dialogue ferme et exigeant pour tenter de réduire les tensions dans la région. L’Iran est une puissance régionale, c’est un fait. Mais elle doit jouer un rôle constructif dans la résolution des crises régionales.

La position sur le Sahara occidental est perçue comme étant favorable au Maroc. La France ne devrait-elle pas avoir une attitude plus équilibrée sur cette question pour pouvoir influer sur le règlement de ce conflit en suspens ?

Notre position équidistante sur cette question est bien connue et n’a pas changé. Et elle ne changera pas. Le dialogue entre l’Algérie et le Maroc sur cette question est primordial. Ensemble, avec l’appui de la communauté internationale, vos deux pays doivent œuvrer à la résolution de cette crise. Son règlement constitue un énorme défi pour l’intégration du Maghreb.

Elle représente un blocage économique majeur pour la région. J’espère que le Maroc et l’Algérie sauront dépasser leur divergence pour construire un Maghreb fort, uni et prospère.

 

Résultat de recherche d'images pour "macron algerie"

 


 

https://www.tsa-algerie.com/algerie-france-les-messages-de-macron/

 

Algérie – France : les messages de Macron

Par: Fayçal Métaoui 07 Déc. 2017 à 14:12

 

https://www.tsa-algerie.com/wp-content/uploads/fly-images/40364/Newpress_macron-alger-9999x9999-c.jpg

Anis Belghoul / PPAgency / New Press

 

À Alger, le président français Emmanuel Macron, en visite de travail et d’amitié mercredi 6 décembre, s’est surtout adressé principalement aux jeunes. « Je compte sur vous, la jeunesse. Il faut changer les logiciels ! », a-t-il lancé dans un bain de foule à la Rue Larbi Ben M’hidi.

 « On étouffe ! », crie un jeune. « Vous n’avez qu’à vous desserrez », réplique Macron. L’homme a le sens de la réplique et du contact. Contrairement aux autres présidents français, Jacques Chirac mis à part, le nouveau chef d’État français a dépassé les verrous du protocole pour aller discuter directement avec les gens amassés des deux côtés de la Rue Ben M’Hidi à Alger.

Il n’a trouvé aucune gêne à prendre des selfies avec les jeunes et à toucher la main aux présents. Dans ses échanges, souvent nourris, Macron invitait la nouvelle génération à regarder vers l’avenir et ne « plus être otage du passé ». Il répondait à un jeune qui l’interrogeait sur le refus de la France de reconnaître les crimes coloniaux. « Il ne doit pas y avoir de tabous entre nous. Nous devons avoir des projets d’avenir. C’est un pays jeune. Je veux que la jeunesse algérienne construise son avenir, en partie grâce à la France, en Algérie », a-t-il dit à un Français, d’origine algérienne, qui lui parlait de la gratuité de l’enseignement en Algérie.

« Donnez des visas aux jeunes », a crié une femme. « Visas, visas », a répété, le ton amusé, le président français.

« Un visa, ce n’est pas un projet de vie »

« Trop de jeunes m’ont demandé un visa ce matin. Un visa, ce n’est pas un projet de vie. Un projet de vie, c’est d’avoir une formation, d’essayer d’avoir un travail, une famille », a déclaré Macron, lors de la conférence de presse, à la fin de la visite, animée sans la présence d’un responsable algérien à ses côtés.

Le président français a plaidé pour dépassionner la question de visas parlant de la nécessité d’octroyer plus de facilités notamment pour les intellectuels, les artistes, les journalistes et les hommes d’affaires. « Il faut avoir plus facilement un visa pour aller travailler de part et d’autre de la Méditerranée. Il faut une politique volontariste dans ce domaine. Il y a une communauté de vie qui suppose une circulation plus facile, on va améliorer les choses », a-t-il promis, tranchant avec le discours de la diplomatie française sur les questions consulaires, habituellement prudent.

À El Watan et El Khabar, il a souhaité que les journalistes et hommes de religion français aient plus facilement des visas algériens. Dans son entretien à TSA, il a appelé à « changer les mentalités collectives » sur la question des visas. « Durant les dernières années, on a doublé le nombre de visas. Plus de 400.000 visas ont été donnés l’année dernière », a-t-il annoncé.

Parler aux jeunes à travers les nouveaux médias

Pour expliquer ses idées et détailler ses projets sur la coopération bilatérale avec l’Algérie et sur les questions régionales, le président français a préféré s’adresser aux Algériens à travers TSA via un entretien vidéo. Un exercice inédit pour un chef d’État français en visite en Algérie.

Une manière de s’inscrire pleinement dans la politique de communication actuelle, plus rapide, plus fluide et plus visible. Macron, 39 ans est un homme qui sait que les médias traditionnels sont partiellement dépassés et que le meilleur moyen de « parler » efficacement aux jeunes est d’utiliser l’internet.


 


https://www.ladepeche.fr/article/2017/12/07/2699783-alger-lance-ses-youyous-pour-macron.html

Alger lance ses « youyous » pour Macron

Politique – Algérie

 

Emmanuel Macron en compagnie de l'historien Benjamin Stora, hier au centre-ville d'Alger./ Photo DDM, DD

 

Impossible de transcrire ce cri strident qui yodlait depuis le pavé jusqu'aux plus hautes fenêtres de la rue Larbi Ben M'Hidi, ex-rue d'Isly ! Aux balcons, même les fleurs frémissent, tandis que les mains s'agitent et les sourires s'épanouissent. En terme technique, cela s'appelle «des youyous».

Emmanuel Macron a reçu un accueil chaleureux, hier au cœur d'Alger. Toute la ville l'avait attendu avec ferveur : entre l'aéroport et le centre, tous les cent mètres, il y avait soit un policier en grande tenue, soit un bouquet de drapeau vert-blanc-rouge et bleu-blanc-rouge, soit des arbres fringants, rhabillés de blanc d'Espagne jusqu'aux premières branches. D'ailleurs, tout le quartier a reçu, à la hâte, un coup de peinture ces jours-ci. La vénérable Grande Poste est immaculée comme une enveloppe vierge et les trottoirs les plus fatigués du trajet présidentiel ont été rapetassés.

«Je lui ai serré la main, se réjouit Luiza, 42 ans. Pourvu qu'il apporte un peu de jeunesse aussi à notre pays. Je lui trouve une arrogance positive ! Il a la carrure. Et puis, il est venu au contact, il se mêle à la foule, lui !»

Eh oui, dans cette promenade au centre d'Alger, Emmanuel Macron se régale. Ses souliers le mènent de «Chaussures d'Orient» à «Timberland», il serre des mains, gratte la tête des gosses, tape sur l'épaule des anciens.

Parfois, il bifurque quand on l'interpelle, et c'est tout un cortège de gardes du corps et de journalistes qui chavire et se comprime, tandis que lui bondit dans une posture très chiraquienne, quasi carnassière, à la chasse aux mains offertes. Parfois, il se pose. Et c'est un vrai dialogue qui s'installe. La colonisation ? lance celui-ci. «Oui, cela a été un crime.» La crise économique ? «Nous devons être des partenaires».

Dépasser le passé

De la mémoire et du business, mais aussi du concret : « Il faut absolument régler le problème des visas! » tempête Abdallah, 67 ans.

« Ces Youyous, c'est pour souhaiter la bienvenue, c'est une tradition que perpétue notre groupe Essaada », explique Yamina, qui entraîne une troupe de femmes vêtues de satin clair et d'un voile blanc de dentelle, juste sous des yeux pleins de malice et de khôl.

Beaucoup de joie dans des lieux qui sont pourtant chargés d'une histoire tragique. Il y avait eu 80 morts à la Grande Poste en 1962. Et c'est avec l'attentat sanglant du Milk-Bar de la place Bugeaud, rebaptisée place Abd-el-Kader, que la bataille d'Alger va commencer en 1956. Un passé que l'historien Benjamin Stora rappelle à Emmanuel Macron, sur les lieux mêmes de ces tragédies. Mais un passé que l'on veut aujourd'hui dépasser.

Emmanuel Macron s'enfonce dans «La librairie du Tiers-Monde», face à la statue d'Abd-el-Kader. Il restera près d'une heure avec ces rares militants du livre de ce côté de la Méditerranée.

« Macron, c'est notre invité. Espérons que ce sera bon pour les deux pays », soupire Lamri, 63 ans. « Parce que, ici, rien ne bouge…», déplore Driss, jeune cadre. L'enthousiasme du peuple algérois, c'est surtout en creux une forme de désespérance face à un pouvoir qui semble vitrifié. Après la joyeuse déambulation,

Visite chez Boutéflika

Emmanuel Macron est parti pour la résidence de Zéralda, au nom aussi intrigant qu'un jeu vidéo. C'est que l'on soigne, à l'abri des regards, Abdelaziz Boutéflika, depuis son accident vasculaire cérébral. Il reçoit ses hôtes sans témoins, sans photo. Ni «Youyous».

Un peu à l'écart, Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, savoure la balade, mais nous confie : «Pour la sécurité au Sahel, nous dialoguons beaucoup avec l'Algérie, mais ce dialogue doit être renforcé !»

Emmanuel Macron a traversé la ville, souriante, belle, lumineuse… Mais Alger la Blanche a aussi caché sous le tapis ses poubelles qui débordent et ses murs qui se lézardent. Une Alger qui regarde avec les yeux de Chimène un Président jeune, dynamique, qui veut tourner la page, et qui n'a pas hésité à aller au contact du peuple. Ah, si seulement…

Aujourd'hui au Qatar

Emmanuel Macron effectuera aujourd'hui une visite éclair au Qatar, avec au menu plusieurs gros contrats, la crise dans le Golfe et la lutte antiterroriste.

Il se rendra d'abord sur la grande base américaine d'Al-Udeid qui abrite le siège du Centcom, le commandement central américain qui dirige les opérations antijihadistes. Il s'entretiendra ensuite avec le jeune émir du Qatar cheikh Tamim ben Hamad al-Thani.

De notre envoyé spécial à Alger Dominique Delpiroux


 

http://www.boursorama.com/actualites/plusieurs-medias-francais-obtiennent-finalement-leur-visa-pour-alger-e8aa85a5f327569b086e8278801f7627

 

Plusieurs médias français obtiennent finalement leur visa pour Alger

Reuters le 05/12/2017 à 15:47

 

(Actualisé avec déblocage)

 

PARIS, 5 décembre (Reuters) - Une dizaine de journalistes français, dont les demandes de visas pour couvrir le déplacement d'Emmanuel Macron mercredi en Algérie avaient été bloquées, ont finalement reçu le feu vert des autorités algériennes, a-t-on indiqué mardi à l'Elysée.

"La situation est réglée" pour ces journalistes, notamment du Monde, du Figaro, de Libération, de Mediapart et de Quotidien, a-t-on déclaré. "Le président de la République a eu d'intenses échanges au plus haut niveau avec les autorités algériennes à ce sujet."

"Ce déblocage illustre la solidité de la relation de confiance entre la France et l'Algérie", a-t-on ajouté.

En avril 2016, Le Monde et le Petit journal s'étaient vus refuser leurs visas pour un déplacement de Manuel Valls, alors Premier ministre, à Alger, conduisant Libération Le Figaro et Radio France à renoncer au voyage en signe de protestation.

Lors de la conférence de presse conjointe du chef du gouvernement français et de son homologue algérien Abdelmalek Sellal, l'AFP avait lu une déclaration commune des journalistes français présents exprimant leur "profond désaccord et leur émotion face à cette décision, contraire à toutes les pratiques,qui vise à sanctionner ces médias".

Le Premier ministre algérien avait accusé lors de cette même conférence de presse Le Monde d'avoir "gratuitement" porté "atteinte à l'honneur, au prestige" du président Abdelaziz Bouteflika et s'était défendu de toute atteinte "à la liberté de la presse".

Dans le collimateur des autorités algériennes, la publication par Le Monde d'une photo du président Bouteflika en Une d'une édition consacrée à "L'argent caché des chefs d'Etat"dans l'affaire des "Panama Papers". Le quotidien avait indiqué le lendemain qu'il s'agissait d'une erreur et que le nom du président algérien n'était pas mentionné dans les fichiers des"Panama Papers".

 

(Elizabeth Pineau et Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

 


 

https://www.ladepeche.fr/article/2017/12/06/2699063-jean-jacques-jordi-historien-faudrait-moins-signer-traite-paix.html

Publié le 06/12/2017 à 07:56

Jean-Jacques Jordi, historien : «Il faudrait au moins signer un traité de paix…»

International - Jean-Jacques Jordi, historien, spécialiste de l'Algérie

Jean-Jacques Jordi, historien : «Il faudrait au moins signer un traité de paix…»

Jean-Jacques Jordi, historien : «Il faudrait au moins signer un traité de paix…»

 

Quel regard portent les Français d'Algérie sur les visites présidentielles ? Qu'en attendent-ils ?

Je pense, pour les avoir régulièrement interrogés, qu'ils n'en attendent rien. Déjà, les précédents présidents de la République n'avaient pas pris en considération leurs souffrances, puis, arrivés en Algérie, se reposait toujours la question de cette condamnation que demande Alger, et du système colonial, et du passé de la France en Algérie. Aujourd'hui, c'est là que reste cette fracture entre ce dont parle le président, c'est-à-dire la colonisation de façon générale, et ce que les pieds-noirs ressentent comme une attaque personnelle en disant «nous, nous n'étions pas comme ça». Ce que les pieds-noirs reprochent donc souvent aux différents présidents, c'est de n'avoir pas exprimé, aussi, à un moment donné, le ressenti des Français et Européens d'Algérie face aux Présidents algériens.

Candidat, Emmanuel Macron avait qualifié la colonisation de «crime contre l'humanité» et invité à regarder le passé en «présentant nos excuses». Le président Macron va-t-il passer à l'acte ?

Je ne pense pas. Déjà, lorsque candidat il avait évoqué un «crime contre l'humanité», le lendemain il s'était repris, s'était excusé quelques jours après dans le Var, et avait pondéré que ce n'était pas un crime global mais qu'il y avait eu des crimes contre des êtres humains. Savoir si la somme de ces crimes constitue un crime contre l'humanité, c'est alors un autre débat. Je pense que déjà, il a redimensionné son discours, témoin celui qu'il vient d'avoir sur l'Afrique à Ouagadougou. Il a parlé de la colonisation, pas du colonialisme. Je ne suis pas sûr qu'il parle de «crime contre l'humanité», mais peut être des «crimes et exactions commis durant la présence française ou de la colonisation française». Je ne le vois pas avancer des excuses, mais un historien n'est pas le mieux placé pour savoir comment va parler un président de la République.

Des excuses feraient-elles évoluer les rapports franco-algériens ?

Ces excuses sont demandées par le pouvoir algérien, mais plus des trois quarts de la population n'ont pas connu la présence française… Ce faisant, quand le gouvernement algérien dit aujourd'hui «c'est la faute aux Français» pour justifier la situation du pays, les Algériens se rendent bien compte que ce n'est pas la réalité, puisque la France n'était déjà plus là pour les trois-quarts lorsqu'ils sont nés. Actuellement, le peuple algérien se pose d'ailleurs d'autres questions et a d'autres urgences sociales et économiques que les excuses de la France. Et s'il se posait la question, de quelle nature devraient être ces excuses ? Nous sommes dans un temps historique : l'histoire n'est ni blanche, ni noire, ni grise, ni verte, ni rose… Il y a parfois des pages d'honneur, parfois de déshonneur dans l'histoire d'un pays, et, là, peut-être que le président Macron pourrait parler des actions d'honneur et de déshonneur perpétrées par la France en Algérie, mais le peuple algérien, lui, si l'on en croit les caricatures féroces de Dilem dans Liberté-Algérie, pense plutôt «visas» qu'excuses à chaque visite présidentielle française. Aujourd'hui, le fait que le gouvernement attende des excuses de la France, alors que le peuple algérien sent bien que la faillite politique, économique et sociale de l'Algérie, est une chose qui marque l'écart toujours croissant entre le pouvoir et la réalité du pays et qui se vérifie par l'abstention croissante à chaque élection.

Dans ces mémoires antagonistes des deux côtés de la Méditerranée, notamment pour ceux qui ont vécu la guerre, que faudrait-il faire, politiquement, pour pacifier les mémoires ?

Il faudrait peut-être créer un office franco-algérien de la jeunesse, comme on l'avait fait avec l'Allemagne. Il faudrait peut-être aussi écrire une histoire si ce n'est apaisée – car on ne le pourra pas –, mais au moins écrire et signer un traité de paix. Car aujourd'hui, la France n'a toujours pas de traité de paix avec l'Algérie. Il y a des dispositions communes aux deux parties, mais pas de traité de paix, ce qui veut dire qu'on n'a pas fait la paix avec l'Algérie. Et tant qu'on n'aura pas fait la paix, on ne pourra pas aller de l'avant, car il y a des cadavres dans les placards des deux côtés, et cela reste problématique. Parallèlement le pouvoir algérien a fait de la guerre d'Algérie et du peuple algérien contre l'occupant, contre la France, son fonds de commerce. Ça, les jeunes Algériens en ont marre, c'est clair. Mais la France, de son côté, n'a pas voulu dire, n'a pas voulu révéler les choses ni tendre la main. On est donc dans une situation où, sans traité de paix, l'on ne peut pas faire la paix et, sans la paix, on ne peut pas avancer comme on avait avancé avec l'Allemagne.                          Recueilli par P. C.


 

https://www.ladepeche.fr/article/2017/12/06/2699049-algerie-mission-reconciliation.html

 

Publié le 06/12/2017 à 07:54, Mis à jour le 06/12/2017 à 08:10

Algérie : mission réconciliation

 

Emmanuel Macron, alors candidat à la présidentielle, avait effectué un déplacement à Alger le 14 février 2017. Il s'était recueilli sur la tombe de l'acteur Roger Hanin au cimetière européen de Bologhine./ AFP.

 

Emmanuel Macron, alors candidat à la présidentielle, avait effectué un déplacement à Alger le 14 février 2017. Il s'était recueilli sur la tombe de l'acteur Roger Hanin au cimetière européen de Bologhine./ AFP.

Rien n'est jamais simple entre la France et l'Algérie. Il s'y mêle la douleur et la nostalgie, certainement encore 55 ans après, de la haine et de l'affection. Depuis la déclaration d'indépendance, les relations entre les deux pays sont un incessant ballet de courtoisies et de susceptibilités, de mains tendues aussitôt retirées, d'attrait et de répulsion mutuelle : sous les cendres, il y a toujours des braises.

Emmanuel Macron va-t-il dépasser des relations hantées par dix années de guerre en Algérie ? Lors de son excursion africaine, la semaine dernière, le jeune président a expliqué qu'il était d'une génération qui n'a pas connu la colonisation. Lorsqu'il est venu en Algérie, pendant sa campagne électorale, il a prononcé une phrase très vite montée en épingle sur «la colonisation, crime contre l'humanité». Les Algériens ont apprécié, les pieds-noirs et les harkis beaucoup moins. A priori, Emmanuel Macron ne devrait pas en rajouter sur ce thème, ce qui a été dit lors de la campagne a été dit, et, selon l'Élysée, le temps est venu de «tourner la page et construire une nouvelle relation».

Terrain miné de la diplomatie

On attend cependant une communication d'Emmanuel Macron sur la restitution à l'Algérie de crânes de résistants algériens détenus par le Musée de l'Homme, sinistre héritage d'un massacre perpétré par les soldats français à l'oasis de Zaatcha… en 1849.

Terrain miné de l'après colonisation, terrain miné de la diplomatie, aussi. On a très moyennement apprécié, en Algérie, que l'un des premiers voyages du nouveau président français soit pour le Maroc. Ces deux puissances du Maghreb ne s'entendent pas, et cela depuis les origines, mais surtout depuis que le Maroc s'est emparé du Sahara occidental, «pacifiquement» en 1975. Donner la priorité au voisin chérifien est resté en travers de la gorge des dirigeants algériens, qui ont reçu en priorité tout ce que la France a compté de présidents.

Tourner la page

Enfin, autre aspect tout aussi épineux de cette visite : Emmanuel Macron doit rencontrer, dans sa résidence de Zéralda près d'Alger, Abdelaziz Bouteflika, le président algérien, très diminué depuis un AVC en 2013. Un président qui se manifeste de moins en moins, que l'on a aperçu furtivement à l'occasion des élections locales, le 23 novembre, mais qui, selon ses proches, pourrait bien briguer un cinquième mandat en 2019 ! L'opposition réclame son empêchement, mais le pouvoir est suffisamment verrouillé pour que rien ne bouge vraiment dans les mois qui viennent.

Emmanuel Macron ne vient pas que pour la représentation. Dans la lutte contre le terrorisme, notamment autour de la zone sahélienne, l'Algérie a un rôle central, et Paris voudrait pouvoir compter davantage sur sa puissante armée. La question des réfugiés devrait aussi être abordée lors de cette visite. Et bien entendu on parlera business : PSA a signé un préaccord pour implanter une usine dans les environs d'Oran.

Environ 450 entreprises françaises sont implantées en Algérie, dont la Société générale, Renault, CMA-CGM et de nombreux autres grands groupes. Même si l'exercice s'annonce donc difficile, Emmanuel Macron arrive à Alger pour une «visite de travail et d'amitié» (et non une visite d'État) où il devrait être accueilli en confiance. Son ambition est donc de «tourner la page». Mais elle est lourde et longue, cette page-là…

De notre envoyé spécial à Alger Dominique Delpiroux

 


 

https://www.tsa-algerie.com/qui-est-xavier-niel-le-patron-qui-accompagne-emmanuel-macron-en-algerie/

 

Qui est Xavier Niel, le patron qui accompagne Emmanuel Macron en Algérie ?

 

L'Actualité en temps réel Par: Sarah Belhadi 06 Déc. 2017 à 13:57

 

Pour son déplacement en Algérie, le président français est accompagné d’une délégation d’élus, d’artistes et de chefs d’entreprise. Parmi eux : Xavier Niel, un des acteurs économiques français les plus en vue au monde.

 

Fin novembre, le magazine Vanity Fair a désigné Xavier Niel, 50 ans, patron d’Iliad (maison mère de Free) à la première place du classement des « 50 Français les plus influents au monde ».

 

 

Mais avant de devenir la « coqueluche de la Silicon Valley », et l’une des plus grosses fortunes mondiales (129e selon Forbes), l’homme d’affaires a d’abord été un jeune pirate informatique puis “bidouilleur” du minitel. Puis c’est grâce à internet et aux  forfaits mobiles que ce “self-made-man à la française”, qui a juste un bac en poche, va bâtir son empire.

 

En 2002, Xavier Niel, fondateur de l’opérateur de télécoms Free, commercialise en France le concept de box internet et de triple-play (internet, télévision, téléphone). Puis, dix ans plus tard, début 2012, il chamboule de nouveau le marché des télécoms avec un forfait téléphonique à 2 euros par mois. Son goût de la mise en scène pour annoncer ses offres commerciales lui vaut le surnom de « Steve Jobs français ».

 

Après avoir bouleversé le marché des télécoms en cassant les prix, Xavier Niel s’attaque en 2013 à la formation des professionnels du numérique. Il dit vouloir détecter les talents et lance l’ « École 42 », une école de codage informatique gratuite et accessible sans diplôme. « L’école 42 est une école différente. Elle est gratuite, ouverte à tous. Trois mille étudiants s’y croisent. Parmi eux, 42% n’ont pas le baccalauréat. C’est un ovni qui, à son échelle, change la France. Mon constat d’entrepreneur est assez simple : les Français, les jeunes en particulier, ont besoin qu’on leur donne envie », expliquait l’entrepreneur français dans un entretien au journal suisse Le Temps en avril dernier. Début 2017, l’École 42, seconde chance pour les recalés du système éducatif classique, a même été désignée meilleure école de code au monde par une plateforme qui organise des compétitions de programmation informatique.

 

Juin 2017. Nouveau coup. Le patron de Free inaugure, en plein coeur de Paris, Station F, le plus gros incubateur de start-up au monde. On compte déjà quelque 1000 start-up et 3000 entrepreneurs épaulés par des géants comme Facebook, Ubisoft, Thales. Mais pour l’homme d’affaires issu selon lui « de la classe moyenne », le vrai défi, c’est de permettre à ceux qui n’ont ni diplôme, ni réseau, ni fortune personnelle de réaliser leur projet. « ll faut maintenant aller chercher des entrepreneurs parmi les 85 % des moins favorisés dans notre pays. Prenez l’exemple d’un chauffeur Uber. C’est un entrepreneur, et avec la volonté et la quantité de travail dont il fait preuve, il pourrait réaliser quelque chose de bien plus grand. », explique Niel dans Les Échos Entrepreneurs. Un programme du nom de « Fighters Program » doit ainsi permettre aux personnes isolées issues des zones rurales ou des banlieues, mais aussi aux réfugiés, d’obtenir un accompagnement sur le campus parisien.

 

En parallèle, Xavier Niel pose ses pions sur le continent africain. En Guinée, il a déjà investi dans Alliance Minière Responsable (AMR), une start-up tricolore d’exploitation du bauxite (minerai rouge servant à la fabrication de l’aluminium). Pendant ce temps, Iliad, la maison mère de Free, cherche de nouveaux relais de croissance et lorgne le marché africain. Pour Xavier Niel, l’émergence de start-up à succès passe par le développement du réseau de télécoms sur le continent.

 



http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/12/06/25001-20171206ARTFIG00315-macron-interpelle-sur-la-colonisation-par-un-jeune-algerien.php

 

Macron interpellé sur la colonisation par un jeune Algérien

Par  Agathe Muller

Mis à jour le 07/12/2017 à 07:46

Publié le 06/12/2017 à 20:18

 

LE SCAN POLITIQUE - En déplacement à Alger, le président français a échangé avec un jeune homme sur le passé colonial de la France vis-à-vis de l'Algérie, ce mercredi. «Mais vous n'avez jamais connu la colonisation !», lui a lancé Emmanuel Macron.

 

Près d'un an après avoir créé la polémique en déclarant à la télévision algérienne que la colonisation française avait été un «crime contre l'humanité», Emmanuel Macron a été à nouveau confronté à cette période de l'histoire française.

«Il faut que la France assume son passé colonial vis-à-vis de l'Algérie», lui a lancé un jeune dans une rue d'Alger, ce mercredi. Le président a alors assuré que la France avait depuis «longtemps assumé» son histoire. «Vous évitez le fond du sujet», a rétorqué son interlocuteur.

«Qu'est-ce que vous venez m'embrouiller avec ça ?»

Emmanuel Macron à Alger

«Qui évite quoi? J'évite de venir vous voir? J'évite de dire ce qui s'est passé? Mais il s'est passé des choses, comme je l'ai dit... Il y a des gens qui ont vécu des histoires d'amour ici. Il y a des gens, français, qui aiment encore terriblement l'Algérie, qui ont contribué et qui ont fait des belles choses, il y en a qui ont fait des choses atroces. On a cette histoire entre nous mais moi je n'en suis pas prisonnier. Mais vous, vous avez quel âge?», s'est défendu Emmanuel Macron. «J'ai 25 ans», a répondu le jeune homme. «Mais vous n'avez jamais connu la colonisation! Qu'est-ce que vous venez m'embrouiller avec ça? Vous votre génération, elle doit regarder l'avenir». «C'est une page d'avenir que je viens ouvrir avec cette nouvelle génération», a-t-il ajouté, sur fond de youyous descendant des balcons des vieux immeubles haussmanniens du centre d'Alger et dans une cohue bon enfant.

L'échange a été filmé par France Info :

À un journaliste algérien qui lui demandait si la «position du président Macron» était la même que celle du «candidat Macron» sur «la question de la mémoire», le chef de l'État a répondu «je ne suis pas quelqu'un d'incohérent. C'est le même homme qui vous parle». Mais il n'a pas répété ses propos de candidat.


 

http://www.valeursactuelles.com/politique/video-macron-un-algerien-vous-navez-jamais-connu-la-colonisation-quest-ce-que-vous-venez-membrouiller-avec-ca-91287

 

 

- Macron à un Algérien : “Vous n’avez jamais connu la colonisation ! Qu’est-ce que vous venez m’embrouiller avec ça !”

 

Par Auteur valeursactuelles.com / Mercredi 6 décembre 2017 à 17:58 31

 

 Photo © capture d'écran FranceInfo

Photo © capture d'écran FranceInfo

Polémique. En déplacement en Algérie, Emmanuel Macron n'a pas mâché ses mots...

Actuellement en visite en Algérie, le chef de l'Etat Emmanuel Macron n'a pas échappé, alors qu'il était dans la rue, aux questions des passants. Mais lorsqu'un jeune algérien de 25 ans l'interpelle, le ton est direct. “Qui évite quoi ? J'évite de venir vous voir ? J'évite de dire ce qui s'est passé ? Mais il s'est passé des choses, comme je l'ai dit... Il y a des gens qui ont vécu des histoires d'amour ici. Il y a des gens, Français qui aiment encore terriblement l'Algérie, qui ont contribué et qui ont fait des belles choses, il y en a qui ont fait des choses atroces.

On a cette histoire entre nous mais moi j'en suis pas prisonnier. Mais vous, vous avez quel âge ?” a lancé Macron. Et lorsque le jeune homme a répondu qu'il avait 25 ans, la réponse a été directe : “Mais vous n'avez jamais connu la colonisation ! Qu'est-ce que vous venez m'embrouiller avec ça ? Vous votre génération, elle doit regarder l'avenir !” Regardez


 

http://www.elwatan.com/-00-00-0000-358061_109.php

 

Malgré l’insistance des autorités algériennes

 

La France n’a remis que 2% des archives à l’Algérie

Agrandir la taille du textele 06.12.17 | 12h00

 

  
 Peu de documents de la Guerre de Libération nationale ont été remis à l’Algérie

 

Peu de documents de la Guerre de Libération nationale ont...

 

Depuis son indépendance, l’Algérie n’a pas cessé de réclamer à la France son droit sur ses archives : des documents de portée historique transférés sur le sol français à l’indépendance de l’Algérie.

Plus de 50 après, les archives de la période coloniale, constituant un pan important de la mémoire de la nation, sont toujours conservées dans les centres d’archivage de l’Hexagone. L’Algérie n’a récupéré, selon le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, qu’une partie infime de ses archives.

En somme 2% seulement des archives avaient été restitués à l’Algérie sous forme de geste de bonne volonté des autorités françaises de bâtir des relations politiques extirpées de la tension qui les a toujours marquées. Aujourd’hui, cette question revient au-devant de la scène à l’occasion de la visite qu’effectue le président français, Emmanuel Macron, en Algérie. Ce dossier en suspens sera-t-il au menu de cette visite de travail ? Le gouvernement, par la voix de son ministre des Moudjahidine, affirme attendre beaucoup de ce déplacement, notamment en ce qui concerne le dossier de la mémoire, entre autres les archives. Seulement, les historiens et les observateurs de la scène politique ne se font pas trop d’illusions, ils doutent fort que cette question soit évoquée par les deux parties. L’historien Mohamed Corso pense qu’il n’y a pas une volonté politique nécessaire de la part des autorités algériennes pour la récupération des archives spoliées par la France.

Mieux, il explique que l’Algérie, au lieu d’être ferme et rigoureuse sur cette question, a fait, contre tout attente, des concessions. «C’est vrai que la question des archives revient à chaque occasion, les pouvoirs publics en parlent, mais ne se font pas entendre. Parler, c’est une chose et agir et faire du tapage c’est une autre action», affirme M. Corso qui trouve déplorable le fait que l’Algérie a ouvert ses portes à l’investissement français en faisant fi de l’histoire et de la mémoire meurtrie et bafouée.

Cet historien a rappelé que le problème des archives a été posé avec insistance à la fin des années 1970 et début 1980, période correspondant aux élections présidentielles en France, mais les candidats en lice ont utilisé le dossier des archives comme carte électorale. «Il n’était pas question pour les candidats de l’époque, à savoir Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand, qu’une seule archive soit transférée en Algérie, car, pour eux, les voix des pieds-noirs étaient plus importantes», note M. Corso, qui déplore l’exclusion des archivistes aussi bien du débat que de la gestion des archives.  Par ailleurs, et de l’avis du directeur général des Archives nationales, Abdelmadjid Chikhi, la récupération des archives «ne se limite pas aux seuls documents de l’administration, mais concerne aussi les manuscrits, les documents scientifiques et les pièces archéologiques qui ont été transférés en France».

Ces documents sont la preuve, selon lui, que le peuple algérien n’était pas ignorant et qu’il comptait de nombreux savants qui le caractérisaient des autres nations. Comme il y a la valeur inestimable des pièces archéologiques qui font partie de ce capital archivistique. Un véritable trésor, comme celui qui a été dérobé de La Casbah d’Alger dès la prise d’Alger en 1830.


http://www.rfi.fr/emission/20171206-une-emmanuel-macron-algerie

 

Revue de presse Afrique 

A la Une: Emmanuel Macron en Algérie

Par Frédéric Couteau Diffusion : mercredi 6 décembre 2017

 

A la Une: Emmanuel Macron en Algérie

Emmanuel Macron, le président français. REUTERS/Philippe Wojazer

 

 

Visite express pour le président français, une visite de travail et d’amitié qui ne durera que quelques heures, avec comme point d’orgue la rencontre entre Emmanuel Macron et son homologue algérien, Abdelaziz Bouteflika. Pas moins de 40 ans séparent les deux hommes… Une différence d’âge illustrée par ce dessin à la Une d’El Watan : on y voit une chaise roulante et un drapeau algérien face à une… chaise de bébé et un drapeau français…

« Dix mois après un déplacement très remarqué en tant que candidat, le chef de l’État français Emmanuel Macron effectue, donc, ce mercredi, sa première visite en Algérie depuis son élection, pointe le site d’information algérien TSA. Au lendemain de sa victoire à l’élection présidentielle, le jeune président Emmanuel Macron, chantre du renouveau politique, et salué pour ses propos sur la colonisation, avait suscité beaucoup d’espoir à Alger. Qualifiée d’" ami de l’Algérie " par le président Bouteflika, son élection devait être synonyme d’une nouvelle étape dans la relation franco-algérienne, en particulier sur la question mémorielle. »

En effet, rappelle Algérie Focus, « Emmanuel Macron avait assimilé le 14 février dernier la colonisation à un " crime contre l’humanité ". Dès lors, des officiels locaux à l’écoute de ses moindres déclarations sur le sujet l’attendent au tournant. Osera-t-il " La reconnaissance des vérités de l’Histoire ? ", comme l’évoquait cinq mois plus tôt Abdelaziz Bouteflika. L’interrogation a valeur de test chez un nouvel élu sans doute disposé à moduler le référentiel " Guerre d’Algérie ", à régler une part du contentieux historique, mais pas à prendre le risque d’offenser une seconde fois la communauté pied-noir. »

Quel partenariat ?

Le « curseur diplomatique » entre l’Algérie et la France « oscille entre l’impératif mémoriel et l’objectif de coopération, relève pour sa part le quotidien Liberté. (…) Reconnu comme " profondément injuste " (Sarkozy), comme sources de " souffrances " infligées à l’Algérie (Hollande) ou comme “crime contre l’humanité” (candidat Macron), le système colonial n’a pas fait l’objet d’excuses officielles. En France, les conditions politiques et psychologiques ne sont pas réunies pour cela. (…) Si cette demande de repentance ne semble pas constituer, pour l’Algérie, un préalable à la perspective d’un partenariat approfondi, il n’en demeure pas moins qu’elle continuera longtemps à caractériser le contexte de ce partenariat, pointe encore Liberté. Et même en dépassant ce contentieux mémoriel, la coopération restera soumise aux limites de notre politique économique. Quel schéma de partenariat peut, en effet, s’interroge le quotidien algérien, encadrer une coopération entre un pays industrialisé et un pays mono-exportateur qui dresse des barrières contre les investissements étrangers ? Les relations algéro-françaises sont au mieux de ce qu’elles peuvent être. Et, au vu des conditions politiques locales, elles font le précieux minimum qu’on attend d’elles : préserver l’avenir. »

La France des Lumières ou la France d’Alstom ?

Enfin, cette interrogation posée par Le Matin d’Algérie : « Mais à qui Macron va-t-il s’adresser ? A Bouteflika et à son clan, isolés sur le plan international et qui ne demandent pas mieux que d’entendre quelques flatteries de la bouche d’un président qui est, en apparence du moins, leur antithèse : il est jeune, ils sont vieux, il est de cette époque, ils sont d’un temps révolu (…). Macron va-t-il parler au nom d’une France pérenne et traditionnel berceau des droits de l’homme ou au nom de la France repliée sur ses registres de comptabilité ?, s’interroge encore Le Matin d’Algérie. Les Algériens, affligés par le triste spectacle offert par les trois présidents qui ont précédé Macron à l’Élysée, veulent bien croire que, pour une fois, il ne viendra pas de Paris un soutien, un de plus, à ces bandes d’assoiffés de pouvoir qui compromettent l’avenir du pays, avec, il faut le dire, le soutien des dirigeants français. »

Et le quotidien algérien de conclure : « Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande ont négocié la France des Lumières contre la France d’Alstom. C’est ainsi, paraît-il, que se pratique la politique aujourd’hui. Emmanuel Macron a la balle dans son camp. »


 

http://www.bbc.com/afrique/monde-42252503

 

Le Président français Emmanuel Macron va déposer une gerbe de fleur en début d'après-midi au monument des Martyrs à Alger avant de rencontrer son homologue Abdelaziz Bouteflika et le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia.

C'est la première visite d'Emmanuel Macron en Algerie depuis son élection.

Un dîner de travail avec le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, un déjeuner avec des membres de la société civile algérienne et une rencontre avec la communauté française sont aussi au programme.

Selon l'Elysée, la priorité de ce voyage-éclair est le renforcement de la coopération économique au moment où la France tente de reconquérir la place de premier fournisseur de l'Algérie, qu'elle a cédée à la Chine en 2014.

Le président français abordera aussi avec ses interlocuteurs algériens, la lutte contre le terrorisme et la sécurité régionale, notamment dans le Sahel.

Emmanuel Macron n'a pas voulu déroger à une tradition des présidents français, celle de se rendre dès la première année du mandat en Algérie.

Pour Kader Abderahim, maître de conférences à Sciences-PO Paris, spécialiste du Maghreb, l'Algérie reste un partenaire important pour la France malgré les interrogations concernant l'avenir politique du pays.

"C'est toujours un voyage important, c'est une manière aussi de dire qu'on ne tourne pas le dos aux dirigeants algériens quels qu'ils soient. Il y a cet énorme point d'interrogation sur la question de la succession, on ne sait pas ce qui va se passer si le président Bouteflika venait à disparaître. Pour la France, évidemment, c'est un partenaire important, c'est quasiment aujourd'hui près de 45 millions d'habitants, c'est la deuxième armée d'Afrique. La France a quand même encore beaucoup d'intérêts en Algérie et il y'a plusieurs millions de français issus de l'immigration algérienne, donc cela compte aussi. On ne peut rien faire en Méditerranée ou au Maghreb sans l'Algérie."

La venue d'Emmanuel Macron sera suivie par un comité intergouvernemental de haut niveau présidé par les deux Premiers ministres, qui se tiendra jeudi 7 décembre à Paris.


 

https://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20171206.OBS8853/le-bain-de-foule-express-de-macron-a-alger-l-algerie-veut-faire-partie-du-jeu.html

 

Le bain de foule express de Macron à Alger : "L'Algérie veut faire partie du jeu"

 

Emmanuel Macron dans les rues d'Alger, le 6 décembre 2017.

 

Comme tous les présidents avant lui, Emmanuel Macron a "déambulé" dans les rues d’Alger. Reportage de notre envoyée spéciale.

Par Nathalie Funes , Publié le 06 décembre 2017 à 20h00

 

C’est un bain de foule comme en ont fait la plupart des autres présidents avant lui, Chirac à Bab-el-Oued, Sarkozy à Constantine, Hollande à Tlemcen. Ou plutôt un bain de caméras et de gardes du corps. Pour sa première visite éclair en Algérie – douze heures montre en main –, Emmanuel Macron a choisi un endroit chargé de symboles, la rue Larbi Ben M’hidi, anciennement rue d’Isly, du temps de la colonisation française. Là où eut lieu l’attentat du Milk Bar, en septembre 1956 ; là où l’armée française tira sur des partisans de l’Algérie française, en mars 1962 ; là où, après l’indépendance, la statue du maréchal Bugeaud, l’ancien gouverneur de l’Algérie, fut déboulonnée et remplacée par celle de l’Emir Abdelkader, le héros de la résistance à la conquête ; là où aujourd’hui encore se dresse la Librairie du Tiers-Monde, la plus grande d’Alger.

Soleil, ciel limpide, façades blanches. La rue Larbi Ben M’Hidi a été vidée de ses voitures et de ses passants, avant l’arrivée du président. La foule des curieux, repoussée sur les trottoirs, derrière des barrières, fouillée, surveillée par des hordes de policiers.

Aux balcons en fer forgé, des cris, "Vive l’OM !", des youyous… Le long du parcours, des dizaines de femmes en hayek, le voile traditionnel blanc algérois, "sans doute amenées là par l’Agence pour le rayonnement culturel", indique un journaliste algérien. La "déambulation" du président français, pour reprendre le terme du programme officiel, démarre à midi, au pied de la Grande Poste. Avec lui, le président du Conseil de la Nation, Abdelkader Bensalah, le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, le ministre de l’Action et des comptes publics, Gérald Darmanin, le réalisateur Alexandre Arcady, qui a grandi dans la basse Casbah et a fait partir de la délégation de Nicolas Sarkozy en décembre 2007, l’historien Benjamin Stora, qui est né, lui, à Constantine et a voyagé avec François Hollande en décembre 2012… et surtout des dizaines de molosses, costume sombre, lunettes noires, oreillette.

 

 

"C’est de là qu’est partie la fusillade de la rue d’Isly"

Très vite, le président disparaît sous une masse vaguement humaine, magma de journalistes, d’officiers de sécurité et de perches de son. Ramdane, 72 ans, venu de Kouba, la commune voisine, et qui se définit comme écrivain et poète, l’interpelle derrière sa grille : "Nous devons construire une passerelle entre les deux rives." Emmanuel Macron ne peut qu’approuver. Un peu plus loin, des jeunes réclament des visas pour la France, comme à chaque voyage d’un président français, comme il y a quatorze ans déjà, sur le port d’Alger, face à Jacques Chirac. Le président leur répond :

"Nos deux pays ont beaucoup de choses à faire, il faut dépassionner le sujet. Les jeunes doivent rester pour développer leur pays."

Ecrasés par les caméras, pressurisées par les gardes du corps, poussés par les reporters, les autres personnalités de la "déambulation" sont vite éjectées. Un peu à l’écart, Alexandre Arcady, qui n’a cessé de raconter dans ses films l’histoire des pieds noirs, et Benjamin Stora (près d’une cinquantaine de livres à son actif) discutent entre natifs et spécialistes :

"Tu te rappelles, c’est de là qu’est partie la fusillade de la rue d’Isly et le fameux 'halte au feu mon lieutenant !'"

Gérald Darmanin marche tout seul, derrière la "masse" macronienne. C’est la "première fois", dit-il, qu’il vient en Algérie, et "ça lui fait vraiment quelque chose". Ses parents lui ont donné Moussa comme deuxième prénom. Son grand-père maternel, né en Kabylie, gardait les moutons quand il était gamin et s’est engagé dans les Tirailleurs algériens à l’âge de 13 ans. Il a participé au débarquement en Provence, a fait la campagne d’Italie, celle des Ardennes, puis s’est installé en métropole à la fin de la seconde guerre mondiale.

"Il a fini adjudant-chef, mais n’a jamais pu devenir officier, car il ne savait ni lire ni écrire. C’est peut-être aussi parce que je suis petit-fils d’Algérien que le président m’a invité à ce voyage."

Jean-Yves Le Drian se tient lui aussi à distance de la déambulation. "Emmanuel Macron aime les bains de foule. C’est chaque fois la même chose, à chaque voyage", commente-t-il d’un sourire en aparté. Le ministre des Affaires étrangères est venu en Algérie il y a trois semaines. La visite du président, son contenu et sa date, ont été décidés à ce moment-là. "Il y avait une attente, dit-il. L’Algérie a apprécié que le candidat Macron soit venu faire campagne ici, elle voit que le nouveau président a un rôle international très fort et veut faire partie du jeu."

13 heures. Emmanuel Macron s’arrête devant la statue de l’Emir Abdelkader. La cinquantaine de journalistes français, qui font partie du voyage, peut enfin l’interroger sur le sujet qui mobilise toute la France depuis le milieu de la nuit : la mort de Johnny Hallyday. Est-ce l’Emir qui le toise sur son cheval ? La rue Larbi Ben M’hidi qu’il vient de remonter et qui est tellement chargée d’histoire ? La réponse de Macron relève presque du lyrisme patriotique.

"Il fait partie de ces héros français. J’ai souvent dit qu’il fallait des héros pour qu’un pays soit grand."

 


De notre envoyée spéciale, Nathalie Funès

Nathalie Funes Nathalie Funes Journaliste

 

http://www.huffpostmaghreb.com/2017/12/06/journaliste-arrete-visite_n_18748492.html

 

Alger: La visite d'Emmanuel Macron vue du commissariat Cavaignac

Maghreb Emergent  |  Par Aboubaker Khaled

 

Publication: 06/12/2017 20h46 CET Mis à jour: 07/12/2017 10h02 CET

 

MACRON ALGERIA

 

Voici comment Khaled Aboubaker, journaliste à Maghreb Emergent a vécu la visite du président français Emanuel Macron à Alger.

À 10h, je suis sorti de la rédaction, sise à la Place Audin, pour faire un reportage sur l’ambiance dans laquelle devait se dérouler la visite du président français à Alger-centre. Je me suis rendu à la place Emir Abdelkader pour repérer une position à partir de laquelle je pouvais prendre des photos. Sur place, j’ai constaté que ce n’était pas possible, vu le nombre impressionnant de policiers présents sur place et qui confisquaient systématiquement les téléphones et les appareils photos des passants.

A 10h30, sur le chemin du retour vers la rédaction, en arrivant devant l’entrée de la Fac centrale, un groupe de personnes manifestait contre la visite de Macron. Je me suis approché : « Macron dégage », criaient les manifestants que les policiers tentaient de maitriser.

J’ai continué mon chemin avec un ami « Abdeldjalil » que j’ai rencontré sur place. Apres quelques pas, un policier s’approche de nous et nous demande si nous avons pris des photos des manifestants. Je lui ai répondu que non. Mais il a exigé de vérifier mon téléphone et a fini par nous demander d’entrer dans un immeuble à côté. Il a pris le temps d’examiner les portables sans trouver de photos. Ensuite, il m’a demandé ma carte nationale. Je la lui ai remise en ajoutant que j’étais journaliste et en présentant ma carte de presse. Je suis en mission », ai-je précisé. Mais cela ne semblait pas changer grand-chose pour lui.

D’autres policiers en civil sont arrivés. Ils ont, à leur tour, demandé à revérifier nos papiers et nos téléphones. Le ton est monté, et nous avons tenté de sortir de l’immeuble, en leur expliquant que, tout comme eux, nous étions en mission de travail. « Nous avons des ordres et nous devons les exécuter », nous ont-ils répondu en nous empêchant de quitter les lieux. Je leur ai demandé de me rendre le téléphone pour appeler mon directeur et l’informer de la situation. Encore fois, refus catégorique.

Après environ 15 minutes d’attente, ils nous ont forcés à monter dans un fourgon de détenus (du ministère de la justice). Ils nous ont conduits au commissariat du 6e (ex-Cavaignac), en compagnie des manifestants qui en voulaient à Macron, neuf personnes en tout.

Au commissariat, après enregistrement des informations nous concernant, les policiers nous ont dit qu’ils ne pouvaient nous libérer sans l’autorisation de leur «chef» qui n’était pas sur place. Minutes après minutes, heure après heures, aucun signe du fameux «chef».

J’ai essayé plusieurs fois d’expliquer aux officiers, sur place, que je n'avais rien à voir avec la manifestation à laquelle ils ont rapidement mis fin et que ma détention au commissariat était arbitraire. Personne ne semblait m’écouter et la seule chose à faire était d’attendre le «chef».

Les heures se suivent et je n’avais aucune possibilité d’informer la rédaction, ni ma famille sur l’endroit où je me trouvais. Ce n’est qu’à 15h30 que le chef tant attendu est arrivé. Lorsque l’opportunité m’était enfin donnée d’expliquer «mon cas» au chef, je me suis aperçu que lui non plus n’était pas réceptif à mes explications.

Plus tard, c’est dans un autre fourgon que nous avons été embarqués mais cette fois-ci pour passer nous rendre au CHU Mustpha Pacha, pour une visite chez le médecin légiste. C’est la procédure. Une procédure qui nous fera encore perdre 40 minutes. La visite terminée, nous sommes à nouveau emmenés au commissariat du 6e.

C’est à ce moment que je me rends compte que mon directeur de rédaction, El Kadi Ihsane, était sur place et qu’il avait pu convaincre les policiers de me libérer, en leur expliquant que j’étais en mission.

Emanuel Macron avait terminé sa visite d’Alger-centre depuis longtemps et Aboubaker Khaled avait passé la journée en détention arbitraire.


 

les habitants agacés du toilettage «à la française» de la ville pour l'arrivée de Macron — RT en français

C'est la première visite en Algérie du président français depuis son début de mandat. Pour ce séjour éclair, un nettoyage en règle d'Alger, la capitale, mobilise activement les services de propreté et de sécurité.

 

Alger le Milk - Bar

 

Pour la première visite d'Emmanuel Macron, Alger est en effervescence : pots de fleurs, peinture, barrières et nettoyage ont métamorphosé la ville à la veille du 6 décembre.

Ce jour, le président français est en visite dans la capitale, à l’invitation de son homologue Abdelaziz Bouteflika, pour une entrevue «de travail et d'amitié».

Si Emmanuel Macron ne restera en Algérie que quelques heures, au cours desquelles il ira rencontrer les habitants dans le centre de la capitale, après s’être recueilli au monument des martyrs de la Guerre d’Algérie, sa venue a fait couler beaucoup d'encre. L’événement est très attendu, si l'on en croit cette couverture médiatique d'une homogénéité parfaite. 

A cet effet, la ville vient d'être briquée, sécurisée, enjolivée en dernière minute et suscite les commentaires des Algérois, peu habitués à tant de zèle. 

A J-1, une journaliste constate qu'on chaule les arbres et qu'on sécurise la zone.

Les petits marchands sont priés de déguerpir et les arbres se font rafraîchir « à la française» pour séduire le président. 

Un journaliste souhaiterait que la sécurité soit tout le temps à pied d’œuvre, pas uniquement lors de la visite d'Emmanuel Macron.

Un internaute, qui a à redire sur la propreté de sa ville, se plaint que les rues soient nettoyées uniquement pour l’arrivée du président français.

Honte à la ville d'#Alger qui s'est enfin décidé à nettoyer ces rues... mais uniquement pour l'arrivée de Macron

Les rues se nettoient tout les jours pas uniquement avant l'arrivée d'officiels !

Un autre filme la disposition des pots de fleurs.

Emmanuel Macron rencontrera également son homologue dans sa résidence médicalisée de Zéralda, en banlieue d’Alger. Le Président Bouteflika, affaibli par les séquelles d’un AVC survenu en 2013, reçoit peu de dignitaires étrangers en raison de son état de santé.

Le chef d'Etat français a déclaré qu'il se rendait en Algérie «en ami», refusant d’être «otage du passé», en référence à la colonisation française de 130 ans dans le pays. Il devrait aborder les relations économiques, le terrorisme et  la crises au Sahel et en Libye. La France aimerait qu’Alger s’implique davantage sur le plan militaire sachant que l’Algérie ne fait pas partie du G5 Sahel et qu’elle se refuse à intervenir en dehors de ses frontières. 


 

http://www.liberation.fr/planete/2017/12/06/le-passe-sparadrap-du-capitaine-macron-en-algerie_1614908

Le passé, sparadrap du capitaine Macron en Algérie

Par Célian Macé, Envoyé spécial à Alger — 6 décembre 2017 à 18:47

 

En amont de sa visite à Alger, le président français avait affirmé : «Je ne suis pas otage du passé.» Mais l'histoire de la colonisation a marqué les étapes de son parcours.

Un voyage présidentiel est un parcours sportif fait de figures libres et de passages imposés. Comme en patinage artistique, le dosage des deux ingrédients, et la qualité de leur réalisation, détermine souvent le niveau de la prestation. Pour la visite d’Emmanuel Macron à Alger, la «prise de risque» était très calculée. Elle a essentiellement consisté en une «déambulation» dans la rue Larbi Ben M’hidi, en plein centre-ville.

Pendant une heure, le Président a navigué d’un trottoir à l’autre de cette artère historique, où était contenue la masse des curieux, filtrée à l’entrée des rues adjacentes. «Il est trop petit, et moi aussi», s’amuse une Algéroise qui, en dépit de ses cris timides, n’a pas pu «croiser le regard» de Macron dans la cohue. Entre elle et le chef de l’Etat, une haie de policiers, deux cordons de sécurité rapprochée, un rideau de journalistes, un chœur de youyous, et quelques officiels algériens en uniforme, l’air dépassé.

En trois soudaines enjambées de côté, Macron parvient toutefois à approcher les barrières pour échanger quelques phrases avec la foule. Un jeune Algérois aux yeux clairs lui tend la perche des «crimes de la colonisation». «Qu’est-ce que vous avez à m’embrouiller avec ça ? Vous avez quel âge ?» rétorque le Président, visiblement ravi d’engager la discussion.

— 26 ans.

— Alors vous n’avez pas connu la colonisation…

— Mes parents l’ont connue.

— Il ne faut pas toujours regarder vers le passé. […] Je suis aussi venu pour parler d’avenir.»

Ce mantra avait été énoncé dans son discours fleuve sur l'Afrique, à Ouagadougou la semaine dernière : «Je me refuse à toujours revenir sur les représentations d’hier, avait expliqué Macron. Il y a eu des combats, il y a eu des fautes et des crimes, il y a eu des grandes choses et des histoires heureuses. Mais j’ai une conviction profonde, notre responsabilité est de ne pas de nous y enferrer.»

«Tourner la page sans la déchirer»

Pourtant, en Algérie plus que partout ailleurs, le passé est impossible à tenir à distance. Devant la statue de l’émir Abdelkader, figure de la résistance algérienne à l’invasion française, l’historien Benjamin Stora, membre de la délégation présidentielle, se lance dans un cours magistral : la rue Larbi Ben M’hidi, ex-rue d’Isly, a été le théâtre d’une fusillade meurtrière le 26 mars 1962 ; à quelques mètres, le Milk-Bar a été visé par un attentat le 30 septembre 1956. Les devantures Yves Rocher et Dal’s Burger ont aujourd’hui grignoté les vieilles boutiques. Reste la célèbre Librairie du Tiers-Monde, dans laquelle s’engouffre Emmanuel Macron en saluant les familles qui l’observent depuis les balcons.

Sans circulation et sans Président, la place est devenue étonnamment silencieuse, noyée dans le soleil. Même la foule parle bas, sous le regard du poster géant d’Abdelaziz Bouteflika. «Il faut tourner la page de l’histoire, sans la déchirer», insiste Linda Lounici, qui se présente fièrement comme «l’unique illusionniste femme du monde arabe». Apprêtée, poudrée, la magicienne de bientôt 60 ans a été «invitée» à s’asseoir à la terrasse du Milk Bar par le maire d’Alger, parce qu’elle l’a «aidé dans sa campagne», dit-elle. Linda pense aussi à l’entrevue qui va suivre avec le président Bouteflika : «Il est comme un père malade. On l’aime beaucoup, mais il faut le laisser se reposer.» Qui donc le fatigue autant ? Rire embarrassé. «La réponse, beaucoup d’Algériens la cherchent !»

Derrière elle, des vendeurs et des clients, absurdement enfermés dans un magasin pour des raisons de sécurité, se collent à la vitrine. Coincée contre une barrière sous les arcades, Sofia Rabet, 52 ans, porte un foulard fleuri. Elle aussi s’obstine à scruter la sortie du Président. «En février, il avait parlé de la colonisation comme un crime contre l’humanité. Cela m’a donné de l’espoir. C’est pour cela que je suis venue aujourd’hui. C’est la première fois que fais ça, murmure-t-elle en désignant le rassemblement. Il faut régler la question une bonne fois pour toutes, et ne pas laisser ça en fardeau aux générations suivantes. Mais maintenant, Macron dit "ni déni ni repentance", alors je suis perdue.»

Crânes

Le chef de l'Etat a-t-il eu les mêmes échos des 17 personnalités algériennes invitées à la Villa des Oliviers, la résidence de l’ambassadeur de France, Xavier Driencourt ? Macron a déjeuné avec les écrivains Kamel Daoud, Boualem Sansal, Maïssa Bey et Adlène Meddi, le caricaturiste Ali Dilem, des représentants associatifs et religieux, et une poignée de jeunes chefs d’entreprise. Nombre d’entre eux sont des critiques explicites, voire féroces, du régime algérien.

Le reste du programme présidentiel, qui doit durer douze heures avant un départ pour le Qatar dans la nuit, est plus sagement conventionnel : visite obligée au mémorial du martyr qui surplombe la baie d’Alger, séance de travail avec le Premier ministre Ahmed Ouyahia, entrevue interdite aux médias avec le président Bouteflika à sa résidence personnelle médicalisée de Zéralda, et rencontre avec la communauté française chez l’ambassadeur. Une seule annonce : le retour en Algérie des crânes des résistants tués par le corps expéditionnaire français dans les années 1840 et 1850, actuellement conservés au Musée de l’homme de Paris. «Je souhaite qu’on ravive la relation avec le travail mémorial entre nos deux pays, que la restitution des crânes soit décidée, je la déciderai, je suis prêt», a affirmé au site Tout sur l’Algérie Emmanuel Macron. Une nouvelle fois rattrapé par le passé.

Célian Macé Envoyé spécial à Alger

 


 

https://www.ladepeche.fr/article/2017/12/06/2699249-alexandre-arcady-les-algerois-vivent-dans-une-ville-francaise.html

 

Publié le 06/12/2017 à 17:46, Mis à jour le 06/12/2017 à 18:27

Alexandre Arcady : « Les Algérois vivent dans une ville française »

Le cinéaste Alexandre Arcady (Le Coup de Sirocco, Le Grand Pardon…) faisait partie de la délégation française accompagnant Emmanuel Macron à Alger. Une ville pour laquelle il éprouve un attachement et une admiration particulière. « À l’origine, Alger, c’était la Kasbah. Et puis la ville s’est élargie et étendue, au fil des années. Et ce sont les architectes français qui l’ont bâtie : ils venaient s’exercer à Alger avant d’aller travailler à Paris ou ailleurs, mais on a ainsi une magnifique architecture. Ainsi, la mairie d’Alger est une merveille des années 50. Cette ville est un musée à ciel ouvert. »

 

 

 

Pour le cinéaste : « La France est intimement mêlée à cette ville d’Alger, plus encore qu’à Oran ou Constantine. Il existe entre la France et les Algérois un lien très fort. Et on commence à le voir avec une nouvelle génération, qui commence à avoir un regard différent sur la colonisation de celui de la génération précédente. C’est une des thématiques de mon film « Ce que le jour doit à la nuit » (d’après un roman de Yasmina Khadra). Il faut rechercher un point d’équilibre : tout n’est pas noir, tout n’est pas blanc. Ce film a été téléchargé illégalement plus de 5 millions de fois ! Cela veut dire qu’il interpelle, notamment la jeune génération. » Alors, est-ce que désormais, notamment après la visite d’Emmanuel Macron, les relations peuvent basculer vers autre chose, cinquante-cinq ans après l’indépendance ?

 

« Les jeunes de ce pays souhaitent qu’on en finisse avec les vieux débats : ils veulent qu’on ouvre les portes, et qu’on ouvre les yeux ! » En ce jour de visite officielle à Alger, Alexandre Arcady ne peut s’empêcher d’évoquer la mort de Johnny Hallyday, qui était devenu son ami : « Il m’appelait de Los Angeles à 4 heures du matin pour me demander mon avis sur tel ou tel film ! » Mais surtout : « J’ai découvert Johnny quand j’avais onze ans. Il passait à la télévision dans une émission de Denise Glaser, et lui-même n’avait que 16 ans. Et j’apprends la nouvelle de sa mort ici à Alger, alors que j’ai appris son existence à Alger… dans la Kasbah, à deux cents mètres d’ici ! J’ai l’impression que le destin fait comme une boucle !

 


 

http://afrique.lepoint.fr/actualites/memoire-harkis-immigration-investissements-ce-qu-a-dit-macron-a-alger-07-12-2017-2177868_2365.php

 

Mémoire, harkis, immigration, investissements : ce qu'a dit Macron à Alger

 

Le président français Emmanuel Macron n'a voulu éluder aucune question. Mieux, il a confirmé l'approche qu'il avait esquissée lors de son passage en février dernier.

 

Par Amayas Zmirli, à Alger

 

Publié le 07/12/2017 à 07:54 - Modifié le 07/12/2017 à 08:12 | Le Point Afrique

 

Le président français Emmanuel Macron était très attendu sur nombre de questions souvent soulevées dans les relations entre la France et l'Algérie. À côté de la conférence de presse au cours de laquelle il a répondu sans détour aux interrogations des uns et des autres, il a accordé un entretien exclusif à notre confrère TSA (Tout sur l'Algérie), le site d'information le plus consulté d'Algérie. À la journaliste Hadjer Guenanfa qui l'a interrogé, il a d'abord indiqué qu'il assumait pleinement les propos qu'il avait tenus en février dernier, en tant que candidat, sur le colonialisme, qu'il avait qualifié de « crime contre l'humanité ». « J'ai dit une chose qui était forte et que j'assume pleinement. Il y a eu en effet ce crime contre l'humain qui a été fait », a-t-il avancé. Et d'ajouter : « Je regarde toutes les histoires et toutes les mémoires de nos pays. Ce sont des histoires faites d'humiliations, de violences, qu'il faut condamner et que j'ai reconnues. Ce sont également des histoires qui sont faites parfois d'amour et de moments heureux. »

 

Ni déni ni repentance

 

Emmanuel Macron a souhaité une « reconnaissance entière » de part et d'autre, une manière d'éviter « une histoire en quelque sorte officielle qui nie les parts sombres de ce qui a été fait ». Mais pas question de parler de repentance pour le président français. « Il n'y a pas de repentance chez moi. Il y a un espace, celui de la reconnaissance mutuelle qui n'est ni le déni ni la repentance », a-t-il tranché. « Rester dans le déni », « ne jamais en parler » ou « être dans la repentance permanente » est un « piège », selon lui. « Je crois que le cœur de notre relation, c'est de reconnaître ce qui a été fait de bien comme de mal », a-t-il dit. Dans ce contexte, il a assuré qu'il était prêt à restituer les crânes de résistants algériens tués dans les années 1850.

De « ceux qui sont nés en Algérie » aux harkis

 

En même temps, Emmanuel Macron dit s'attendre à des gestes du côté algérien. « Je pense que c'est important que l'Algérie fasse des gestes à l'égard de ceux qui sont nés en Algérie et qui veulent pouvoir y revenir.

Je pense que ça serait un geste fort de réconciliation », a-t-il estimé. Le président français a cité le cas des harkis qui « voudraient pouvoir revenir » en Algérie. « Aujourd'hui, en fin d'année 2017, on doit pouvoir savoir regarder ensemble de manière apaisée tout ça. Je ne dis pas que la solution est facile. Je sais qu'il y en a qui ont encore ce traumatisme, mais je dis qu'on doit pouvoir ensemble, étape par étape, régler chacun de ces problèmes et dénouer les choses », a-t-il affirmé.

 

Se construire sans le poids du passé

 

Selon lui, les jeunesses des deux pays doivent pouvoir se construire « avec le goût de l'avenir » sans regarder un « passé qu'elles n'ont pas connu ». « Je veux que la jeunesse française issue de l'immigration ou nouvellement arrivée ait envie de réussir en France, qu'elle ait sa part d'identité culturelle, religieuse et historique. (…) Je veux qu'il y ait une jeunesse en Algérie qui regagne son pays en disant : Je veux faire de l'Algérie de demain un très grand pays qui rayonne sur la Méditerranée », a-t-il déclaré. « J'ai envie qu'on crée ici de l'activité économique et de l'entrepreneuriat là où nous avons parfois comme des blocages ou des relations qui sont encore déterminés par le passé. C'est pour cela que je suis venu aussi avec des entrepreneurs », a-t-il ajouté.

 

« Un visa pour la France, ce n'est pas un projet »

 

Aux jeunes Algériens qui rêvent d'obtenir un visa pour la France, Emmanuel Macron répond que la « France peut être une étape, mais pas un objectif ». « Avoir un visa pour la France n'est pas un projet. (…) La France elle-même a un immense travail d'intégration et de construction de sa vie économique », a indiqué le président français, qui souhaite des partenariats entre les établissements universitaires des deux pays. « Il faut que la France vienne développer aussi des filières académiques d'excellence en partenariat avec les universités algériennes. (…) Je veux des jeunes qui ont envie de réussir ici, qui réussissent ici et qui montrent l'exemple », a-t-il insisté.

 

Interrogé sur le peu d'engouement des investisseurs français pour le marché algérien, Emmanuel Macron a réaffirmé sa volonté d'encourager les entreprises françaises à venir investir en Algérie, tout en rappelant les contraintes rencontrées dans le pays. « Nos entreprises doivent venir investir en Algérie. Mais il faudrait aussi qu'il y ait un cadre d'investissements plus ouvert et plus protecteur pour toutes celles et tous ceux qui viennent sur ce marché. Il faudrait moderniser aussi l'économie algérienne pour les Algériens qui entreprennent et pour les étrangers qui sont prêts à venir entreprendre », a estimé le président français, qui a évoqué notamment le contrôle des changes qui reste « très contraignant », selon lui. « Je souhaite aussi qu'il y ait des Algériens qui puissent davantage investir en France parce que vous avez de grands entrepreneurs. M. Rebrab a, par exemple, racheté des marques françaises, des structures et des entreprises en France. Je m'en félicite. Il faudrait qu'il y en ait d'autres puisque le marché français doit être ouvert au marché algérien », a-t-il dit.

 

Que restera-t-il de ce voyage d'amitié et de travail au détour du style qu'y a introduit le président français. Attendons de voir comment la partie algérienne va réagir sur le terrain.

 

Commentaires

 

Hotphot

 

30 le 08/12/2017 à 09:50 La part des choses...

 

Complexe fut ce conflit nommé "pacification "... Ne regarder que par le mauvais coté de la lorgnette ne suffit pas à émettre des jugements rédempteurs... Colonisation, il y eu, tout comme au Maroc... Pays ayant bénéficié d'apports financiers, techniques, aux fins d'aménagements... Routes en lieu et place de pistes, créations du rail, de lignes de chemins de fer, politiques d'irrigation par la construction de barrages, mises en valeur des terres libres dans les plaines, forces hydrauliques donnant naissance à des usines électriques... Aménagement de villes nouvelles. ETC.

 

13mai1958 le 08/12/2017 à 09:35

 

C'est une repentance UNILATÉRALE

 

Qui est INDIGNE DE NOTRE HUMANITÉ COMMUNE.

Faute de pouvoir lire ici certains de mes posts trop " connotés" sans doute au " niveau du vécu « !

J'affirme au nom de mon expérience et non d'une quelconque idéologie réductrice :

Que Les français " européens " de toutes " classes " et origines des départements 91, 92, 93 et du Sahara qui ont fait de leur pays natal avant 1962 ce qu'il fut, n'ont que commisération en dépit de leur propre sort et de l'amnésie profonde qui ne garde qu'envie et reproche pour leur seule survie, pour les "autres indigènes" abandonnés au évolutionnisme marxiste avec leurs biens spoliés et le pactole pétrolier.

 

Libre à chacun de voir midi à son clocher... Lorsqu'il est 14 heure !

 

Le crime majeur contre la fraternité, c'est Camus qui l'a dénoncé, et c'est Boualem Sansal, Kamel Daoud et quelques autres qui témoignent, courageusement eux, de la réalité du marxisme sectaire de 1962 et de la réaction logique d'un Islam respecté par une France laïque et tolérante.

L'Europe a su résister au marxisme pour tous en dépit de ses fidèles collabos apatrides... Molière et l'église de Rome aujourd'hui diabolisé les ont aidés à y résister.

S'il est symboliquement crucial de féminiser notre prose pour nos femmes savantes... Alors eradiquons aussi les termes incongrus de " kolonialisme ", de sol " occupé" par le premier comme le dernier venu l'administrer. ... Et le terrorisme incivique et fratricide contre des civils de " combat dissymetrique " légitime !

 

Pas d'AMALGAME reconnaissons l'arbre à ses fruits.

 

Vision du futur le 08/12/2017 à 08:47 Soit

 

Le Président explique parfaitement ce que j’ai écrit dans mon dernier commentaire de façon plus simple et clair sans excès et vous m’avez censuré. Je ne comprends pas votre journal et quel côté politique il représente. Je ne vais pas poursuivre mon abonnement pour mon information de la France.

 

librepenseuse le 08/12/2017 à 06:49 TRES POSITIF

 

Ce discours équilibré et intelligent me semble tout-à-fait adapté à la réalité, comme orienté vers l'avenir, et pour chacun. Il a bien dit " étape par étape " et cadré avec justesse les relations souhaitées.

 

Serge2630 le 07/12/2017 à 13:32

 

Équilibré

 

Il est difficile pour un président français de vanter la colonisation, bien que de vieux algérien doivent probablement la regretter. Il me semble que l’intervention du président est équilibré et va dans le bon sens.

 

pafoufou le 07/12/2017 à 13:23

 

@GDJ87

 

Excellente réflexion ! Attendons une réponse.

Mais qui en aura le courage ?

Certainement pas nos politiques incultes et peureux qui sont en place.

Des journalistes ? Trop de peureux tels les moutons, il en existe pourtant des courageux et honnêtes, patientons.

Bien à vous.

 

Djill le 07/12/2017 à 13:06

 

Acte de contrition

 

"C'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute... "

Qu'il le fasse en son nom, si il le souhaite. Mais pas au nom des Français.

Ou alors qu'il leur demande leur avis.

Moi c'est : Non

 

Todalone le 07/12/2017 à 12:44

 

Crime contre l'humain, vraiment ?

 

Et les multiples apports de la colonisation, pourquoi n'en parle-t-il pas ? Sans la France, que serait l'Algérie aujourd'hui ?

 

Décidément, ce président ne connait ou plutôt ne veut pas connaître l'histoire.

GDJ87 le 07/12/2017 à 11:04 Signaler un contenu abusif

 

Devons nous nous excuser

 

D'avoir laissé aux algériens un pays construit structuré avec une agriculture, des villes et du pétrole ?

Bien loin de ce que Napoleon III y avait trouvé

 

La question reste qu'est ce que les algériens en ont fait ?

 

FLYTOXX le 07/12/2017 à 10:50 Signaler un contenu abusif

 

@ Petit Malin

 

@ Petit Malin

D’accord à 200 % avec votre analyse !

 

Et c’est vrai que ce voyage qui aurait dû être un beau coup médiatique passe quasiment inaperçu.

Pas de bol aurait dit l’ancien locataire de l’Elysée.

 


 

http://www.huffpostmaghreb.com/2017/12/07/paris-alger-_n_18754242.html?utm_hp_ref=politique-algerie

 

 

Paris prêt à remettre à Alger une copie de ses archives coloniales (Ouyahia)

AFP Publication: 07/12/2017 17h56 CET Mis à jour: 07/12/2017 17h56 CET

 

EDOUARD OUYAHIA

 

Emmanuel Macron est prêt à remettre à l'Algérie une copie des archives de la période coloniale française (1830-1962), réclamée depuis des années par Alger, a annoncé jeudi à Paris le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia en saluant une "percée".

Au lendemain de la visite du président français en Algérie, M. Ouyahia était reçu jeudi à Matignon par son homologue Édouard Philippe dans le cadre d'un "comité intergouvernemental de haut niveau" organisé régulièrement par les deux pays.

Mercredi, à Alger, Emmanuel Macron s'est dit "prêt" à ce que Paris restitue les crânes d'insurgés algériens tués au XIXe siècle par l'armée française et conservés au Musée de l'Homme à Paris, un geste attendu par l'Algérie.

Selon M. Ouyahia, le président français a également dit la "disponibilité" de la France à remettre une "duplication" des archives de la période coloniale (1830-1962), un sujet que M. Macron n'a pas évoqué mercredi devant la presse à Alger.

"Sur la question des archives, nous avons également fait une bonne percée, puisque Emmanuel Macron nous a annoncé hier (mercredi), au nom de la France, la disponibilité de notre partenaire à nous remettre une duplication de toutes les archives, ce qui permettra de gérer plusieurs affaires de la vie courante en Algérie", s'est réjoui le Premier ministre algérien, lors d'une conférence de presse avec M. Philippe.

Quant à la question d'une "restitution" graduelle de ces archives, les deux pays vont "continuer à discuter", a-t-il ajouté.

"Le dossier du passé, l'Algérie ne le soulève pas pour enfermer les relations algéro-françaises dans le passé mais pour alléger la démarche commune vers l'avenir, donner plus d'entrain, en prenant en charge quelques soucis que nous avons", a affirmé M. Ouyahia.

Édouard Philippe a pour sa part dit sa volonté de développer la relation bilatérale "en regardant notre passé droit dans les yeux, dans ses zones d'ombre, dans ses éléments de lumière aussi".

Concernant la remise des crânes des insurgés algériens, "la partie algérienne va terminer le dossier procédural, la partie française va préparer la loi puisqu'il en faut une", a indiqué le Premier ministre algérien.

Après une demande officielle de l'Algérie, une "loi de déclassification" doit être adoptée par le Parlement français pour autoriser la restitution, a confirmé Matignon.

Une procédure, obligatoire du fait du principe d'inaliénabilité des collections publiques, déjà suivie en 2010 pour restituer des têtes maories momifiées.

Des universitaires français et algériens demandent depuis plusieurs années que soient rapatriés en Algérie 37 crânes d'Algériens, révoltés durant la deuxième moitié du XIXe siècle contre la colonisation française, et entreposés depuis la fin du XIXe siècle au Musée de l'Homme à Paris.

Si M. Macron a fait ce geste mercredi, il a parallèlement demandé des "efforts" aux autorités algériennes sur les questions de "mémoire et de reconnaissance".

M. Ouyahia n'a pas évoqué de geste de réciprocité jeudi, se contentant d'évoquer une "volonté partagée de trouver des pistes et des solutions à même de satisfaire les deux peuples".


http://www.20minutes.fr/culture/2183715-20171207-france-copie-archives-periode-coloniale-va-etre-remise-algerie

 

Une copie des archives de la période coloniale française va être remise à l’Algérie

 

ALGERIE Emmanuel Macron a annoncé être prêt à remettre la copie des archives de la période coloniale française, réclamée depuis des années par Alger…

20 minutes avec AFP        Publié le 07/12/17 à 18h38 — Mis à jour le 07/12/17 à 18h39

Emmanuel Macron a rencontré, le 6 décembre 2017 le président de la République algérienne, Abdelaziz Bouteflika.

Emmanuel Macron a rencontré, le 6 décembre 2017 le président de la République algérienne, Abdelaziz Bouteflika. — CHINE NOUVELLE/SIPA

 

Le chef de l’Etat français est prêt. Il va remettre à l’Algérie une copie des archives de la période coloniale française (1830-1962), réclamée depuis des années par Alger, a annoncé jeudi à Paris le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia. Il salue pour autant une « percée » pour le dossier sensible de la « mémoire » franco-algérienne.

Au lendemain de la visite du président français en Algérie, Ahmed Ouyahia était reçu jeudi à Matignon par son homologue Édouard Philippe dans le cadre d’un « comité intergouvernemental de haut niveau » organisé régulièrement par les deux pays.

Les crânes des insurgés

Mercredi, à Alger, Emmanuel Macron s’est dit « prêt » à ce que Paris restitue les crânes d’insurgés algériens tués au XIXe siècle par l’armée française et conservés au Musée de l'Homme à Paris, un geste attendu par l’Algérie.

Selon Ahmed Ouyahia, le président français a également dit la « disponibilité » de la France à remettre une « duplication » des archives de la période coloniale (1830-1962), un sujet que Emmanuel Macron n’a pas évoqué mercredi devant la presse à Alger.

 « Sur la question des archives, nous avons également fait une bonne percée, puisqu’Emmanuel Macron nous a annoncés hier (mercredi), au nom de la France, la disponibilité de notre partenaire à nous remettre une duplication de toutes les archives, ce qui permettra de gérer plusieurs affaires de la vie courante en Algérie », s’est réjoui le Premier ministre algérien, lors d’une conférence de presse avec Edouard Philippe.

Encore en discussion

Quant à la question d’une « restitution » graduelle de ces archives, les deux pays vont « continuer à discuter », a-t-il ajouté.

« Le dossier du passé, l’Algérie ne le soulève pas pour enfermer les relations algéro-françaises dans le passé mais pour alléger la démarche commune vers l’avenir, donner plus d’entrain, en prenant en charge quelques soucis que nous avons », a affirmé Ahmed Ouyahia.

Édouard Philippe a pour sa part dit sa volonté de développer la relation bilatérale « en regardant notre passé droit dans les yeux, dans ses zones d’ombre, dans ses éléments de lumière aussi ».

Concernant la remise des crânes des insurgés algériens, « la partie algérienne va terminer le dossier procédural, la partie française va préparer la loi puisqu’il en faut une », a indiqué le Premier ministre algérien.

Adoption d’une loi

Après une demande officielle de l’Algérie, une « loi de déclassification » doit être adoptée par le Parlement français pour autoriser la restitution, a confirmé Matignon.

Une procédure, obligatoire du fait du principe d’inaliénabilité des collections publiques, déjà suivie en 2010 pour restituer des têtes maories momifiées.

Des universitaires français et algériens demandent depuis plusieurs années que soient rapatriés en Algérie trente-sept crânes d’Algériens, révoltés durant la deuxième moitié du XIXe siècle contre la colonisation française, et entreposés depuis la fin du XIXe siècle au Musée de l’Homme à Paris.

Si le président Français a fait ce geste mercredi, il a parallèlement demandé des « efforts » aux autorités algériennes sur les questions de « mémoire et de reconnaissance ».

Le Premier ministre algérien n’a pas évoqué de geste de réciprocité jeudi, se contentant d’évoquer une « volonté partagée de trouver des pistes et des solutions à même de satisfaire les deux peuples ».


 

https://dia-algerie.com/repentance-criminalisation-de-colonisation-macron-prefere-reconciliation-memoires/

 

Ni repentance ni criminalisation de la colonisation : Macron préfère la réconciliation des mémoires

8 décembre 2017 23:21

DIA-07 décembre 2017: Le président français n’a pas tenu le même discours que celui développé lors de sa première visite en Algérie en tant que candidat à la présidentielle française, le mois de février dernier. Macron avait alors qualifié la colonisation de crime contre l’humanité. Une expression qui n’a pas été prononcée de nouveau par Macron dans ses déclarations ou la conférence de presse qu’il a animée au terme de sa courte visite «de travail et d’amitié».

 

Alors que les Algériens attendaient de Macron de confirmer ses déclarations en «criminalisant la colonisation», il s’en est dérobé en affichant son appartenance à la jeunesse post-indépendance. En tant que jeune président, il a beaucoup parlé de jeunesse laquelle n’a pas connu la période du colonialisme.

 

En se plaçant comme leader de cette jeunesse, Macron a invité les jeunes des deux pays à  regarder vers l’avenir, et à se former, promettant de faciliter la délivrance des visas aux jeunes qui veulent apprendre ou étudier en France.

 

 DR archives RPweb

 

Mais quand il s’est agi de parler de l’Histoire et de la mémoire, le président français a insisté sur «la réconciliation des mémoires», mettant sur le même pied d’égalité les moudjahidine, les chouhada et leurs descendants que les harkis et les pieds-noirs.

 

Quand Macron parle de réconciliation des mémoires, il ne cache pas sa compassion avec «ces Français qui aiment l’Algérie et qui veulent revenir en Algérie». Il évoque en fait les harkis qui ont été honorés à la veille de sa visite en Algérie.

 

Il évoque aussi les pieds-noirs qui sont encore nostalgiques de l’Algérie française et qui veulent revenir en Algérie et récupérer les biens qu’ils avaient abandonné à l’indépendance de l’Algérie.

 

En d’autres termes, Macron ne compte pas criminaliser officiellement la colonisation qu’il avait qualifiée de crime contre l’humanité tant que les Français d’Algérie (harkis et pieds-noirs) n’ont pas été réhabilités par l’Algérie dont ils se revendiquent.

 

S’étant rendu compte qu’il était devant un imbroglio, Macron a préféré parler de la jeunesse qui n’a pas connu le colonialisme afin de regarder vers l’avenir  laissant l’Histoire et la réconciliation des mémoires aux historiens. Il s’est également rendu compte qu’il y a toujours des frictions au sujet de la mémoire, tant que ceux ayant vécu la glorieuse Révolution de novembre 1954 de part et d’autre sont encore vivants.

 

Amir Hani 

 


 

http://www.elwatan.com/-00-00-0000-358187_173.php

 

Bilan de 7 heures de présence française

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte DR archives RPweb

le 07.12.17 | 12h00

Après un bref séjour, Macron est parti au Qatar voir ses alliés ; on peut donc se parler entre nous. Le président français a voulu voir la Grande- Poste, il a vu la Grande-Poste. Il a voulu voir les jeunes, il a vu la police, il a voulu voir la rue D’Isly, il a vu la rue Ben M’hidi. Il a voulu voir l’Emir Abdelkader, il a vu sa statue en béton, et, symboliquement, a voulu acheter un livre à la librairie du Tiers-Monde, mais sans insinuer que l’Algérie fait partie du Tiers-Monde. Sa femme, quant à elle, dont les parents ont vécu à Alger, voulait voir la fac centrale ; on a fermé la rue Didouche, retapé la fac centrale et repeint les murs du centre-ville.

Ce qui a posé une question égalitariste aux Algérois : quand le Président algérien va à Paris, ferme-t-on les Champs Elysées ? Quand il va se soigner au Val-de-Grâce, les Français repeignent-ils les murs de l’hôpital ? Non. D’abord parce que c’est la France qui a construit le centre-ville moderne d’Alger et que Macron n’a pas émis le souhait d’aller voir La Casbah, l’ancien centre, préférant arpenter les bienfaits urbains de la colonisation positive.

Ensuite, parce que l’Algérie n’a pas construit le Val-de-Grâce, son Président ne fait qu’aller s’y soigner quand il est malade. Ce qu’il est, contrairement à Macron et sa femme, ce qui explique que né au Maroc dans un territoire français pour devenir président en Algérie, il va en France pour raisons médicales, même si la France a aussi construit à Alger l’hôpital Mustapha Bacha, d’ailleurs un Turc, mais qui n’est pas assez bien construit pour qu’un président algérien aille s’y soigner.

Oui, mais le Président français est quand même allé voir le Président algérien. Oui, pas à Alger mais à Zéralda, à quelques mètres de Sidi Fredj. Pour dire quoi ? Ni repentance, ni excuses, ni réparation, pas même un petit chèque, mais le même discours psychiatrique qui qualifie les relations algéro-françaises : c’est à Alger que Macron a reconnu que l’intervention occidentale en Libye était une erreur.


 

https://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/la-france-prete-a-remettre-a-l-algerie-une-copie-de-ses-archives-de-la-periode-coloniale_1967214.html

 

La France prête à remettre à l'Algérie une copie de ses archives de la période coloniale

Par AFP , publié le 07/12/2017 à 18:53 , mis à jour à 18:53

 

Poignée de mains entre le Premier ministre français Edouard Philippe (g) et son homologue algérien Ahmed Ouyahia, le 7 décembre 2017 à Paris

Poignée de mains entre le Premier ministre français Edouard Philippe (g) et son homologue algérien Ahmed Ouyahia, le 7 décembre 2017 à Paris

afp.com/Patrick KOVARIK

Paris - Emmanuel Macron est prêt à remettre à l'Algérie une copie des archives de la période coloniale française (1830-1962), réclamée depuis des années par Alger, a annoncé jeudi à Paris le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia, saluant une "percée" pour le dossier sensible de la "mémoire" franco-algérienne.

Au lendemain de la visite du président français en Algérie, M. Ouyahia était reçu jeudi à Matignon par son homologue Édouard Philippe dans le cadre d'un "comité intergouvernemental de haut niveau" organisé régulièrement par les deux pays. 

Mercredi, à Alger, Emmanuel Macron s'est dit "prêt" à ce que Paris restitue les crânes d'insurgés algériens tués au XIXe siècle par l'armée française et conservés au Musée de l'Homme à Paris, un geste attendu par l'Algérie. 

Selon M. Ouyahia, le président français a également dit la "disponibilité" de la France à remettre une "duplication" des archives de la période coloniale (1830-1962), un sujet que M. Macron n'a pas évoqué mercredi devant la presse à Alger. 

"Sur la question des archives, nous avons également fait une bonne percée, puisqu'Emmanuel Macron nous a annoncé hier (mercredi), au nom de la France, la disponibilité de notre partenaire à nous remettre une duplication de toutes les archives, ce qui permettra de gérer plusieurs affaires de la vie courante en Algérie", s'est réjoui le Premier ministre algérien, lors d'une conférence de presse avec M. Philippe.  

Quant à la question d'une "restitution" graduelle de ces archives, les deux pays vont "continuer à discuter", a-t-il ajouté. 

"Le dossier du passé, l'Algérie ne le soulève pas pour enfermer les relations algéro-françaises dans le passé mais pour alléger la démarche commune vers l'avenir, donner plus d'entrain, en prenant en charge quelques soucis que nous avons", a affirmé M. Ouyahia. 

Édouard Philippe a pour sa part dit sa volonté de développer la relation bilatérale "en regardant notre passé droit dans les yeux, dans ses zones d'ombre, dans ses éléments de lumière aussi". 

Concernant la remise des crânes des insurgés algériens, "la partie algérienne va terminer le dossier procédural, la partie française va préparer la loi puisqu'il en faut une", a indiqué le Premier ministre algérien. 

Après une demande officielle de l'Algérie, une "loi de déclassification" doit être adoptée par le Parlement français pour autoriser la restitution, a confirmé Matignon.  

Une procédure, obligatoire du fait du principe d'inaliénabilité des collections publiques, déjà suivie en 2010 pour restituer des têtes maories momifiées. 

Des universitaires français et algériens demandent depuis plusieurs années que soient rapatriés en Algérie 37 crânes d'Algériens, révoltés durant la deuxième moitié du XIXe siècle contre la colonisation française, et entreposés depuis la fin du XIXe siècle au Musée de l'Homme à Paris. 

Si M. Macron a fait ce geste mercredi, il a parallèlement demandé des "efforts" aux autorités algériennes sur les questions de "mémoire et de reconnaissance".  

M. Ouyahia n'a pas évoqué de geste de réciprocité jeudi, se contentant d'évoquer une "volonté partagée de trouver des pistes et des solutions à même de satisfaire les deux peuples". 

 


 

Hors sujet

 

http://elwatan.com/actualite/algerie-france-onze-accords-de-cooperation-signes-a-paris-07-12-2017-358195_109.php

 

Algérie-France : Onze accords de coopération signés à Paris

 

le 07.12.17 | 16h32

 

Onze accords de coopération entre l'Algérie et la   France ont été signés jeudi à Paris, en présence des Premiers ministres des   deux pays, Ahmed Ouyahia et Edouard Philippe, à l'issue de la 4e session du   Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN).

 

Les onze accords concernent les secteurs de l'économie, de l'enseignement   supérieur, de la formation professionnelle, de la santé, des PME et de la   Culture.  Les deux parties ont conclu, dans le cadre du partenariat stratégique   voulu par les hautes autorités des deux pays, une convention de partenariat   relative à la création de filières de formation d'excellence des métiers de   l'énergie, de l'électricité et des automatismes industriels. 

 

Dans la même optique, une déclaration d'intention a été signée par le   Groupe PSA-Peugeot, le ministère algérien de la Formation et de   l'Enseignement professionnels et le ministère français de l'Education   nationale, portant création, à Oran, d'un centre de formation pour les   métiers de l'automobile.

 

Sur le plan de l'enseignement supérieur, les deux pays ont convenu d'une   convention cadre relative au à la recherche-formation et la recherche sur   la langue française et les expressions francophones (LaFEF).  Ce réseau, créé par convention passée le 4 décembre 2011 entre les deux   pays, prend la suite du programme intergouvernemental Ecole doctorale   algéro-française de Français (EDAF) dans le cadre d'une formation   diplômante (magistère et doctorat) pour l'encadrement universitaire   algérien.

 

Dans le même contexte, une autre convention cadre a été conclue concernant   le réseau mixte des écoles (RME), qui compte parmi ses membres 16 écoles   nationales supérieures algériennes, 15 écoles préparatoires algériennes et   7 écoles françaises d'ingénieurs.  Le RME vise la professionnalisation des écoles nationales supérieures   algériennes grâce à la mise en réseau avec des écoles françaises   d'ingénieurs.

 

Deux autres accords dans le domaine de la santé ont été signés. Il s'agit   d'un protocole d'accord entre le groupe Sanofi Pasteur et le groupe Saïdal   pour la production de vaccins et d'un accord pour la production de produits   oncologiques et de santé familiale en Algérie par le laboratoire Ipsen,   dont des médicaments sont présents dans plus de 115 pays à travers le   monde.

 

Au plan culturel, trois accords ont été signés entre l'Algérie et la   France. Il s'agit de la reconduction de la convention entre les Centres   nationaux du livre (CNL) des deux pays pour la période 2018-2020, d'un   accord de coopération entre l'Institut supérieur des métiers des arts du   spectacle d'Alger (ISMAS) et l'Ecole régionale d'acteurs de Cannes (ERAC),   un établissement de formation supérieure au métier de comédien, et d'une   convention annuelle d'application entre l'ISMAS et l'ERAC pour la période   2017-2018.

 

Sur le plan des Petites et moyennes entreprises (PME), un protocole de   coopération a été passé entre le Club des entrepreneurs et industriels de   la Mitidja (CEIMI) et la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises   (CPME Auvergne Rhône-Alpes).  Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a co-présidé jeudi à Paris avec son   homologue français, Edouard Philippe, les travaux de la 4e session du CIHN.   Il est accompagné d'une délégation composée de plusieurs membres du   gouvernement.

 



 
https://www.alg24.net/france-macron-lapsus/

 

“Bienvenue en France, Monsieur” Macron…le dangereux lapsus d’un diplomate algérien

 

 DR archives RPweb.

 

Par Adherbal 7 décembre 2017

 

Plusieurs internautes l’on remarqué et l’on très vite fait savoir !

 

Un diplomate algérien, aurait dit au président français, Emmanuel Macron, en l’accueillant à l’aéroport Houari Boumediene d’Alger, “Bienvenue en France, Monsieur le Président”.

 

En effet, il s’agit de l’Ambassadeur d’Algérie en France, Abdelkader Mesdoua, aligné avec Ahmed Ouyahia, Ahmed Gaid Salah et Abdelkader Messahel, pour accueillir le président français, hier, à son arrivée à l’aéroport d’Alger.

 

Ce “lapsus” a été remarqué par plusieurs internautes qui, à la quasi-unanimité, ont exprimé leur indignation.

 

“Emmanuel Macron accueilli par un officiel en Algérie par: ‘Bienvenue en France, Monsieur le Président’. Terwi !”, a écrit sur sa page Facebook le député RCD, Athmane Mazouz.

 

Najib Aloui a, quant à lui, jugé ce lapsus comme étant une ” insulte à la mémoire des Chouhada”.

 

C’est une ” insulte aux Moudjahidine et insulte au peuple algérien dans son ensemble”, a-t-il poursuivi.

 


 

https://ripostelaique.com/macron-en-algerie-toujours-plus-de-visas.html

 

Macron en Algérie : toujours plus de visas !

Publié le 7 décembre 2017 - par Manuel Gomez -

 

DR RPweb

 

Passons rapidement sur le côté économique de la « visite éclair » du président Emmanuel Macron à Alger.

Il est vrai que la France a perdu, depuis 2013, son leadership de premier partenaire de l’Algérie avec 20% d’exportations. Ce pourcentage a chuté à 10% en 2016 et n’atteint que 9% pour le premier semestre 2017, et tout cela au profit de la Chine, bien entendu.

L’Algérie reproche à la France son absence d’investissement alors que le problème majeur, qui justement freine totalement ce manque d’investissement, surtout celui de très nombreuses PME qui y seraient intéressées, est sa loi du 51/49, ce qui est tout à fait compréhensible, ainsi que la grande instabilité du cadre de réglementation des licences d’importations.

Seules quelques grandes entreprises internationales s’impliquent : Lafarge, Alstom, Sanofi, Schneider, Total et notamment la prochaine installation d’une usine de montage Peugeot.

Autre problème majeur, celui de la lutte contre le terrorisme et le manque d’implication évident de l’Algérie dans le regroupement des États du « G5 Sahel », qui se réunira à Paris le 13 décembre. Y participeront les États-Unis, l’Allemagne et même l’Arabie Saoudite, mais pas l’Algérie !

Mais, peut-être aurons-nous une réponse lors du prochain déplacement en France du Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia, qui présidera le « Comité Interministériel de haut niveau algéro-français ».

Il réclamera certainement l’indemnisation des victimes algériennes des essais nucléaires et chimiques français effectués au Sahara jusque dans les années 70.

Omettant volontairement de se prononcer sur l’indemnisation, toujours espérée, que l’Algérie devait payer, selon les fameux « Accords d’Évian », sur les biens abandonnés lors du départ des Français en 1962 et qui se chiffrent par des milliards d’euros !

Le Premier ministre algérien remettra sur le tapis la question mémorielle inévitable et totalement inutile de la « repentance » sur les « crimes contre l’humanité » de l’époque coloniale, ceux de la France évidemment, pas ceux des terroristes algériens ni des assassins du FLN et de l’ALN !

Emmanuel Macron a tenté de mesurer par la suite ses propos et semble y avoir mis un point final en annonçant qu’il rejetait aussi bien le « déni » que la « repentance » ! Faudra voir ce qu’en pense son éminence grise Benjamin Stora ! Ce pseudo historien trotskiste, communiste, qui le suit comme son ombre ?

Emmanuel Macron va fêter ses 40 ans dans quelques jours. Il n’a connu ni l’avant-guerre, ni la guerre, ni même l’après-guerre d’Algérie, c’est-à-dire la manière odieuse et honteuse que fut la conduite de la France, de son chef de l’état et de son gouvernement dans l’accueil (si l’on peut appeler cela un accueil) des Français d’Algérie et des Harkis et si l’on peut, à juste titre, lui reprocher certaines déclarations incontrôlées et injustifiables, l’un des principaux responsables en est certainement Benjamin Stora, l’un de ses maîtres à penser, hélas !

Stora n’avait que 4 ans lors du début des évènements, en 1954, et 12 ans lors de son départ d’Algérie et l’on peut se demander quels contacts physiques ont été les siens avec la « guerre d’Algérie », à part ses lectures « d’intellectuels gauchistes » tout comme lui.

Et ceci explique cela car, contrairement à ce qu’il affirme il n’a jamais été un contemporain de la guerre d’Algérie et n’a eu aucun rapport physique avec cette histoire.

C’est à cause d’un Benjamin Stora qu’Emmanuel Macron ne peut pas avoir, sur ce passé douloureux, un regard lucide et plus distancié !

Nous sommes quelques uns à sa disposition s’il exprime le désir d’en savoir davantage, et avec une bien plus grande objectivité, sur l’avant, le pendant et l’après « Guerre d’Algérie ».

Il a promis de « renvoyer » en Algérie les crânes des 36 résistants algériens du 19e siècle, le colis ne sera pas très volumineux. En revanche, si l’Algérie devait nous retourner les crânes des milliers de nos morts, assassinés par le FLN après le cessez-le-feu unilatéral ordonné par les « Accords d’Évian » ce seraient plusieurs voyages qui seraient nécessaires !

Une consolation pour la France, nous en parlions récemment sur « Riposte Laïque », elle ne perd pas de parts de marché sur le nombre de visas attribués aux jeunes algériens qui souhaitent « fuir » leur pays, bien au contraire : plus de 400.000 en 2016 et ils atteindront les 600.000 en 2017, à cause de la crise économique qui frappe l’Algérie et n’est pas près de cesser si le pays reste aux mains des « Bouteflika » !

Manuel Gomez


 

http://www.jeuneafrique.com/500006/politique/restitution-des-cranes-dinsurges-algeriens-macron-demande-un-geste-pour-les-harkis/

 

Restitution des crânes d’insurgés algériens : Macron demande un « geste » pour les harkis

07 décembre 2017 à 16h00 — Mis à jour le 07 décembre 2017 à 17h00

 

Par Jeune Afrique avec AFP

 

http://www.jeuneafrique.com/medias/2017/12/07/sipa_ap22138262_000005-592x296.jpg

 

A l'occasion de sa visite en Algérie mercredi, Emmanuel Macron s'est dit « prêt » à ce que Paris restitue les crânes de révoltés algériens tué au XIXème siècle conservés au Musée de l'Homme à Paris. En échange, il a réclamé des autorités algériennes de faciliter le retour au pays des harkis et fils de harkis qui le souhaitent.

Elle n’aura duré qu’une douzaine d’heures, mais la visite d’Emmanuel Macron à Alger mercredi était très attendue. En marge de rendez-vous avec les dirigeants algériens et d’un bain foule dans les rues de la capitale, le président français a accordé une interview au site d’informations TSA (« Tout sur l’Algérie »). L’économie, la jeunesse ou encore la coopération dans la lutte contre le terrorisme figuraient parmi les dossiers abordés, au même titre que le délicat sujet de la mémoire.

Le credo de Macron : ni déni, ni repentance

Je souhaite accéder au demande algérienne sur [la restitution des crânes]

Interrogé sur les mesures qu’il comptait prendre dans ce domaine, Emmanuel Macron a assuré n’être « ni dans le déni ni dans la repentance ». « Je souhaite qu’on ravive la relation avec le travail mémoriel entre nos deux pays, que la restitution des crânes soit décidée, je la déciderai, je suis prêt », a-t-il annoncé, avant d’ajouter « tout un travail législatif doit être fait mais je souhaite accéder au demande algérienne sur le sujet ».

Des universitaires français et algériens demandent depuis plusieurs années que soient rapatriés les restes de 37 Algériens qui s’étaient révoltés durant la deuxième moitié du XIXe siècle contre la colonisation française et dont les crânes sont entreposés depuis la fin du XIXe siècle au Musée de l’Homme à Paris.

Un épisode douloureux de l’histoire entre la France et l’Algérie qui avait notamment fait l’objet, fin mai 2016, d’une pétition à l’initiative d’un écrivain algérien, Brahim Senouci, réclamait également la restitution de ces restes à l’Algérie. La faible mobilisation n’avait pas permis d’exercer de pression sur les autorités françaises.

Retour des harkis : « Un geste fort »

En échange de ce geste, le président français dit attendre une forme de réciprocité de la part des autorités algériennes.

Lors de son interview avec TSA, Emmanuel Macron a ainsi abordé le question du retour des harkis, qu’il a lié directement à son annonce concernant la restitution des crânes des insurgés algériens. « Je pense qu’il est important que de part et d’autres ce travail mémoriel avance. J’attends aussi qu’il puisse y avoir des gestes du côté algérien. Il y a beaucoup de harkis, d’enfants de harkis qui voudraient pouvoir revenir ici [en Algérie] », a-t-il expliqué, estimant que « ça serait un geste fort de réconciliation ».

« Je ne dis pas que la solution est facile. Je sais qu’il y en a qui ont encore ce traumatisme, mais je dis qu’on doit pouvoir ensemble, étape par étape, régler chacun de ces problèmes et dénouer les choses », a conclu Emmanuel Macron sur le sujet.

Fortes attentes côté algérien

Le ministre algérien des moudjahidines, Tayeb Zitouni, avait récemment indiqué « attendre beaucoup » de la visite du président français, « compte tenu des déclarations d’Emmanuel Macron lors de sa précédente visite ». Durant la campagne électorale française, le futur président avait en effet qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité », provoquant un tollé au sein de la droite et de l’extrême droite en France.

Alors que la « question de la mémoire » des 130 ans de colonisation (1830-1962) et de la Guerre d’Algérie pèse toujours sur les relations entre Paris et Alger, Emmanuel Macron a assuré ne pas être « otage du passé ».

« Nous avons une mémoire partagée. Il faut en tenir compte. Mais je souhaite désormais, dans le respect de notre histoire, que nous nous tournions ensemble vers l’avenir », a-t-il expliqué dans une interview publiée par la presse algérienne mercredi.


 


https://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/archeologie/macron-favorable-a-la-restitution-de-cranes-de-resistants-algeriens-conserves-au-musee-de-l-homme_118944

 

Archéologie

 

Le président français favorable à la restitution de crânes d'insurgés algériens

 

Par Bernadette Arnaud le 08.12.2017 à 09h43

 

Crânes préhistoriques et historiques conservés dans les collections anthropologiques du Musée de l'Homme, à Paris. Crédits: Patrick Kovarik / AFP

 

Une nouvelle pierre dans le jardin des grands musées français. Après son récent discours de Ouagadougou au Burkina Faso et son avis favorable aux restitutions d'objets du patrimoine africain, en en faisant une priorité de son quinquennat, Emmanuel Macron s'est encore distingué de ses prédécesseurs lors de sa conférence de presse à Alger mercredi 6 décembre 2017. Il a en effet annoncé qu'il avait " accédé à une demande plusieurs fois réitérée par les pouvoirs publics algériens, d'avoir la restitution des crânes des martyrs algériens ". Le président de la République a précisé : " j'ai pris la décision justement de procéder à cette restitution et le texte de loi nécessaire pour ce faire sera pris ". Un nouvel épisode qui confirme le changement radical de position de l'Etat français sur le problème très ancien des restitutions – y compris de restes humains – les grandes institutions françaises et européennes s'appuyant généralement pour les contester sur " les principes juridiques d'inaliénabilité et d'imprescribilité des collections publiques ".

 

 

Des résistants algériens tués par le corps expéditionnaire français

 

Cette déclaration d’Alger fait suite à plusieurs requêtes d’universitaires français et algériens après la découverte en 2011 par l’historien algérien Ali Farid Belkadi de restes mortuaires entreposés dans des collections du musée de l’Homme, à Paris. Ces crânes sont ceux de résistants algériens tués en 1849 par le corps expéditionnaire français, dans le sud Constantinois, lors du siège de l’oasis de Zaâtcha, près de Biskra. Contacté, le Musée de l’Homme n’a pas pour l’instant donné suite aux sollicitations de Sciences et Avenir.

 

Des restitutions de cet ordre ont déjà eu lieu par le passé, mais elles n’ont jamais été volontaires, les autorités et le monde scientifique s’y étant souvent opposés. Ainsi, en 2012, c’est à la suite d’une longue bataille judiciaire que la France avait été contrainte de rendre des têtes Maoris momifiées au musée national « Te Papa » de Wellington, en Nouvelle-Zélande. Et en 2002, la dépouille de Saartjie Baartman, dite "Vénus Hottentote" avait été rendue solennellement à l’Afrique du sud, après le vote d’une loi spéciale pour sa restitution  - Loi n° 2002-323 du 6 mars 2002. A Alger, le Président français a aussi poursuivi son discours en insistant pour « que des gestes réciproques soient faits qui permettent de revenir sur un passé qui pendant trop longtemps n’est pas passé ».

 


 

http://www.elwatan.com/actualite/zitouni-salue-l-initiative-de-macron-08-12-2017-358202_109.php

 

Zitouni salue l’initiative de Macron

 

le 08.12.17 | 12h00

 

«Il s’agit à d’une initiative positive prometteuse.» C’est en ces termes que Tayeb Zitouni, ministre des Moudjahidine, a qualifié, hier, les déclarations du président français, Emmanuel Macron, concernant le dossier de la mémoire.

 

M. Zitouni a estimé que ces déclarations sont susceptibles de «faire avancer le dossier de la mémoire et la question de la restitution des crânes des chouhada qui se trouvent en France, et ce, dans le cadre de l’action des commissions mixtes entre les deux pays».

 

A cet effet, le ministre a salué la présence du secrétaire général du ministère des Moudjahidine parmi la délégation ministérielle conduite par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, à Paris dans le cadre du Comité intergouvernemental de haut niveau algéro-français.

 


 

http://www.bvoltaire.fr/france-algerie-rendons-cranes-passons-a-chose/

 

Rendons-leur les crânes et passons à autre chose !

Marie Delarue


En voyage éclair en Algérie, Emmanuel Macron a énoncé quelques vérités qui dérangent de part et d’autre de la Méditerranée. Tentant une énième fois d’en finir avec un passé qui ne passe toujours pas, il a voulu – parce qu’il est d’une autre génération que celle des derniers gouvernants – esquisser différemment, là aussi, un avenir commun à nos deux pays.

L’Algérie est un pays jeune : 30 % de la population y a moins de 14 ans, et 6 % seulement plus de 65 ans. Le taux de fécondité qui avait chuté au moment de la guerre civile (décennie 90) est reparti en flèche (3,1 enfants par femme, loin devant le Maroc, la Tunisie et la Libye). Selon les chiffres de l’INED publiés en septembre dernier, la population algérienne augmenterait de 55 % d’ici à 2050 pour atteindre 65 millions d’habitants, contre 42,2 millions à la mi-2017.

Cette population jeune est emmenée par un gouvernement autoritaire et militaire, sous la férule d’un vieillard cacochyme qui capitalise depuis l’indépendance sur la repentance de la France. Surtout, englué dans ses guerres intestines, le pouvoir algérien n’a pas su offrir à son pays les perspectives de développement qu’il était en droit d’attendre. Pire : il a entretenu dans sa population la certitude que ses maux étaient encore et toujours dus à la colonisation. Néanmoins, l’émigration algérienne vers la France ne s’est jamais ralentie et le mouvement ne semble pas près de s’inverser.

Le Président français expliquait ainsi, dans l’entretien qu’il a accordé au site TSA (Tout sur l’Algérie) : « J’ai entendu beaucoup de jeunes tout à l’heure en remontant la rue. Certains me disaient : les visas. J’ai répondu : qu’est-ce que vous voulez faire. Ils ne savaient pas ce qu’ils vont faire. Mais avoir un visa pour la France n’est pas un projet. » Plus véhément, au jeune homme qui l’interpellait, l’enjoignant d’assumer « son passé colonial » et l’accusant d’« éviter le sujet », Emmanuel Macron a lancé : « Qui évite quoi ? J’évite de venir vous voir ? J’évite de dire ce qui s’est passé ? Mais il s’est passé des choses, comme je l’ai dit… Il y a des gens qui ont vécu des histoires d’amour ici. Il y a des gens, français, qui aiment encore terriblement l’Algérie, qui ont contribué et qui ont fait des belles choses, il y en a qui ont fait des choses atroces. On a cette histoire entre nous, mais moi je n’en suis pas prisonnier. Mais vous, vous avez quel âge ? » Réponse : « 25 ans ». Et Macron de poursuivre : « Mais vous n’avez jamais connu la colonisation ! Qu’est-ce que vous venez m’embrouiller avec ça ? Vous, votre génération, elle doit regarder l’avenir. »

Beaucoup de Français, rapatriés d’Algérie dans les conditions qu’on connaît, ne pardonnent pas au nouveau Président d’avoir, durant la campagne, qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité ». Lui comme ceux qui le fustigent pour ces propos se heurtent au piège terrible de l’Histoire : on ne peut juger avec les critères d’aujourd’hui ce qui fut perpétré hier, mais on ne peut, non plus, nier les faits. L’autre drame, avec l’Algérie, est qu’on s’en tient souvent aux derniers « événements » des années 60, terme pudique pour qualifier cette guerre civile qui a déchiré la France « de Dunkerque à Tamanrasset ». Mais lorsque Macron propose de rendre à l’Algérie les trente-sept crânes des derniers combattants fusillés puis décapités après la reddition d’Alger et la prise de la smala d’Abd el-Kader par le duc d’Aumale en 1843, il a parfaitement raison.

On se demande, d’ailleurs, ce que ces trophées (?) découverts en 2011 dans les réserves du musée de l’Homme, à Paris, pouvaient bien y faire ! Arrachés au terme de massacres d’une sauvagerie inouïe, massacres d’ailleurs rapportés par les militaires et les historiens dans leurs mémoires (cf. la révolte de l’oasis de Zaâtcha, en 1849, qui fit près de 800 morts, vieillards, femmes et enfants compris), ils furent rapatriés en France et stockés dans les collections d’anthropologie. Pour quel usage ? Y cherchait-on un « gène » de la révolte ?

Je le redis, ce geste me paraît aujourd’hui indispensable. Rien ne justifie qu’on conserve ces restes mortuaires. Qu’on les restitue donc à leurs descendants, mais à la condition, toutefois, que le gouvernement algérien n’en fasse pas un usage propre à raviver inutilement les plaies.


 

 

 http://afrique.lepoint.fr/actualites/algerie-macron-face-au-piege-des-memoires-08-12-2017-2178259_2365.php

 

Algérie : Macron face au piège des mémoires

 

REPORTAGE. C'est peu de dire que la question de la mémoire, de la colonisation et de l'histoire a pesé de tout son poids sur la visite du président français à Alger ce mercredi.

Par Adlène Meddi, à Alger

 

Publié le 08/12/2017 à 16:06 | Le Point Afrique

 

 

DR archives RPweb  - Le président Emmanuel Macron visite la librairie du Tiers Monde lors de son déplacement à Alger ; à gauche l’interpréteur de la guerre d’Algérie Stora.

 

Le quotidien Le Soir d'Algérie titrait en une, jeudi, « Le contentieux historique, encore et toujours ». Alors que le journal arabophone El Khabar affichait en manchette la déclaration de Macron à un journaliste durant la courte « déambulation » au centre-ville d'Alger : « Les crimes de la colonisation en Algérie n'ont rien à voir avec la Shoah. » Pour le quotidien Liberté, « le principe de la priorité à l'avenir, que Macron fait sien pour zapper la question [de la mémoire], risque de ne pas suffire à libérer les relations algéro-françaises de ce lourd et inépuisable contentieux ».

 

Assumer pleinement le passé colonial

 

El Moudjahid, journal gouvernemental et porte-parole des autorités, transmet, lui, un message assez clair : « Tant que la France n'ose pas regarder en face et assumer pleinement son passé colonial, quels que soient les raisons ou les prétextes invoqués, il y aura toujours dans la relation algéro-française, malgré sa profondeur ou sa densité, une part de doute et d'incertitude. La coopération bilatérale connaît une dynamique qu'il convient de conforter par des gestes symboliques, de manière à ce que l'amitié et la confiance prennent le dessus sur la tension et la passion. »

 

Pourtant, El Khabar rapporte les déclarations du patron du FLN, le parti présidentiel, Djamel Ould Abbès : « L'Algérie n'a pas besoin des excuses de la France pour ses crimes durant la guerre de Libération. » « La France a reconnu le fait colonial en signant les accords d'Évian [en 1962] », a encore ajouté Ould Abbès, rejoignant ainsi une position ultérieure de Ahmed Ouyahia, le Premier ministre, qui avait déjà refusé tout principe de repentance ou d'indemnisation.

 

Disparus algériens et victimes des essais nucléaires

 

Des positions qui tranchent avec celles du ministre des Moudjahidin (Anciens Combattants), Tayeb Zitouni, qui insistait il y a quelques jours sur le fait que les excuses de la France sont « légitimes ». « Les deux pays ont franchi des pas satisfaisants dans différents domaines, mais l'essentiel dans ces relations, c'est le dossier de la mémoire », a-t-il affirmé le 4 décembre dernier, précisant que « les dossiers en suspens sont relatifs aux archives et aux disparus algériens durant la guerre de Libération nationale, au nombre de 2 200, outre la récupération des crânes des chefs de la résistance algérienne et l'indemnisation des victimes algériennes des essais nucléaires français effectués dans le sud algérien ». Mais le même responsable a précisé que les commissions mixtes franco-algériennes qui travaillaient sur ses dossiers devraient être prochainement relancées « après l'arrêt qu'elles ont connu en raison des rendez-vous politiques prévus dans les deux pays ».

 

Des crânes des résistants algériens à l'Émir Abdelkader

 

Avant la réactivation de ces commissions, Macron a fait un geste à Alger : « J'ai accédé à une demande plusieurs fois réitérée par les pouvoirs publics algériens quant à la restitution des crânes des résistants algériens et j'ai pris la décision de procéder justement à cette restitution. » Il s'agit des crânes de résistants algériens tués par le corps expéditionnaire français dans les années 1840 et 1850 conservés au Musée de l'Homme à Paris. Mercredi, sous la statue de l'Émir Abdelkader, héros de la résistance algérienne contre l'occupation française, poète soufi et grand humaniste, Macron a eu ce message fort : « Nous sommes ici sur une place symbolique, dans cette librairie, celle d'un héros du peuple algérien qui s'est battu contre la France, Abdelkader. La force de ce héros algérien, c'est qu'il a su ne pas s'enfermer dans le passé, c'est qu'il a su ne pas s'enfermer dans les pages les plus sombres. Il est devenu ami de la France. Soufi, il a protégé les chrétiens. Il a voulu construire un vrai nationalisme algérien en regardant l'avenir et en n'étant pas l'otage de son propre passé. »

 

Enjeux politiques de la mémoire

 

Pour sortir du guêpier mémoriel, la volonté du président français ne suffirait apparemment pas. « Les enjeux sont éminemment politiques et pas uniquement techniques, nous expliquait l'historien Nedjib Sidi Moussa. Chaque société est aux prises avec ses propres groupes mémoriels, ses controverses historiques et ses agendas politiques.

 

D'autant plus que dans le contexte actuel, avec la réforme constitutionnelle en Algérie et l'approche de la présidentielle en France, les autorités des deux pays n'ont pas intérêt à exacerber les tensions entre elles ».

 


 

https://www.tsa-algerie.com/jean-yves-le-drian-bouteflika-est-parfaitement-en-forme/

 

Jean-Yves Le Drian : Bouteflika est “parfaitement en forme”

 

L'Actualité en temps réel 08 Déc. 2017 à 18:35

 

Le président Bouteflika est “parfaitement en forme”, a assuré ce vendredi le ministre français des Affaires étrangères Jean Yves le Drian.

 

“Il est le président de la République. Le président Macron l’a rencontré. Il a pu échanger longuement avec lui sur l’ensemble des questions de la relation bilatérale entre l’Algérie et la France mais aussi sur la situation du monde. C’était un échange qui était utile”, a affirmé ce vendredi 8 décembre Le Drian sur France inter.

 

À une question sur l’état physique de Bouteflika, le patron de la diplomatie française a répondu : “Intellectuellement, il est parfaitement en forme”.  “Il est plus fatigué mais bon, ça peut arriver à un certain âge”, a-t-il ajouté.

 

À une question relative aux déclarations du président français sur la colonisation, M. Le Drian a précisé que “le président Macron, en Algérie, a souhaité sortir d’une période qui permette d’ouvrir une relation nouvelle entre la France et l’Algérie sans exclure la nécessité de la mémoire”.

 

Il a expliqué que la mémoire “veut (…) acter ce qui s’est passé (…) et ouvrir des voies indispensables d’une coopération entre la France et l’Algérie qui ont été ouvertes dans ce passage assez court, mais qui a été extrêmement dense” pour “faire en sorte  qu’il y ait un état de confiance entre nos deux pays en matière de co-développement”.

 

Au sujet de la volonté de Macron de tourner la page du passé, il a estimé “qu’il fallait le dire et seul le président Macron pouvait le dire et le faire”, précisant que “c’est une question d’âge et une question d’époque”.

 

“Il y a une question d’âge du président Macron et une question d’époque, parce qu’il ne faut pas, à chaque visite présidentielle, revenir sans arrêt sur le passé. Il faut dire que ce passé a eu lieu, que ce passé était douloureux, parfois dramatique, et dire aussi qu’entre nos deux pays, il y a une chance historique de collaborer ensemble”.

 


 

http://dia-algerie.com/derniere-supercherie-malsaine-tenter-dembarrasser-lambassadeur-dalgerie-france/

 

Dernière supercherie malsaine pour tenter d’embarrasser l’ambassadeur d’Algérie en France

 

 

DIA-08 décembre 2017: Dans les réseaux sociaux, une vidéo truquée et diabolique , qui circule à grande échelle, montre la cérémonie d’accueil officiel du président de la république française, Emmanuel Macron, à sa descente d’avion, lors de sa visite de travail et d’amitié du 6 décembre 2017.

 

Dans cette supercherie, on voit l’ambassadeur désigné d’Algérie en France, Abdelkader Mesdoua, dans la haie d’honneur, dire : ‘’ Bienvenue en France, Monsieur le président”.

 

Les mêmes trucages et les mêmes intentions que la fois où des diaboliques ont tenté vainement de s’attaquer à sa vie privée. C’était sans compter sur l’itinéraire sain et limpide de ce diplomate aux valeurs connues et reconnues

 

Selon une source diplomatique bien informée, qui était présente lors de la cérémonie d’accueil, l’ambassadeur Abdelkader Mesdoua a textuellement dit pour se présenter : ‘’Ambassadeur désigné d’Algérie en France, bienvenue Monsieur le président’’. Une explication qui met fin à ce montage diabolique.

 

Dans le sujet original de Canal Algérie, c’est les quatre dernières syllabes que l’Ambassadeur prononce: en France, bienvenue Monsieur le président. 

 

Cette énième bourde relayée par la chaîne Canal Algérie, démontre une nouvelle fois le non professionnalisme des responsables de la chaîne francophone de l’EPTV.  

 

Salim Bey

 


 

http://afrique.lepoint.fr/actualites/algerie-macron-face-au-piege-des-memoires-08-12-2017-2178259_2365.php

 

Algérie: Macron face au piège des mémoires

REPORTAGE. C'est peu de dire que la question de la mémoire, de la colonisation et de l'histoire a pesé de tout son poids sur la visite du président français à Alger ce mercredi.

 

Par Alèbe Meddi, à Alger

 

Publié le 08/12/2017 à 16:06 | Le Point Afrique

Le quotidien Le Soir d'Algérie titrait en une, jeudi, « Le contentieux historique, encore et toujours ». Alors que le journal arabophone El Khabar affichait en manchette la déclaration de Macron à un journaliste durant la courte « déambulation » au centre-ville d'Alger : « Les crimes de la colonisation en Algérie n'ont rien à voir avec la Shoah. »

 Pour le quotidien Liberté, « le principe de la priorité à l'avenir, que Macron fait sien pour zapper la question [de la mémoire], risque de ne pas suffire à libérer les relations algéro-françaises de ce lourd et inépuisable contentieux ».

Assumer pleinement le passé colonial

El Moudjahid, journal gouvernemental et porte-parole des autorités, transmet, lui, un message assez clair : « Tant que la France n'ose pas regarder en face et assumer pleinement son passé colonial, quels que soient les raisons ou les prétextes invoqués, il y aura toujours dans la relation algéro-française, malgré sa profondeur ou sa densité, une part de doute et d'incertitude. La coopération bilatérale connaît une dynamique qu'il convient de conforter par des gestes symboliques, de manière à ce que l'amitié et la confiance prennent le dessus sur la tension et la passion. »

Pourtant, El Khabar rapporte les déclarations du patron du FLN, le parti présidentiel, Djamel Ould Abbès : « L'Algérie n'a pas besoin des excuses de la France pour ses crimes durant la guerre de Libération. » « La France a reconnu le fait colonial en signant les accords d'Évian [en 1962] », a encore ajouté Ould Abbès, rejoignant ainsi une position ultérieure de Ahmed Ouyahia, le Premier ministre, qui avait déjà refusé tout principe de repentance ou d'indemnisation.

 

RPweb archive – Jean Yves Le Drian - Benjamin Stora - Arcady Egry dit Alexandre Arcady & Emmanuel Macron

Disparus algériens et victimes des essais nucléaires

Des positions qui tranchent avec celles du ministre des Moudjahidin (Anciens Combattants), Tayeb Zitouni, qui insistait il y a quelques jours sur le fait que les excuses de la France sont « légitimes ». « Les deux pays ont franchi des pas satisfaisants dans différents domaines, mais l'essentiel dans ces relations, c'est le dossier de la mémoire », a-t-il affirmé le 4 décembre dernier, précisant que « les dossiers en suspens sont relatifs aux archives et aux disparus algériens durant la guerre de Libération nationale, au nombre de 2 200, outre la récupération des crânes des chefs de la résistance algérienne et l'indemnisation des victimes algériennes des essais nucléaires français effectués dans le sud algérien ». Mais le même responsable a précisé que les commissions mixtes franco-algériennes qui travaillaient sur ses dossiers devraient être prochainement relancées « après l'arrêt qu'elles ont connu en raison des rendez-vous politiques prévus dans les deux pays ».

Des crânes des résistants algériens à l'Émir Abdelkader

Avant la réactivation de ces commissions, Macron a fait un geste à Alger : « J'ai accédé à une demande plusieurs fois réitérée par les pouvoirs publics algériens quant à la restitution des crânes des résistants algériens et j'ai pris la décision de procéder justement à cette restitution. » Il s'agit des crânes de résistants algériens tués par le corps expéditionnaire français dans les années 1840 et 1850 conservés au Musée de l'Homme à Paris. Mercredi, sous la statue de l'Émir Abdelkader, héros de la résistance algérienne contre l'occupation française, poète soufi et grand humaniste, Macron a eu ce message fort : « Nous sommes ici sur une place symbolique, dans cette librairie, celle d'un héros du peuple algérien qui s'est battu contre la France, Abdelkader. La force de ce héros algérien, c'est qu'il a su ne pas s'enfermer dans le passé, c'est qu'il a su ne pas s'enfermer dans les pages les plus sombres. Il est devenu ami de la France. Soufi, il a protégé les chrétiens. Il a voulu construire un vrai nationalisme algérien en regardant l'avenir et en n'étant pas l'otage de son propre passé. »

Enjeux politiques de la mémoire

Pour sortir du guêpier mémoriel, la volonté du président français ne suffirait apparemment pas. « Les enjeux sont éminemment politiques et pas uniquement techniques, nous expliquait l'historien Nedjib Sidi Moussa. Chaque société est aux prises avec ses propres groupes mémoriels, ses controverses historiques et ses agendas politiques. D'autant plus que dans le contexte actuel, avec la réforme constitutionnelle en Algérie et l'approche de la présidentielle en France, les autorités des deux pays n'ont pas intérêt à exacerber les tensions entre elles ».



  http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_chitour/281550-une-restitution-de-la-memoire-a-dose-homeopathique.html

 

MACRON À ALGER

Une restitution de la mémoire à dose homéopathique

Par Pr Chems Eddine CHITOUR - Samedi 09 Decembre 2017 00:00

 

Bain de foule du président français à Alger

Bain de foule du président français à Alger

 

« L'Angleterre n'a pas d'amis ou d'ennemis permanents, elle n'a que des intérêts permanents.» Lord Palmerston

Pour la sixième fois depuis l'indépendance, dans l'histoire des relations tumultueuses passionnées et passionnelles entre l'Algérie et la France, le peuple algérien accueille un président français pour une visite d'Etat, Il s'agit cette fois du président de la République française, Emmanuel Macron qui, il faut le témoigner, a fait bouger les lignes.

Histoire des relations singulières algéro-françaises

Depuis l'indépendance, mis à part la période du septennat de De Gaulle, où les mémoires encore vives ont fait que les relations étaient tout au plus correctes, il y a eu ensuite Valéry Giscard d'Estaing qui n'a pas trop laissé de souvenirs dans l'imaginaire des Algériens. Ce fut encore ensuite la période chaotique du président Mitterrand que les Algériens n'ont jamais apprécié au vu d'une part de son passé. Rien à voir avec la présidence Chirac. D'une façon irrationnelle les Algériens étaient en empathie avec le président Chirac.

Les Algériens ont apprécié qu'il fit le déplacement lors des inondations catastrophiques de Bab el Oued. Il faut bien admettre aussi que la position courageuse de Jacques Chirac dans le bras de force qui l'a opposé à George Bush est appréciée par les Algériens peut-être autant, sinon plus que toutes les approches de rapprochement sur la base des intérêts bien compris des deux parties. Le président qui disait à juste titre qu'un Français sur sept avait des racines algériennes avait la volonté de construire une relation durable, un traité à l'image du traité signé par la Régence et le roi Louis XIV et qui veut durer cent ans...

Avec l'avènement de Sarkozy dont nous avons eu un échantillon sur l'affection qu'il porte à l'Afrique, ce fut véritablement le calvaire, il n'a cessé de détricoter le patient travail de Chirac et Bouteflika qui voulaient signer un traité d'amitié. Nous étions tellement emballés, que j'ai cru bon de graver dans le marbre en écrivant un ouvrage intitulé: De la traite au traité: une utopie à construire. Les hasards de l'édition ont fait que l'ouvrage est «sorti» sous la triste mandature de Sarkozy, changement de la deuxième partie du titre: «Histoire d'un utopie». Bref, avec Sarkozy c'est le coup d'éclat permanent.

Nous pensions naïvement qu'avec Hollande dont le seul ennemi était la finance, les relations allaient de nouveau repartir du bon pied après la parenthèse Sarkozy, il n'en fut rien, avançant au millimètre sur le dossier de la reconnaissance des crimes contre l'humanité, il est resté dans l'imaginaire algérien comme le va-t-en guerre en Syrie et le Schwarzkopf au Mali pour des résultats discutables tant il est vrai que les racines des conflits sont les conséquences d'une France-Afrique toujours actuelle avec les habits d'un néocolonialisme winn winn.

Le candidat Macron et le parler vrai

Pour la première fois les Algériens découvrent un candidat qui ne fait pas dans la langue de bois: «Mal nommer les choses, écrivait Camus, c'est d'ajouter au malheur du monde.» La plaie algérienne est toujours aussi béante et les présidents qui se sont succédé par manque de vision du futur ou par calcul électoral n'ont jamais franchi le pas. Les Algériens ont un préjugé favorable envers Macron, jeune, ouvert sur le futur et qui sort des sentiers battus. On se souvient qu'en novembre 2016 le candidat Macron déclarait à l'hebdomadaire Le Point: «Oui, en Algérie, il y a eu la torture, mais aussi l'émergence d'un État, de richesses, de classes moyennes, c'est la réalité de la colonisation. Il y a eu des éléments de civilisation et des éléments de barbarie.» Le 14 février, le candidat Macron dans une interview accordée à la chaîne Echourouk News à Alger, déclarait: «La colonisation fait partie de l'histoire française et c'est un crime contre l'humanité J'ai toujours condamné la colonisation comme un acte de barbarie. La barbarie fait partie d'un passé que nous devons regarder en face en présentant nos excuses à l'égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes.»

Cependant, on ne peut pas mettre sur la même balance 132 ans de dépersonnalisation, de crimes, de tentative de détricotage de l'identité sans qu'il en reste des traces. L'imaginaire des Algériens a subi un tsunami un matin de juillet 1830 avec des répliques toujours actuelles. S'il ne faut pas tomber dans «la culture de la culpabilisation» comment rendre justice?

Le message du chef de l'Etat algérien à l'occasion de la fête nationale française du 14 Juillet, adressé à son homologue Emmanuel Macron a une un forte teneur politique, Il y est question du partenariat d'exception qui reste à construire entre les deux pays, de la pacification de la mémoire coloniale, de la lutte contre le terrorisme, notamment au Sahel et le chef de l'Etat algérien réitère à l'occasion sa «pleine disponibilité» et sa «volonté résolue» à oeuvrer, de concert, avec son alter ego français, pour «consolider davantage» la coopération bilatérale afin de la porter «à la hauteur du partenariat d'exception que les deux pays ont décidé d'édifier ensemble». «Le partenariat d'exception algéro-français reste à édifier.» (1)

Bref inventaire de l'oeuvre positive de l'Algérie pour la France

S'il est inscrit dans le génome des nostalgériques que la colonisation avait fait oeuvre positive, nous voulons pour notre part et a contrario parler de l'oeuvre positive de l'Algérie, pour la France. Il est connu que les relations de la France avec l'Algérie, les Français nous connaissent et nous les connaissons, 132 ans cela laisse des traces Deux raisons essentielles, expliquent cela. Par atavisme ou par habitude nous «lions» notre destin à l'ancienne puissance coloniale qui continue toujours de nous traiter de façon paternaliste et non en partenaire qui peut apporter beaucoup de sérénité dans une région qui a un grand besoin de stabilité. La deuxième raison est que nous ne savons pas faire valoir des arguments objectifs. Le compagnonnage douloureux avec la France a fait que les Algériens ont été de toutes les guerres depuis celle du Levant, à celle du Mexique, de Sedan, du chemin des Dames, des Ardennes, de la Provence, des francs-tireurs partisans. Dans le même ordre, il nous faut aussi évoquer rapidement les «tirailleurs bétons» qui à l'instar des R.T.A (Régiments de Tirailleurs Algériens) qui ont participé à la libération de la France, ces derniers ont participé à la reconstruction de la France. Sans être exhaustif, il nous faut aussi parler des racines algériennes de 6 millions de Français et de ce que nous faisons pour la France dans le domaine de la culture car sans être dans la francophonie qui, pour les Algériens a des relents de paternalisme, nous faisons plus pour le rayonnement de la langue française que plusieurs pays réunis, sans rien demander en échange. Nous enseignons dans une langue à 11 millions d'Algériens chaque année. C'est au total plusieurs dizaines de millions qui maîtrisent la langue de Voltaire, qui consomment pour ainsi dire français sans compter les 200.000 visas annuels octroyés à des touristes potentiels.

Est-ce que l'Algérie est seulement un marché ou un réservoir de diplômés à choisir?

«Les Algériens, écrit Houari Achouri, connaissent d'Emmanuel Macron surtout sa position courageuse de dénonciation du colonialisme français qu'il a qualifié de crime contre l'humanité. Des horreurs ont bel et bien été commises durant cette période de l'histoire de France. Doit-on en conclure qu'avec Macron à l'Elysée, tout baignera dans l'huile pour les relations algéro-françaises? Il dit vouloir construire un «avenir apaisé» avec les partenaires du Sud et il classe l'Algérie parmi les «partenaires essentiels». «Il faut s'attendre, cependant à ce que Macron poursuive la démarche du gouvernement français concernant la question du Sahara occidental, c'est-à-dire dans le refus de reconnaître le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination en vue de l'indépendance de son pays. Les choses ont l'air d'être plus claires dans le chapitre économique des relations algéro-françaises; sous la présidence Macron les affaires économiques et commerciales ont eu une place importante dans sa visite. On sait que, sur le marché algérien, la France fait maintenant face à une concurrence très forte de la part de la Chine, mais aussi d'autres pays européens.» (2)

S'il est vrai que c'est de bonne guerre qu'une politique d'immigration choisie ou sélective, qui n'accorde l'hospitalité qu'aux talents et compétences étrangers dont ils ont besoin. presque rien n'est fait en aval, pour les retenir, c'est à chaque fois une perte sèche pour notre pays, une saignée à blanc de son potentiel le plus dynamique, une sorte de «hold-up du siècle» de ses meilleurs enfants. En mai 2015, l'ancien ambassadeur de France en Algérie, Monsieur Bernard Emié, a révélé que 23 000 étudiants algériens poursuivaient leurs études en France, 8% du total des étudiants étrangers inscrits dans les universités françaises. Des milliers de nos meilleurs diplômés sont aspirés chaque année sans aucune contrepartie. Nous consommons pour 9 milliards de dollars de produits français. Notre tourisme s'élèverait à plus de 1 milliard de dollars par an. Pratiquement rien en échange si ce n'est des projets cosmétiques, mais ni transfert de technologie ni reconnaissance d'être en face d'un partenaire.

La visite-éclair du président Macron

Il faut le reconnaître elle a été dense, le parler vrai a dominé. Les jeunes Algériens qui ont discuté avec lui ont dit ce qu'ils pensaient. Et ce n'est pas parce qu'ils n'ont pas vécu la colonisation qu'ils ne doivent pas en parler. Cependant, on peut comprendre monsieur Macron quand il dit que des Français ont aimé l'Algérie. Il eut fallu qu'il précise simplement lesquels? Les Français d'en bas qui ont vécu côte à côte avec les Algériens, certains de ces Français natifs d'Algérie, ont combattu pour la libération de l'Algérie du joug colonial ont les mêmes droits que les autres Algériens, d'ailleurs, la plateforme du FLN lors du congrès de la Soummam leur rend hommage. Quant aux autres, les Borgeaud, les Schiaffino, les Blachette n'ont aucune empathie pour les Algériens et encore moins pour la révolution. D'ailleurs, bien avant la fin de la guerre ils avaient replié l'essentiel de leurs activités en métropole. Ceux qui ont trinqué en dehors du calvaire des Algériens musulmans, ce sont les Européens natifs d'Algérie qui n'ont pas compris ce qui leur arrivait le coup de sirocco qui les a déracinés du fait d'une politique de la terre brûlée menée par l'OAS. S'il est vrai que l'Algérie actuelle garde par-devers elle le reliquat de l'oeuvre positive de la colonisation et qu'elles essaie de le bonifier, il eut été correct de dire que ces infrastructures n' ont pas profité aux Algériens.

Un scoop: la restitution des 37 crânes et des copies de la mémoire

S'agissant des apports positifs de cette visite, qui marque de notre point de vue un déverrouillage, voire un dégel dans la bonne direction, nous pouvons noter que 55 ans après l'indépendance, la France accepte de restituer les 37 crânes des patriotes entreposés au Musée de l'homme et pour l'histoire, les pétitions d'il y a deux ans par des cohortes d'universitaires n'ont fait que reprendre une publication de l'anthropologue Ali Farid Belkadi en 2011 qui en fait mention dans son ouvrage sur Boubaghla. Justement s'agissant de Boubaghla, lors de la rédaction de mon ouvrage L'éducation et la culture en Algérie des origines à nos jours paru en 1999 aux Editions Enag, j'en avais fait mention dans l'avant-propos. Il est heureux que la France accepte enfin de restituer les crânes des patriotes algériens, comme elle l'a fait en 2002 pour la Venus Hottentote à la demande de Nelson Mandela, en 2010 pour les 15 crânes Maoris et pour le rebelle calédonien Ataï en 2014, Il reste encore 17000 crânes au Musée de l'homme....

On l'aura compris, la reconnaissance se fait au compte-gouttes. Souvenons-nous il a fallu plus de quarante ans pour que les évènements d'Algérie deviennent la guerre d'Algérie. De plus, il est à se demander pourquoi les archives originales ne sont pas restituées d'une façon franche. Les évènements sont prescrits depuis longtemps. Il faut tout de même savoir que l'original d'un document a une charge symbolique autrement plus importante qu'une copie quand bien même elle serait en couleur. De plus, nous ne saurons jamais quel est le contenu réel du fond des archives. On l'aura compris graduellement, les pouvoirs successifs au gré des circonstances lâchent du lest à dose homéopathique comme ce fut le cas du message de l'ambassadeur à Sétif. Est-ce moral que ce compagnonnage de 132 ans dont l'Algérie n' a vu que pour le pire doit se terminer par un solde de tout compte? L'idéal si l'on veut écrire une histoire à deux mains, que les documents soient mis à plat et des historiens des deux rives en dehors de toute interférence tenteraient d'établir un récit de ce qui s'est passé depuis le tremblement de terre de juillet 1830 qui a vu l'Algérie basculer dans l'horreur. Naturellement, il y a des zones d'ombre de part et d'autre et sur lesquelles il faut mettre la lumière. C'est à cette seule condition qu'après la Vérité, la Réconciliation est envisageable

Ce qui pourrait être fait dans l'égale dignité de chaque peuple

Au-delà des coopérations classiques que l'Algérie et la France vont développer, et de la mise en chantier du dossier archives, l'Algérie pourrait faire un nouveau chemin avec la France dans un véritable partenariat d'exception. Le grand investissement de la France serait là aussi d'une façon symbolique de contribuer à la mise en place d'une grande bibliothèque numérique, ce sera d'autant plus apprécié que ce sera aussi un symbole, voire une réparation de l'incendie de la bibliothèque de l'université d'Alger, où en une nuit 300.000 volumes, certains très rares partirent en fumée... Dans le même ordre sachant qu'en définitive tout revient à l'éducation; le meilleur capital, la meilleure richesse de l'Algérie consiste en la mise en place graduelle d'un système éducatif performant. Rien ne doit être refusé à la formation, à la recherche. Nous devons former et protéger l'élite en y mettant les moyens. Nous ferons émerger des lycées d'excellence, des Ecoles d'ingénieurs d'excellence, des Ecoles de médecine, de droit, de sciences économiques d'excellence. et faire en sorte que sans arrière-pensée il y aurait un véritable partenariat pour la mise en place d'un système de formation de l'élite avec les mêmes critères que les grandes écoles en France.

Les peuples algérien et français ne peuvent pas se tourner le dos ad vitam aeternam. En tant qu'intellectuels et universitaires, pour avoir mesuré le déficit d'instruction du peuple algérien, la déstructuration de sa société, nous sommes nombreux à penser que le moment est peut-être venu de miser sur la connaissance pour renouer le fameux dialogue des cultures et des civilisations. Une université de tous les savoirs, notamment de ceux qui participeront au rapprochement des deux peuples, devrait être érigée et confortée. Les Algériens ne demandent pas tant qu'on leur fasse la quête ou qu'on compatisse à leur sort que d'être traités dignement. L'Algérie c'est autre chose, c'est une autre culture, c'est une profondeur stratégique, c'est une histoire. Le passage de la France en Algérie n'a été qu'un épisode dans l'histoire plus de trois fois millénaire. Massinissa battait monnaie il y a 22 siècles de cela, pendant que l'Europe émergeait des ténèbres vers les temps historiques. Cette démarche est la première étape d'une vraie thérapie qui fera que, 55 ans après, l'Algérie et la France se regardent en face et décident d'unir leur vécu et leur pesanteur historique dans une région méditerranéenne qui a grand besoin de stabilité.

1.N. K. http://www.latribunedz.com/article/27587-Le-partenariat-d-exception-algero-francais-serait-il-une-realite-avec-Macron
2.HouariAchourihttps://www.algeriepatriotique.com/2017/05/08/relations-algero-francaises-pres-lelection-de-macron-vers-lapaisement/


 

http://www.huffpostmaghreb.com/2017/12/08/plusieurs-mesures-en-faveur-de-la-communaute-nationale-en-france_n_18758098.html

Emplois et Logements: les mesures prises en faveur de la communauté nationale en France

 

HuffPost Algérie/APS

Publication: 08/12/2017 13h50 CET Mis à jour: 08/12/2017 13h50 CET

 

AMBASSADE ALGRIE EN FRANCE

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a annoncé jeudi à Paris plusieurs mesures en faveur de la communauté nationale établie en France.

Le Premier ministre a indiqué, dans ce sillage, que les compatriotes de la communauté qui souhaitent investir en Algérie "pourront bénéficier de tous les régimes d'avantages ouverts aux investisseurs nationaux résidents", faisant observer que l'Algérie a "tant besoin" du savoir-faire, des compétences et des capitaux de ses enfants expatriés pour son développement économique.

Il a précisé, dans une allocution prononcée devant des membres de la communauté à l'ambassade d'Algérie en France, que les jeunes de la communauté algérienne en France qui souhaitent s'installer en Algérie pourront bénéficier des dispositifs d'aide à la création de micro-entreprises.

Ces dispositifs, a-t-il expliqué, accompagnent les jeunes de 18 à 35 ans dans plusieurs activités, depuis l'agriculture ou la production de biens et de services, jusqu'à l'ouverture de cabinets de médecins ou de bureaux d'architectes.

L'autre mesure importante, très revendiquée, concerne l'acquisition de logement en Algérie par les membres de la communauté qui, désormais, pourront accéder aux différents dispositifs de promotion immobilière, y compris, a-t-il précisé, ceux qui relèvent des pouvoirs publics.

Il a également annoncé l'ouverture au courant de 2018 l'ouverture d'une banque en France, filiale de la Banque extérieure d'Algérie (BEA), aux profits de ses ressortissants qui désirent en être clients, et au service du flux commercial entre l'Algérie et la France, précisant que les procédures pour cette ouverture "sont en cours de mise en place".

Par ailleurs, au sujet des attentes de l'Algérie auprès des membres de la communauté, le Premier ministre a insisté sur le fait que "l'Algérie doit toujours demeurer au-dessus des différences et mêmes des divergences politiques ou autres", relevant que chacun peut avoir ses propres opinions politiques et certains peuvent également être des opposants au pouvoir et "c'est leur droit", a-t-il souligné.

"Lorsque l'Algérie va mal, vous souffrez, et c'était le cas lors de la tragédie nationale. Lorsque votre pays se porte bien ou pas trop mal, vous en êtes fiers", a-t-il fait observer, leur demandant de ne pas rester "indifférents" devant "toute tentative de diviser la communauté nationale ou de porter atteinte à l'unité de l'Algérie".

Sur un autre plan, Ahmed Ouyahia a noté que la communauté algérienne à l'étranger recèle des "gisements de compétences, de capitaux et d'autres atouts", soulignant que l'Algérie a besoin de ses membres pour "investir chez elle", y compris avec des privés.

Il a affirmé que l'Algérie a besoin de cette communauté pour ses compétences scientifiques et techniques, et pour servir de "tête de pont" pour ses exportations en France et ailleurs dans le monde, appelant ses membres à s'organiser, à être "unifiée et solidaire".

"Dans ce domaine, l'Etat ne veut pas trop s'immiscer au risque de paraître à tort comme voulant ‘caporaliser’ la communauté", a-t-il soutenu, indiquant que toute démarche tendant à fédérer la communauté algérienne de nationaux, binationaux et d'Algériens d'origine intégrés dans le système politique, économique et social français, "sera un acquis pour vous, pour mieux faire entendre votre voix et pour mieux défendre vos droits".

M. Ouyahia est à Paris, rappelle-t-on, dans le cadre des travaux de la 4e session du Comité intergouvernemental de haut niveau algéro-français (CIHN) qui se soldés par la signature jeudi de onze accords de coopération


 

Hors sujet

 

 

http://www.lexpressiondz.com/culture/lecran_libre/281549-al-jazeera-dans-les-bagages-de-macron-a-alger.html

 

Al Jazeera dans les bagages de Macron à Alger

 

Par Amira SOLTANE - Samedi 09 Decembre 2017

 

Alors que les médias français étaient concentrés sur le problème des visas, pour les journalistes français pour la plupart d'origine algérienne, une télévision arabe s'est ajoutée dans la délégation des journalistes français venus de Paris sans faire de bruit. Il s'agit du directeur du bureau de Paris de la chaîne qatarie Al Jazeera, Ayach Derradji, qui avait un passeport algérien et qui n'avait besoin que d'une autorisation pour faire des reportages en Algérie avec le logo bleu et jaune de la petite île du golfe Persique. L'excuse des Français est toute trouvée puisque le président français devait s'envoler après son escale en Algérie, vers Doha. Le journaliste algérien, patron du bureau d'Al Jazeera dans la capitale française, devait donc accompagner les journalistes français qui couvraient la visite du président français au Qatar. C'est donc la première fois que les autorités algériennes autorisent la chaîne du Qatar à travailler à Alger en dehors des échéances électorales algériennes depuis que son bureau à Alger a été fermé en 2000. Le patron d'Al Jazeera à Paris a souvent couvert les élections présidentielles et les élections législatives sans que le bureau ne soit réouvert. A partir de 2013, les relations d'Alger avec Al Jazeera se sont encore détériorées, après l'affaire de beIN Sports et les droits télé. Après que l'Entv eut diffusé la retransmission d'un match sans l'autorisation d'Al Jazeera Sport, Doha avait fait du chantage en menaçant l'Algérie de poursuites judiciaires, si le bureau d'Al Jazeera Sport et de beIN Sports n'était pas réouvert. Le Premier ministre Abdelmalek Sellal avait même rencontré Nasser El Khelaïfi afin de tenter de régler le problème. L'affaire s'est par la suite dégelée et la chaîne qatarie avait obtenu l'accréditation d'un correspondant juste pour la Coupe du monde de 2014, au Brésil son accréditation n'ayant jamais été renouvelée. Par ailleurs, le président Macron avait obtenu l'autorisation de ramener le correspondant d'Al Jazeera à condition que celui-ci ne critique pas l'Algérie, ce qui a été fait puisque les reportages d'Al Jazerra sur la visite de Macron à Alger ont été très corrects. Les relations entre Al Jazeera et la France sont meilleures et encore plus après la visite de Macron à Doha. De plus, Ayach Derradji, qui est un ancien journaliste de l'Entv, connaît assez bien les sensibilités en Algérie et ne s'est pas aventuré à jouer le héros contre les autorités algériennes, puisqu'il garde de solides relations avec les responsables algériens. Parfois Doha le sollicite pour faire des reportages sur l'Algérie à partir de Paris. La France, qui est devenue un partenaire de taille pour le petit émirat du Qatar, garde de solides relations médiatiques, culturelles et surtout économiques, ce qui a fait que Macron est aux petits soins avec le chef du bureau d'Al Jazeera à Paris.


 

Hors sujet

 

http://maghrebemergent.info/economie/algerie/82828-ferhat-ait-ali-aujourd-hui-l-algerie-dispose-de-moins-d-atouts-qu-aux-pourparlers-d-evian.html

 

Interview réalisée par Amar INGRACHEN vendredi 8 décembre 2017 09:11

 

 

http://maghrebemergent.info/images/radiom/FerhatAitAli6.jpg

Dans cette interview, l’économiste Ferhat Ait Ali estime que les Français et « les autres d’une façon générale n’investissement pas sérieusement en Algérie parce que les Algériens eux-mêmes ne le font pas à cause des conditions réfractaires aux lois du marché qui sévissent dans le pays ».

Aujourd’hui se tient à Paris la quatrième session du Comité Intergouvernemental de Haut niveau sous la Présidence de Édouard Philippe et de Ahmed Ouyahia. A votre avis, qu’est-ce que l’Algérie peut tirer comme profit, notamment dans le domaine économique, de sa coopération avec la France ?

Que ce soit avec la France ou n'importe quel autre partenaire, l'Algérie ne peut tirer comme profit, que ce qu'elle est en droit d'exiger en relation avec sa position du moment, ses projections économiques et les moyens de négociation à sa disposition. Or, ils sont présentement très limités pour ne pas dire quasi inexistants, à tel point qu'il me semble que l'Algérie dispose de moins d'atouts qu'aux pourparlers d'Évian. Les atouts et les faiblesses dans toute discussion d'intérêt réciproque pour ne pas dire communs, ce qui n'est pas vrai dans le cas du gouvernement Algérien dont même les citoyens doutent d'avoir des intérêts communs avec lui, sont de plusieurs ordres. Le premier me semble être l'existence d'une stratégie interne bien étudiée et des buts nationaux, dont on voudrait obtenir l'appui du vis-à-vis, ce qui me parait inexistant dans l'état actuel des choses, et même depuis au moins 40 ans. Le deuxième, est d'avoir des arguments de négociation et quelques chose à marchander pour la partie d'en face, comme intérêt ou même nuisance, ce qui n'est plus d'actualité, dans la mesure oû la période d'aisance financière n'a pas été exploitée pour négocier en position de force, mais pour vendre une image à l'externe qui sert de paravent à toutes sortes de conflits et de coups de force internes. Le troisième, c’est une légitimité incontestable et incontestée, ce qui est le Talon d'Achille de tous les régimes des pays à la traine du développement dans notre région sinistrée, dont les gouvernants semblent ignorer que l'équation se présente à l'inverse de la leur, qui pose la reconnaissance conditionnée à l'international comme dividende et les intérêts économiques du pays comme diviseur, avec une légitimation interne comme résultat. Ceci alors que le vis-à-vis pose exactement l'inverse, dont le résultat est l'intérêt économique, la question de la légitimité ne se posant ni en dividende ni en diviseur, les deux s'annulant de facto, dans une équation interne réglée démocratiquement. Le quatrième, qui ne parait pas évident, est dans la nature et les buts des négociateurs, qui ne sont ni libres de leurs mouvements, ni à la hauteur de la tache, ni mus par un but précis d'ordre national et économique à atteindre, ni par un plan d'ensemble élaboré collectivement par des équipes compétentes.  Et au risque de me répéter, l'équipe partie à Paris n'a pas le dixième du niveau de perception des enjeux de l'équipe d'Évian, et encore moins sa capacité à taper du poing sur la table ou à couper court à une démarche qui n'arrange pas l'Algérie. L'échec de cette énième commission étant dans l'ordre des choses pour le coté algérien, au même titre que tout ce qui a été entrepris de ce genre jusqu'ici, et avec n'importe quel autre partenaire, mais encore plus avec les Français.

L’économie algérienne est fermée et ne fonctionne pas d’une façon rationnelle, les logiques marchandes étant niées par les comportements de l’État et les lois qu’il promulgue. Comment, dans ces conditions, aspirer à des partenariats économiques gagnants-gagnants avec les France et avec les autres pays ?  

Nous y voila, justement, au nœud du problème! Je ne pense pas qu'il existe quelqu'un de sérieux dans le monde moderne qui négociera sérieusement un dossier économique dans une logique de gagnant, avec un bureaucrate qui se présente comme une sorte de majordome tenant entre ses mains la bourse du harem du calife local. Dans un pays où les politiques sont les instruments diplomatiques du monde des affaires et de l'entreprise, personne ne traitera une affaire à long terme ou un partenariat engageant des fonds et des efforts, avec une équipe qui représente l'inverse de cette logique, et qui vous affirme avec aplomb que les affaires dans son pays passent par elle. Les Français ou d'autres enverraient des entreprises en Algérie, et les entreprises sérieuses traitent avec des entreprises, et pas avec des politiques et encore moins des bureaucrates, même de rang politique, et certainement pas avec des intermédiaires et autre mici dominici de qui de droit. Et quand ils acceptent de le faire, ce n'est pas pour se faire rouler dans la farine, par d'illustres inconnus même à notoriété provisoire, qui peuvent être dégommés du jour au lendemain et leurs engagements et cogitations avec eux. Mais pour des opérations, ou les engagements de nos négociateurs, sont rendus définitifs et irréversibles par des mécanismes juridiques solides, et les engagements d'investissement des vis avis, limités au stade de promesses illusoires et subordonnées à des changements de climat économiques qu'ils savent illusoires chez nous. Ils arrachent de ce fait le maximum de concessions temporaires et juteuses à nos représentants, des conventions contraignantes, des règlements de contentieux anciens au profit de leurs entreprises, sans rien offrir de sérieux en dehors de quelques effets d'annonce ou investissements démontables et sans apports, que nos médias se chargeront de transformer en grandes conquêtes économiques. Comme ils nous ont présenté le funeste accord d'association, qui a permis à monsieur Estrosi d'exiger de nous de manger la pomme de Côte-d’Azur de force l'été dernier.

 M. Macron, se faisant le porte-parole des chefs d’entreprises français, déclaré que la loi 51/49 est un obstacle aux investisseurs étrangers tout en disant que l’Algérie. Qu’est-ce que cette règle apporte ou n’apporte pas à l’Algérie selon vous ?

Cette histoire de 51/49, que ne défendent que les idéologues incapables de lire le bilan d'un coiffeur de village, au nom d'une souveraineté à géométrie variable, qui nous a rendu dépendant du monde entier, et d'une seule source de revenu, a été à mon sens le plus grand coup d'arrêt porté à tout investissement sérieux dans le pays, pour des motifs véritables qui resteront à identifier un jour officiellement, mais qui sont certainement tout sauf ce qui est annoncé depuis 2009. Qu'un pays, qui n'a pratiquement aucun associé sérieux à présenter à qui que ce soit, en dehors de deux ou trois entreprises mises en quarantaine par les décideurs locaux, et qui ne reçoit pratiquement aucune demande sérieuse d'investissement, même dans le domaine pétrolier qui est son unique atout, introduise une telle mesure dans sa nomenclature de chausse trappes juridiques, est en soi un fait cocasse, s'il n'était à répercussions dramatiques sur le devenir du pays. Toutefois, la position des officiels français sur cette question est aussi fluctuante que peu sérieuse. En privé, la plupart ne sont pas d'accord, et c'est logique, mais en public, ils sont parfois d'accord, parfois contre et la plupart du temps entre deux chaises. En ce sens, que cette règle les arrange pour une affaire comme Renault ou Peugeot, ou avec un minimum d'apports ou même sans apports sérieux, et sous couverture locale, ils peuvent exporter des biens quasiment finis, au prix qu'ils veulent, en étant à 100% dans les marges de l'usine de départ, et à 49% dans celles majorées à l'arrivée, là ils se font défenseurs de cette règle. Mais quand ils sont invités sur une affaire dans laquelle ils ne veulent pas s'impliquer outre mesure, sur un procès lourd ou compliqué, ils invoquent cette règle comme un obstacle sur un créneau ou de toute manière ils n'auraient jamais misé un euro même à 110%. Ceci dit, tant que notre nomenclature de textes volants offre tout cet éventail de prétextes à toutes les parties, pourquoi gâcher son plaisir de donner un cachet politique à un refus tout économique?

Pourquoi, selon vous, les Chinois ont devancé les Français en Algérie en matière de commerce et d’investissement ? Pourquoi les investisseurs de certains pays viennent plus que d’autres ?

En termes d'investissement, les Chinois n'ont pas fait mieux que les Français, le seul projet de grande ampleur chinois étant celui du fameux port d'el Hamdania, et il entre dans leur stratégie d'un Hub en Méditerranée occidentale, ce dont les français n'ont pas besoin, ayant leurs propres ports et celui de Tanger Med, qui sert les projets français au Maroc. Quant au commerce, personne ne peut devancer les Chinois nulle part, même en France d'ailleurs. En dehors des services, le taux d'intégration français est plus dans les hauts salaires locaux et les brevets, que dans les intrants français à proprement parler. Pour les mêmes montants d'importations en dollars, il faut voir les volumes de produits manufacturés chinois qui arrivent sur le marché, et celui des produits français. Rien que pour l'habillement et la chaussure, si on s'approvisionnait en France, rien ne garantirait que les produits seraient français, mais les marges certainement. Coté investissements, je ne considère ni les annonces ni les déclarations des uns et des autres, mais les IDE au plan financier. Et ceux-là, on les voit dans la balance de paiement, et franchement ils son risibles, et de loin inferieurs aux transferts des pensions de nos retraités qui vont tout droit au square. Ce que nous appelons des investisseurs chez nous viennent en général de pays précis, dans le cadre du fameux 51/49, avec des partenaires locaux, qui ont les clés des banques publiques et des partenaires étrangers qui ont l'adresse pour les facturations et transferts, et il est évident que dans ce cadre précis, les Européens en général soient en bas du tableau, leur législation empêchant certaines pratiques et la domiciliation hors pays, ou les approvisionnement loin de la maison mère, ce qui rend toute l'opération sans objet pour les vis-à-vis locaux. Concrètement, les autres investiront en Algérie quand les algériens le feront, et surtout seront libres de le faire, sans chaperons bureaucratiques, et quand l'Algérie décidera d'avoir une économie, et surtout quand cette économie ne sera pas otage de bureaux et autres lieux non conçus à cet effet.


http://www.lexpressiondz.com/article/0/0-0-0/281533.html

 

TAYEB ZITOUNI QUALIFIE LES DÉCLARATIONS DE MACRON D'« INITIATIVE POSITIVE »

Le dossier de la mémoire avance-t-il enfin ?

Par Walid AÏT SAÏD - Samedi 09 Decembre 2017 00:00

On n'est pas encore à la repentance, mais c'est déjà un grand pas vers ce que qu'a qualifié le président français de «page d'avenir»!

«Entre nos deux pays, nous avons une histoire commune, tournée vers l'avenir.» C'est avec cette phrase lourde de sens que le président français Emmanuel Macron a résumé, sur sa page Facebook, son voyage en Algérie. Afin que cet avenir soit aussi radieux que le soleil d'Alger, le chef de l'Etat français a annoncé, mercredi dernier lors de sa visite officielle que la France avait «décidé de restituer les crânes des martyrs algériens, actuellement au Musée de l'Homme à Paris. Les autorités françaises ont pris la décision d'entamer cette opération et qu'un texte de loi nécessaire pour ce faire sera pris».

Le lendemain (jeudi dernier, ndlr) à Paris lors du Comité intergouvernemental de haut niveau organisé régulièrement par les deux pays, c'est le Premier ministre Ahmed Ouyahia qui a fait une déclaration qui montre la volonté de la France «macronienne» «d'avancer dans un travail de mémoire conjoint». Ouyahia annonce qu' «Emmanuel Macron est prêt à remettre à l'Algérie une copie des archives de la période coloniale française (1830-1962), réclamée depuis des années par Alger».

On n'est pas encore à la repentance, mais c'est déjà un grand pas en avant. D'ailleurs, même le ministre des Moudjahidine, seul poste officiel qui, à l'accoutumée, se permet d'«attaquer» les présidents français après leurs voyages respectifs en Algérie, a cette fois-ci été des plus cléments. En effet, Tayeb Zitouni a ainsi qualifié, jeudi dernier à Alger, les déclarations du président Macron d'«initiative positive et prometteuse». «Ces déclarations sont susceptibles de faire avancer le dossier de la mémoire et la question de la restitution des crânes des chouhada qui se trouvent en France, et ce dans le cadre de l'action des commissions mixtes entre les deux pays», a-t-il estimé.

Dans ce sens, il a salué la présence du secrétaire général du ministère des Moudjahidine parmi la délégation ministérielle conduite par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia à Paris dans le cadre du Comité intergouvernemental de haut niveau algéro-français. Pour rappel, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, avait auparavant affirmé que l'Algérie «ne sera satisfaite qu'une fois rendus les crânes de ses chouhada se trouvant au Musée de l`Homme à Paris, pour leur accorder les honneurs de la sépulture dans leur propre pays». La France nouvelle a donc affiché sa volonté d'ouvrir une nouvelle page avec l'Algérie en classant les douloureux dossiers du passé. «Le dossier du passé, l'Algérie ne le soulève pas pour enfermer les relations algéro-françaises dans le passé, mais pour alléger la démarche commune vers l'avenir, donner plus d'entrain, en prenant en charge quelques soucis que nous avons», a soutenu Ahmed Ouyahia comme pour dire que l'Algérie est en position de «wait and see» concernant ces nouvelles promesses françaises.

En tout cas, pour le moment les choses semblent aller vers le positif surtout qu'il n'y a pas eu de levées de boucliers des deux côtés de la Méditerranée. Les voix des partisans de l'Algérie française que l'on entend à chaque fois qu'un politique français évoque l'Algérie, sont cette fois-ci restées inaudibles. Pourvu que ça dure...


 

http://plus.lesoir.be/128350/article/2017-12-08/reliques-macabres-dun-passe-colonial

 

Reliques macabres d’un passé colonial

Mis en ligne le 8/12/2017 à 10:57

 

William Bourton

En visite officielle à Alger, le président Emmanuel Macron a annoncé la restitution à l’Algérie de 37 crânes, symboles de la répression française dans son ex-colonie.

Les crânes de 37 résistants algériens sont exposés au Musée de l’Homme de Paris depuis 1949.

Les crânes de 37 résistants algériens sont exposés au Musée de l’Homme de Paris depuis 1949. - dr

Mercredi, Emmanuel Macron a effectué sa première visite officielle en Algérie. Le président français a indiqué qu’il venait en « ami », refusant d’être « otage du passé » douloureux entre Paris et son ancienne colonie. « C’est une histoire nouvelle qui s’écrit » entre la France et l’Algérie, a-t-il renchéri lors de sa conférence de presse.


 

http://www.huffpostmaghreb.com/djamel-abada/elites-et-barbarie_b_18757420.html

 

Djamel Abada Retraité

 

Élites et barbarie

Publication : 08/12/2017 10h44 CET Mis à jour: 08/12/2017 10h57 CET

 

WAR ALGERIA

 

De 1830 à 1962, il existe une seule constante dans l'histoire de l'Algérie coloniale : l'élite militaire française , polytechniciens et saint-cyriens réunis, s'est illustrée dans la barbarie et la sauvagerie répressive, faisant fi des principes les plus élémentaires de la chevalerie militaire dont elle s'auréole de façon grandiloquente à la moindre occasion.

Tous ces personnages prétendument héroïques ou légendaires, furent en réalité les miasmes d'une histoire mille fois tragique. Leurs noms à écorcher les oreilles de nos aïeux, incongrus sur cette terre, ont vérolé pendant longtemps, trop longtemps, la géographie de notre pays, parfois hélas bien au-delà de l'indépendance.

Ces grands généraux que leur patrie reconnaissante honore encore jusqu'à aujourd'hui, hante notre histoire nationale et leurs "hauts faits de guerre" résonnent dans nos mémoires comme les sabots des cavaliers de l'apocalypse.

Parmi les méthodes diaboliques expérimentées pendant la conquête de l'Algérie, deux tiennent le haut du pavé par leur caractère particulièrement odieux : l'enfumade et l'emmurement et ont donné une funeste célébrité à deux personnages : Pélissier et Canrobert.

Saint-cyrien, affublé du doux prénom d'Aimable (ce qu'il ne fut jamais pour nos compatriotes), Pélissier est un officier français qui prit part à l'expédition de 1830 contre l'Algérie. En 1844, il revient en Algérie où il "s'illustre" de façon particulièrement inhumaine dans ce que l'on a appelé "les enfumades du Dahra" en 1845.

Le Dahra est un massif montagneux situé entre Ténès et Mostaganem, avec un terrain particulièrement accidenté. Plus d'un millier de personnes avaient trouvé refuge dans des grottes, nombreuses dans la région, croyant ainsi pouvoir échapper à la soldatesque française. Pélissier donna l'ordre de boucher les issues des grottes avec des branches d'arbres et d'y mettre le feu, tuant par asphyxie tous ceux qui s'y trouvaient, n'épargnant ni les femmes, ni les enfants, ni les vieillards. Pélissier explique lui-même sa méthode : "Je fais hermétiquement boucher toutes les issues et je fais un vaste cimetière."

Son exploit accompli, Pélissier est nommé général de brigade par Bugeaud, qui ne tint aucunement compte du scandale soulevé malgré tout dans certains milieux à Paris. Il sera même nommé gouverneur général de l'Algérie en 1851. Les enfumades étaient une pratique courante dans l'armée française : elles ont été inaugurées en 1841 par Cavaignac. Elles étaient destinées à saper le moral des Algériens et casser leur résistance.

Canrobert, maréchal de France, adopte quant à lui l'emmurement, faute de bois, lors d'une expédition toujours dans le Dahra : "Comme il n'y a pas de bois, je bouche l'entrée de la caverne avec des pierres.

"Après quoi, il est fait chevalier de la légion d'honneur. Il s'illustre également lors du siège de Zaatcha qui se termine par le massacre de tous ses habitants, après la décapitation de tous les chefs, dont les crânes , trophées dérisoires pour une France indigne, font encore l'objet de "négociations".

Selon l'historien Charles-André Julien, "il est probable que la pratique des enfumades et des emmurements fut plus fréquente qu'il n'y paraît."

Certains esprits tourmentés ou adeptes de l'objectivité historique (qui n'existe pas : l'histoire est écrite par les vainqueurs pour les vainqueurs) objecteront que Abdelkader et ses troupes n'étaient pas en reste et savaient se montrer intraitables. Mais Abdelkader n'a jamais tué un français sur le territoire français.

Les Français ont bien raison, une fois n'est pas coutume, d'évoquer les bienfaits de la colonisation. C'est ce que l'Algérie fut pour tant d'entre eux et d'ailleurs : un bienfait. Un bienfait inespéré pour les miséreux de l'Europe entière : français bien sûr, italiens, espagnols, maltais, alsaciens, etc...

A. de Tocqueville, élite intellectuelle et littéraire, a écrit dans son "Travail sur l'Algérie": "Aux colons venus du continent, le règne du droit ; aux Arabes et aux Kabyles, ni égalité, ni libertés civiles, ni universalité de la loi ni aujourd'hui ni demain."

On entend depuis quelques temps, par-ci par-là, que d'anciens pieds-noirs veulent récupérer leurs biens abandonnés en 1962. Nous sommes en plein délire surréaliste.

Comment, après nous avoir infligé l'enfumade et l'emmurement, le cantonnement et le séquestre, la responsabilité collective, le code de l'indigénat, l'assassinat systématique et planifié de populations entières, certains osent espérer pouvoir récupérer le fruit de leurs rapines. Comment cette idée peut-elle seulement effleurer leur esprit ? Inconscience ou culot ? On se pose la question.

Il faut dire que l'attitude ambiguë de nos dirigeants, à un moment ou un autre, a pu faire naître chez certains quelque espoir. Souvenez-vous de l'affaire Macias ?


 

https://www.connaissancedesarts.com/archeologie/la-france-sengage-restituer-les-trophees-du-siege-de-zaatcha-1183353/

 

08.12.2017 par Anne-Sophie Lesage-Münch

 

La France s’engage à restituer les « trophées » du siège de Zaatcha

 

La France s’engage à restituer les « trophées » du siège de Zaatcha

Les collections anthropologiques du Museum national d'histoire naturelle à Paris © DR

 

Dans le prolongement de sa dénonciation en février dernier des crimes commis durant la colonisation française, le président Macron a annoncé hier la restitution à l'État algérien de trente-sept crânes de résistants, actuellement conservés au Muséum national d'histoire naturelle.

Ce mercredi 6 décembre, le président Macron a exprimé le souhait de l’État français de restituer à l’Algérie les trente-sept crânes d’anciens rebelles algériens tués lors du siège de Zaatcha en 1849 qui furent déposés à l’époque au Muséum national d’Histoire naturelle à Paris. Comme d’autres musées français, le Muséum conserve dans ses collections des restes humains qui témoignent du passé colonial de la France et de l’immoralité de certaines pratiques militaires anciennes. À la fin de l’année 1849, alors qu’elle tente d’achever sa conquête de l’Algérie, l’armée française occupe Zaatcha, oasis du sud algérien, dont elle s’empare finalement le 26 novembre. Les militaires prélèvent alors, en guise de trophées de guerre, certains crânes de rebelles algériens et les rapportent en France où ils intègrent les collections du Muséum. La promesse d’Emmanuel Macron participe donc de son intention de réparer les exactions commises par l’armée coloniale française à l’encontre du peuple algérien et vient également raviver le débat sur les restitutions, qu’elles concernent des restes humains ou des œuvres d’art.

Si la Grèce et l’Égypte cherchent régulièrement à faire valoir leur droit au retour des éléments patrimoniaux dont ils ont été dépouillés au cours des siècles, les peuples d’Afrique ou de Polynésie multiplient également les demandes de restitutions auprès des anciennes puissances coloniales. Ces revendications visent avant tout à permettre aux communautés concernées de se réapproprier des éléments constitutifs de leur histoire et de leur identité. Se ralliant à cette démarche, la France restituait en 2014 vingt têtes momifiées maories à la Nouvelle-Zélande dont les arguments tant moraux qu’identitaires avaient eu raison des blocages juridiques. De fait, la question de la restitution demeure un sujet épineux lorsqu’elle concerne des restes humains, notamment dans le domaine archéologique.

Cependant le cas récent des trésors royaux d’Abomey, revendiqués en 2016 par le Bénin, met également en lumière toute la complexité des restitutions d’œuvres d’art intégrées aux collections publiques françaises. Se fondant sur les principes d’inaliénabilité et d’incessibilité des objets appartenant aux collections publiques, la France a, en effet, rejeté la demande du Bénin en mars dernier. Deux postures, tant philosophiques que politiques, s’affrontent ici qui opposent le droit des peuples à reprendre possession des témoignages de leur passé à la volonté d’offrir des conditions de conservation et de valorisation optimales à ces vestiges. Ce débat se nourrit d’un contexte géopolitique en constante évolution qui renouvelle les enjeux et les acteurs de la préservation du patrimoine mondial. Stéphane Martin, président du musée du Quai Branly, affirmait ainsi récemment dans un entretien accordé au Figaro : « Il y a une nouvelle géographie culturelle, la carte des pays participant à la mise en valeur du patrimoine de l’humanité ne cesse de s’étendre. Il faut donc imaginer un nouveau partage et une nouvelle promotion de ces biens communs, avec plus de partenariats ».


 

https://www.mondialisation.ca/a-limpossible-les-algeriens-sont-tenus/5621428

 

À l’impossible les Algériens sont tenus

Par Cherif Aissat

 

Mondialisation.ca, 08 décembre 2017

Thème: Économie mondiale, Histoire et Géopolitique

Analyses: LE MAGHREB

 

Monumentale ! Telle est notre erreur d’analyse. Les lecteurs des publications du Centre de Recherche sur la Mondialisation (CRM), (Ottawa, Canada) seront probablement surpris par un tel et rarissime aveu. Dans notre texte « Paris – Alger – Boudjellil et le président de la France » [1]publié le 28 novembre 2017 par le CRM qui se voulait une anticipation des résultats du déplacement du président français à Alger, nous avions écrit : « Comme aux dominos, le président de la France fera un carnage à Alger » (Voir note a).

 

Avec ce déplacement, nous avons appris la subtilité dans la hiérarchie protocolaire des visites officielles : celles ayant rang d’amitié et de travail et celles à rang d’État. Ce premier aveu fait, le second a été notre anticipation sur un carnage qui n’a pas eu lieu.

 

Ces aveux ont été alimentés par le suivi d’une dizaine de sources d’informations faites de chaines de télévisions et journaux des deux pays accessibles sur le Web auxquelles nous avons accordé un temps réduit. À ces aveux, d’autres erreurs pourraient être identifiées par les lecteurs intéressés en faisant des parallèles entre l’écrit cité supra et les conséquences de cette visite.

 

En reconnaissant les erreurs de notre analyse qui est d’un point de vue universitaire plus normative que positive, deux éléments et non des moindres que sont les contenus et les qualités de l’information ont été partiellement bien ciblés : sa platitude et l’absence des caractères polémique et passion habituels lors des événements exceptionnels qui lient l’Algérie et la France. Si en Algérie, alors que nous nous attendions à quelques élancements de la part de ceux qualifiés de nationalistes ou de purs et durs conservateurs en majorité des arabistes – baâthistes [2], leurs silences ont été un autre défaut de notre analyse.

 

Par contre en France, les célébrités intellectuelles les plus médiatisées et « spécialistes » des relations algéro-françaises ont brillé par leurs mises au pas, preuve que le président français et les fermes de l’information qui le soutiennent ont caporalisé tout l’édifice informationnel.[3]

L’éclipse des vedettes françaises des talkshows ont entraîné dans leurs sillages celle de leurs pendantes algériennes qu’elles résident en Algérie, en France ou qu’elles aient les pieds dans les deux pays.

 

Plus qu’un carnage, une humiliation

 

Le respect des vies privées et la sacralité des dignités humaines nous interdit d’analyser et d’interpréter certains détails protocolaires de cette visite lesquels pourraient révéler des effets dommageables à l’Algérie.

 

Le matériau principal qui sera utilisé dans le développement qui suit est l’interview de 19 minutes du président de la France : « Emmanuel Macron s’exprime sur TSA » [4]. Par une communication tant bien que mal maitrisée, le président de la France a mystifié ses interlocuteurs algériens.

 

Dans ce développement, l’aspect international sera plus lourd que le national.

 

La leçon de morale infligée aux Algériens : En évitant de parler des ravages de la Politique européenne de voisinage, la démographie algérienne et la quête de visas de nos compatriotes pour l’émigration a été une aubaine autour de laquelle le visiteur de l’Algérie a articulé les objectifs de sa visite.

 

Le doigté dans la manipulation de l’histoire :

 

Dans les rues d’Alger-Centre, flanqué d’un historien français très célèbre en Algérie pour ses livres plus factuels qu’universitaires dans lesquels le poids des USA dans l’indépendance de l’Algérie est très peu développé par rapport à ceux des pays arabes, de la Yougoslavie et de l’ex URSS, en évoquant superficiellement l’émir Abdelkader, sans citer le Traité de la Tafna[5] ou les Enfumades dans les montagnes algériennes, précurseurs des chambres à gaz nazies, le président français a abusé de l’argument d’âge.

 

En visitant une librairie sise à la place du nom de cet illustre émir, la négociation du protocole a été en faveur des Français qui lui ont évité la villa Susini ou l’école Sarouy, lieux de tortures durant la guerre de libération nationale.

 

 

Les droits de l’homme en Algérie et en Afrique : Un domaine qu’aucun pays africain et ancienne colonie française n’ose aborder avec le président français pour la raison que la France est la première à les violer que ce soit chez intra-muros avec leurs complicités ou extra-muros c’est-à-dire sur le territoire français même. Durant le court séjour du président de la France, un forum sur les droits de l’homme a été interdit par les autorités administratives du département de Béjaia. La guerre civile des années 1990 en Algérie et son lot de disparitions, les procès parisiens en rapport avec et l’assassinat à Paris de l’avocat Ali Mecili, un Algéro-français sont des cas qui relèveraient de la compétence de tribunaux internationaux ou d’organes de justice ad hoc et à compétence universelle.

 

L’Algérie, la France et la délimitation des sphères d’influence des puissances occidentales

 

Dans cette interview, pour éviter d’irriter les autorités politiques algériennes et marocaines, pour laisser ce problème d’occupation durer entre l’Algérie et le Maroc parce qu’il sert les intérêts d’influence de la politique étrangère de son pays, le président français a fait le funambule sur l’autodétermination et l’indépendance du Sahara occidental. D’un point de vue Relations internationales, il devient une évidence que la question sahraouie est du ressort des États-Unis d’Amérique qui ferait du futur État un marché pour leurs investissements et de sa façade ouest de l’Atlantique africain une base de contrôle des mouvements maritimes et de sa défense avancée.

 

Les guerres, le terrorisme dans les pays du Sahel et l’exclusion de l’Algérie

 

En glissant avec assurance dans ses réponses les opérations Serval et Barkhane, le président français a fait dans l’autosatisfaction du poids de son pays dans la construction du G5-Sahel. En évoquant l’accueil qu’il a réservé aux dirigeants libyens à Versailles, la situation créée par la France que vivent les Libyens et qui n’aurait pour solution que sa partition avec celle du Mali, il a pointé clairement les menaces qu’il fait peser sur l’Algérie qui parce qu’elle est une cible a été exclue du G5-Sahel. Malgré ses efforts et avec l’absence remarquée de la Tunisie, l’Algérie a échoué dans l’organisation de pourparlers de paix entre Libyens.

Dans ce jeu, le président français a réservé à l’Algérie les mots d’orgueil qu’elle est appelée à payer par des vies humaines, de l’argent et des risques sur l’intégrité du territoire. Dans les discussions officielles et secrètes dans lesquelles les menaces sont marchandées, l’Algérie par sa surface, faible densité de population mélangée et ses ressources naturelles se trouvera dans l’obligation de financer dans une facture que la France établira, laquelle accélérera sa crise de liquidités financières.

 

L’économie, les investissements et le feu en Algérie

L’annonce des ententes et compromis seront annoncés ce jour (jeudi, 7 novembre) par le Comité intergouvernemental de haut niveau algéro-français [6] qui pour la forme se réunira à Paris alors que les protocoles internationaux en usage c’est Alger qui devrait être le lieu de la cérémonie avec déclarations de joie des deux parties.

 

En faisant un screening banal des réponses du président français, il apparait que le nord de l’Algérie est réservé à la France avec des investissements intensifs en capital financier : les industries automobiles et formation dans les domaines de la technologie et de la médecine. Quant au sud, il est pour les Étasuniens dans ses projets habituels de l’énergie et ceux à venir dans l’agriculture saharienne intensifs en technologie, finances et eau. Le secteur de la distribution du carburant sur l’autoroute est-ouest et les nouvelles extensions est la cible qui démantèlera la société publique Naftal une fois les subventions sur les carburants supprimées.

Dans l’une de ses réponses, le président français a cité nommément deux businessmen, un Algérien et un de son pays qui a fait fortune dans les télécoms. À tout rappel utile, les câbles sous-marins Alpal 1 [7] et Alpal 2 sont sous monopole français.

 

De plus, il y a deux années, l’objectif du dégroupage de la boucle locale a été lancé en Algérie.

 

Une conjecture : si les infrastructures, le réseau des télécom et l’économie qu’ils portent subissent un assaut par la privatisation du dégroupage de la boucle locale avant la gratuité de la téléphonie fixe locale, ci-après une simulation sur les pertes potentielles de l’Algérie.

 

 

Source : Aissat, Chérif. Livre de la jarre pour la Patrie. Edilivre. Paris. 2016. p. 104.

 

La santé en Algérie : avec les transferts médicaux pour des soins et la facture à payer, c’est une mine intarissable pour les finances françaises.

 

Le président de la France a allumé deux feux

 

Le premier sera long et très complexe à mettre en œuvre et c’est comme prédit dans notre analyse, c’est le retour des harkis et des pieds noirs avec réappropriation de leurs biens. Cet objectif serait un élément du scénario zimbabwéen qui serait appliqué à l’Algérie.

Le deuxième est déjà dans les plans aveugles des autorités monétaires et économiques algériennes qui, parce que c’est un crime contre l’humanité, ont peur de le lancer : il s’agit du taux de change et de la convertibilité du dinar [8]. En posant clairement et sans détour cette double problématique pour l’économie française et le refus de la France de libérer les pays du Sahel de l’emprise de la génocidaire monnaie qu’est le franc CFA, le président français a mis le tapis vert pour ses assassins économiques qui ont sévi et continuent à sévir en Algérie à travers les organisations internationales et à leur tête le Fonds monétaire international présidé par une de ses compatriotes.

 

La nature du président français révélée

 

Pour compléter les deux feux cités ci-dessus, le président français a prononcé les mots en usage dans les Private Equities négociées en dehors des marchés boursiers par les banques privées comme celle de son ancien employeur. À la 17’37’’ de son interview, le président français a dit : « les règles de majorité restent très contraignantes ». Dans notre adresse filmée au Premier Ministre algérien intitulée : « Chérif Aissat à Ahmed Ouyahia » [9], à partir de la 16’10’’ nous avons dit : « la réduction des volumes d’actions que doivent détenir les étrangers… », « ramener des seuils d’actionnariat à 10, 15, 20% » et « vous allez changer la structure même des actions … ».

 

La réponse brève du président français et notre diagnostic se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Cette bévue communicationnelle du président de la France, salutaire pour l’Algérie, et qui est un niveau de détail difficile à détecter montre réellement le niveau d’étranglement de l’Algérie.

 

Le terreau pour cette humiliation de l’Algérie

 

Ce niveau d’humiliation de l’Algérie a été rendu possible par le terreau politique local. Grâce à la compréhension des enjeux par les Algériens, les manipulations par des activistes algériens d’ONG internationales, les tentatives d’embrasement de la Vallée de la Soummam ont été à ce jour vains.

 

En étant incapables de dénouer la grève des résidents (étudiants en spécialité de médecine) alors qu’il présente un projet de loi fasciste et eugéniste sur la santé des Algériens devant les députés, le gouverneur de la banque d’Algérie et le ministre des Finances (Économie), ils aggravent la faiblesse de l’Algérie.

 

Dans le sillage de la déconfiture mondiale des courants dits de gauche ; en Algérie, c’est une députée d’un parti d’extrême gauche embourgeoisé et inconnue sur la scène politique qui se serait vu refuser par la coalition majoritaire de l’assemblée nationale l’augmentation du budget du Haut-commissariat à l’amazighité alors que ses figures de proue ont été informées de l’initiative de la dotation de l’Algérie d’un hymne national bilingue. Cette information serait un canular, un fake que nous avons reprise pour montrer le dangereux niveau de déstabilisation de l’Algérie.

 

Dans un silence d’indignité d’autres vedettes qui ont fait de l’identité un fonds d’investissement politicien spéculatif et qu’ils ont épuisé, ils se sont rabattus sur la manipulation des lycéens de la Kabylie alors que l’amazighité est l’unique force sur laquelle peut s’appuyer les patriotes algériens pour sauver la patrie.

 

L’opportunisme des candidats à la prochaine présidentielle, leur recherche de parrains occidentaux et leur faiblesse à détecter et comprendre qu’une guerre est déclarée à l’Algérie constituent une autre cause de la faiblesse du terreau politique national. Cet ensemble de vulnérabilités et menaces est porté par une constitution bâtarde.

 

À l’impossible, les Algériens sont tenus

 

Avec la visite du président de la France, il est devenu certain que l’Algérie est une cible et à abattre. En maintenant l’État debout et dans la paix, les Algériens sont tenus à cet impossible. Le retrait populaire de la confiance aux députés, la demande de la suspension de la constitution avec maintien des libertés civiles et politiques, la non-participation à toute manifestation populaire de masse en laissant les politiques et syndicalistes d’aller au-devant les premiers sont des éléments de solution.

Le consensus autour de l’intégrité du territoire et la considération par les Algériens des soldats algériens comme la chair de leur chair sont les clés pour réussir une révolution pacifique et sauver l’Afrique.

Si le président de la France a usé et abusé du mot « stratégique » alors qu’il est absent de la bouche des responsables nationaux, les sujets algériens doivent savoir qu’en plus d’être un adjectif, il est le véhicule des guerres modélisables par des équations comme : (-2 – 8q)*p + 1*(1-p) [10]ou Perceived Power = (Population + Territory + Economy + Military) * (Strategy + Will) [11]. À défaut de comprendre ces équations, les Algériens en conduisant les Africains chercheront leurs significations chez les poètes et écrivains comme celui qui a écrit : « Je m’enkyste dans ce monde des hyènes sensé être le mien. Il n’est plus le mien, il a tourné le dos à l’espoir. » Pour le changer bien sûr et vivre dans celui de l’amour pur même s’il est violent, chez-nous, dans notre Patrie, nous disons : « Thayri ».

 

Chérif Aissat

Notes

[a]. Les performances de lecture de notre texte sont très faibles. À cause des rebonds, 102 (Shares sur Facebook) + 111 (sur les autres réseaux) = 213 n’autorise aucune conclusion, 34 partages sur Facebook avec Like est une piètre performance. Par contre, si nous considérons que l’usage de Twitter est extrêmement faible en Algérie, l’analyse de la chaîne de distribution pourrait probablement révéler le niveau et les emplois des abonnés à ce réseau qui ont relayé notre texte 5 fois.

 

[b] Cette analyse est rédigée sans prise de connaissance des contrats et ententes signés après la réunion du Comité interministériel de haut niveau algéro-francais à Paris.

Sources d’information

[1] AISSAT, Chérif. Paris – Alger – Boudjellil et le président de la France. https://www.mondialisation.ca/paris-alger-boudjellill-et-le-president-de-la-france/5620400

[2] Le courant baâthiste puise son idéologie du parti Baas fondé par le syrien Michel Aflak (1910, 1989).

[3] BOUGON, François et Piquard, Alexandre. Emmanuel Macron tire à boulets rouges sur l’audiovisuel public. http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/12/06/emmanuel-macron-tire-a-boulets-rouges-sur-l-audiovisuel-public_5225447_3234.html#uwYTIRGq6qGLJ3us.99

[4] Inteview du président de la Fance. https://www.youtube.com/watch?v=lQc9ATS-Xzg

[5] Présidence de la République. Traité de la Tafna. http://www.el-mouradia.dz/francais/algerie/histoire/Dossier/traiteTafna.htm

[6] APS. La 4e session du CIHN algéro-français revêt une « dimension particulière. http://www.aps.dz/algerie/66798-la-4e-session-du-cihn-algero-francais-revet-une-dimension-particuliere

[7] Alpal 1 et Alpal 2 sont les câbles sous-marins de l’Internet algérien qui passe par Marseille (France) pour relier l’Algérie à des serveurs qui sont en Californie (USA). Sa maintenance est dominée par une société francaise, quant aux paiements des redevances d’accès, elles seraient l’apanage de l’américain Verizon.

[8] AISSAT, Chérif. Coopération entre les peuples d’Algérie, du Maroc et de la Tunisie. https://www.mondialisation.ca/cooperation-entre-les-peuples-dalgerie-du-maroc-et-de-la-tunisie/5615049

[9] AISSAT, Chérif. Chérif Aissat à Ahmed Ouyahia. https://www.youtube.com/watch?v=OwPTHuQP2gs

[10] Avinash Dixit, Susan Skeath et David Reily. Games of Strategy. 4èd. New York. 2015. p. 578. Illustration basique par un modèle mathématique de la Crise des missiles d’octobre 1962 à Cuba entre les USA et l’URSS.

[11] Ray Cline cite par Joseph S. Nye, Jr dans The Future of Power. Public Affairs. New York. 2011. Chapter 1. What Is Power in Global Affairs ? pp. 3-4

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Cherif Aissat, Mondialisation.ca, 2017


 

http://lnr-dz.com/index.php?page=details&id=71917

 

Déclarations de Macron sur la mémoire

http://lnr-dz.com/images/articles/image_site/19373808711110049387.jpg

 

Zahra Kefane

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia a répondu, jeudi à Paris, au président français, Emmanuel Macron, à propos de ses déclarations sur la mémoire et la colonisation française.

En marge de la tenue de la réunion du 4ème Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), avant-hier, à Paris, le Chef de l’Exécutif a animé une conférence de presse avec son homologue français, Edouard Philipe, lors de laquelle, il a tenu à répondre aux déclarations, faites mercredi dernier par le chef de l’Etat français alors qu’il était en visite de travail et d’amitié à Alger. «L’Algérie ne soulève pas ce dossier pour enfermer les relations algéro-françaises dans le passé mais pour alléger la démarche commune vers l’avenir et lui donner plus d’entrain en prenant en charge quelques soucis et quelques legs que nous avons», a estimé le Premier ministre.

«Comme je le disais il y a un instant, la visite du président Macron a permis de débloquer deux dossiers, celui de la restitution des restes des résistants du peuple Algérien au 19e siècle, ce qu’on appelle les crânes des résistants. La partie algérienne va terminer le dossier procédural et la partie française va préparer la loi puisqu’il en faut une pour mettre en œuvre la décision annoncée hier », a expliqué Ahmed Ouyahia, en abordant aussi le dossier de la restitution des archives.

A ce sujet, il a souligné « nous avons également fait une bonne percée puisque le président Macron nous a annoncé hier au nom de la France la disponibilité de notre partenaire à nous remettre une duplication de toutes les archives, ce qui permettra de gérer plusieurs affaires de la vie courante en Algérie et nous continuerons à discuter pour la restitution graduelle avec le temps des archives de la période 1830-1962 », a-t-il confirmé.

Le Chef du gouvernement a, également, estimé que « le dossier de la mémoire n’est pas simple, s’il l’était, il aurait été soldé durant les 55 ans qui se sont écoulés déjà. Ce qui est certain, c’est qu’il y a une volonté partagée d’identifier des pistes et trouver des solutions à même de satisfaire les deux peuples, le peuple algérien et le peuple français », a-t-il précisé.

Au sujet de la mémoire, le président français alors qu’il était, mercredi dernier, en visite officielle en Algérie, il a évité de parler d’excuses par rapport au passé de la colonisation française, qu’il avait, précédemment, décrite comme « actes de barbarie envers l’humanité ».

Emmanuel Macron n’avait pas évoqué ce sujet, par contre, il a parlé de «reconnaître les mémoires pour laisser le passé passer. Premiers pas vers un futur apaisé».

Lors de sa conférence de presse, le président français s’était montré « très décomplexé, je le suis, il faut aller de l’avant pour construire une relation solide». Par ailleurs, Emmanuel Macron avait semblé clairement esquiver la question sur les excuses par rapport aux crimes coloniaux, répondant à un journaliste qu’il est resté « bloqué dans des histoires vielles de vingt années ».

Dans son discours, le président français semblait convaincu « nous avons une histoire, elle est complexe mais elle nous lie. Nous avons des jeunesses qui nous regardent et attendent qu'on construise l'avenir. C'est notre responsabilité contemporaine. Nous saurons la saisir ». Il avait déclaré, toujours à ce sujet, « réconcilier les mémoires, c'est trouver le chemin qui permet aux femmes et aux hommes nés en Algérie de pouvoir y revenir, quelles que soient leurs histoires »



 
http://afrique.lepoint.fr/actualites/algerie-macron-face-au-piege-des-memoires-08-12-2017-2178259_2365.php

 

« Le FLN essaye de se maintenir au pouvoir en distillant la haine de la France »

 

Emmanuel Macron a effectué son premier voyage en Algérie en tant que président de la République française. Que faut-il retenir de cette visite ?


 

Dimitri Casali, Historien et essayiste

 

http://2.gravatar.com/avatar/5fc29ae4b0e4542da32287f59208eecd?s=320&d=mm&r=g

 

 

Ancien professeur d’Histoire, il collabore régulièrement avec la presse écrite magazine. Il est aussi le créateur d’un concept pédagogique novateur, Historock, pour sensibiliser les plus jeunes à l’Histoire par la musique rock (Napoléon l’Opéra Rock)

 


 

Emmanuel Macron a effectué, mercredi dernier, son premier voyage en Algérie en tant que président de la République française. Que faut-il retenir de cette visite ? C’est la question que Boulevard Voltaire a posée à l’historien Dimitri Casali.

 

Que faut-il retenir du voyage d’Emmanuel Macron en Algérie ?

 

Pour moi, il s’en est quand même bien tiré. Il s’agissait d’une visite un peu minée après la déclaration du président Bouteflika en juillet dernier, qui exigeait pour la énième fois des excuses de la France pour la colonisation de l’Algérie.

 

Il n’est pas tombé dans le piège de l’instrumentalisation. Il a plutôt bien déminé le terrain auprès des étudiants à qui il s’est adressé et lors de ses interventions dans cette librairie. Il a plutôt bien répondu à ce jeune Algérien qui l’apostrophait une fois encore sur ces excuses. Il a dit : « Mais quel âge avez-vous ? » L’autre lui répond 25 ans. Macron lui répond alors : « Il faut sortir de cette repentance une bonne fois pour toutes pour essayer d’aller de l’avant. »

 

Le problème majeur, aujourd’hui en France comme en Algérie, c’est l’économie. Les Chinois et les Indiens occupent des positions économiques considérables alors que la France a perdu des parts de marché incroyables. Il faut reconquérir toutes ces parts de marché, car il reste beaucoup d’accointances et un héritage commun important. Il faut aller de l’avant, cesser d’instrumentaliser notre Histoire pour regarder vers l’avenir. C’est une vérité première qu’il ne faut pas oublier dans un monde aussi mouvant.

 

Le blocage vient principalement du FLN.

 

La phrase que l’on retiendra est certainement : « Qu’est-ce que vous venez m’embrouiller avec la colonisation ? » Il semble y avoir une volonté de notre Président de tourner cette page de notre Histoire.

 

Bien sûr, il le faut. Cela fait quand même cinquante-cinq ans que ça dure. Les Algériens transforment cette histoire de la colonisation française en oubliant tous les aspects positifs. On peut citer les œuvres sanitaire, éducative, et les infrastructures économiques.

 

La première vérité qu’il faudrait apprendre aux petits Algériens est que l’Algérie n’existait pas avant l’arrivée des Français.

 

Ce sont les Français qui ont bâti l’État, formé l’Algérie, qu’ils ont développée et fait prospérer. Je rappelle que c’était le quatrième pays exportateur de vin pendant la colonie française. Je rappelle qu’il n’y avait pas de problèmes alimentaires à l’époque des Français.

Aujourd’hui, l’économie algérienne est dans un état pitoyable. Ils essaient toujours d’instrumentaliser cette haine de la France pour essayer de contrôler leur population dont 50 % a moins de 25 ans.

 

Comment expliquez-vous que la réconciliation franco-allemande n’ait pris que quinze ans alors que, cinquante ans après, nous n’arrivons pas à nous réconcilier avec l’Algérie ?

 

C’est un bon exemple. En 1963, Adenauer et de Gaulle ont réussi à franchir un pas. On voit bien que c’est d’abord une volonté politique. Il y a eu plusieurs mains tendues, je pense aux présidences de Chirac, notamment. On voit bien que le blocage vient uniquement des élites algériennes, et en particulier du FLN qui tient les leviers du pouvoir. Il essaie de se maintenir au pouvoir, en entretenant cette haine de la France, en distillant de fausses informations. Les manuels scolaires algériens ne parlent pas de la colonisation d’une manière objective. Tous les aspects positifs dont je vous ai parlé sont toujours passés sous silence.

 

Il faut cesser d’avoir une vision manichéenne de l’histoire de la colonisation algérienne avec des mauvais d’un côté – nous, les Français, les oppresseurs – et les bons de l’autre – les Algériens. Toute l’histoire de la colonisation est anti-manichéenne par essence.

 

Il y eut de grandes œuvres. Il faut commencer par Alphonse Laveran, prix Nobel 1907, qui a éradiqué les maladies infectieuses. Cela a permis à la population algérienne de passer de 2 à 10 millions à notre départ.

 

On voit bien qu’il n’y a jamais eu de génocide. Quand le Président Macron a parlé de crime contre l’humanité lors des élections présidentielles, il a fait une erreur colossale. On lui a mal appris l’histoire de la colonisation française à lui aussi.

 

Depuis trente ans, une véritable désinformation règne aussi dans les manuels français, avec des historiens comme Benjamin Stora, qui en arrive à falsifier la véritable Histoire dans un but idéologique.

 

 

Heureusement qu’une majorité d’Algériens prônent cette réconciliation avec la France. Certains intellectuels, comme Boualem Sansal, en ont marre de cette instrumentalisation de l’Histoire par leur gouvernement. Ils veulent aller de l’avant, faire cesser la mainmise sur l’économie algérienne par les Chinois et les Indiens.

 


 

http://www.maghreb-intelligence.com/exclusif-macron-a-promis-aux-dirigeants-algeriens-2018/

 

Exclusif. Ce que Macron a promis aux dirigeants algériens pour 2018

 

Maghreb intelligence|12:30 - décembre 9, 2017

 

Le président français Emmanuel Macron a fait de nombreuses promesses à Alger. Lors de son déplacement express ce mercredi 6 décembre, il a eu tout le temps de discuter avec plusieurs hauts dirigeants algériens pour tenter de recoller quelques morceaux avec une Algérie déçue et se sentant trahie par celui qu’elle avait soutenu en coulisses avant son élection. Or Macron n’a pas renvoyé l’ascenseur.

Alger attend de vrais investissements économiques pour que les affaires reprennent, permettant ainsi de créer les emplois tant recherchés par les autorités algériennes confrontées à une crise financière très inquiétante. Afin de calmer les appréhensions de ses partenaires Algériens, Macron a pris des engagements devant le premier ministre, Ahmed Ouyahia, et le président Abdelaziz Bouteflika, avec lequel il a discuté pendant près d’une heure.

Devant les deux hauts responsables du pays, Macron a assuré que lors de son prochain déplacement prévu au cours du premier trimestre 2018, il ramènerait avec lui la plus importante délégation de chefs d’entreprises depuis son arrivée à l’Elysée. Et il a fait part de toute une nouvelle stratégie pour renforcer les investissements productifs français en Algérie. Macron a expliqué à ses interlocuteurs algériens que les deux groupes français Renault et Peugeot allaient tenter de convaincre leurs sous-traitants de venir massivement en Algérie. Il s’agit de créer un tissu industriel local qui permettra de créer des emplois et de la richesse.

Selon les explications fournies par le chef de l’Etat français au premier ministre algérien, l’agence Business France s’est d’ores et déjà rapprochée des cent premiers sous-traitants français pour vendre la destination Algérie. Macron a également confié que les banques françaises parmi les plus importantes, comme Société Générale et BNP Paribas, allaient offrir des crédits et un accompagnement aux entreprises qui décideront de s’installer en Algérie.

Macron a enfin fait savoir que la France était prête à accompagner l’Algérie dans son développement agricole et ainsi réduire l’incroyable facture des importations alimentaires des Algériens.  La valeur estimée des importations alimentaires en Algérie a explosé ces derniers temps, passant de deux milliards de dollars au début des années 2000 à 10 milliards au cours des six dernières années.

Emmanuel Macron a enfin révélé que le géant français Total avait définitivement enterré définitivement malentendus avec l’Algérie, et que la compagnie était disposée à épauler la Sonatrach dans ses nouvelles explorations pétrolières. Avec tous ces engagements, Macron espère en finir avec les tensions qui ont caractérisé ses relations avec le régime de Bouteflika. Mais les Algériens attendent du concret et Macron devra réellement fournir des gages d’ici sa prochaine visite à Alger.


 

https://k-direct.info/2017/12/08/boualem-sansal-lalgerie-officielle-est-resolument-francaise-elle-possede-un-passeport-francais-k-direct/

 

 

Boualem Sansal : L’Algérie officielle est résolument Française elle possède un passeport français

 

 

– K-DIRECT  Par Rédaction KDirect le 8 décembre 2017

 

CHRONIQUE (KDirect) — Dans une tribune publiée aujourd’hui dans Marianne, Boualem Sansal est revenu sur les relations entre l’Algérie et la France. L’écrivain algérien commente la visite du Président français Emmanuel Macron à Alger.

 

Boualem Sansal a exposé sa vision sur les liens entre les deux pays. Il a par ailleurs, écrit dans sa tribune: « L’Algérie officielle est résolument française”. Le romancier n’y est, d’ailleurs, pas allé de main morte, en parlant des officiels algériens :

 

« Elle possède un passeport français, accumule du bien partout en France, fréquente les meilleurs restos, les meilleures écoles, se soigne dans les meilleurs hôpitaux”.

 

 

Ci-après le papier publié par Marianne dans son intégralité :

 

 

« Si on fait le bilan, nous avons, d’un côté, en France de 1 à 2 millions de pieds-noirs qui se sont parfaitement organisés pour entretenir en eux la mémoire de l’Algérie française, leur pays perdu, trahi, disent-ils, qui n’ont de cesse de chercher à comprendre comment cela a pu être possible et qui observent avec une grande acuité l’horizon entretenant l’espoir qu’un jour une lumière apparaisse et les guide vers les rivages du pays aimé.

Ajoutons les harkis que le seul mot «Algérie» plonge dans d’indescriptibles émotions.

 

Ajoutons les juifs, peu nombreux mais très actifs, arrivés dans l’Algérie berbère avant tout le monde, avant les Français, les Turcs, les Arabes, les Byzantins, les Romains.

 

Ajoutons les millions de Français qui ont séjourné dans l’Algérie française, eu des relations fortes avec elle, des militaires qui ont crapahuté dans ses maquis, des fonctionnaires qui ont œuvré dans ses services publics, et d’autres encore, innombrables, qui après l’indépendance ont travaillé dans la coopération en Algérie (volontaires du service national actif, enseignants, médecins, ingénieurs…).

 

Ajoutons ceux, très nombreux aussi, qui s’intéressent à l’Algérie pour mille et une raisons.

 

Ajoutons enfin les millions d’Algériens nés en France, les naturalisés et ceux qui ont une carte de séjour, souvent dans des ambiguïtés qu’ils ont du mal à résoudre.

 

Ils se sentent français ou algériens ou les deux, ou ni l’un ni l’autre, selon la météo politique du moment.

 

Au total, cela fait plus de la moitié de la population française. L’autre moitié étant constituée en fait des tout jeunes, pour lesquels l’Algérie, c’est seulement le pays de leurs copains de classe, ou c’est l’Algérie de papa, ou le pays du Français le plus aimé des Français, Zinédine Zidane, ou de l’Algérien le plus algérien de tous les Algériens, Roger Hanin, mort en France et enterré chez lui, à Alger, au cimetière juif de Saint-Eugène.

 

Conclusion 1 : en France, l’Algérie, c’est la France.

 

En Algérie, la situation est aussi compliquée, les Algériens ne se ressemblent pas tous. Pour plus de la moitié d’entre eux, la France, c’est l’Algérie… L’Algérie officielle plutôt que l’Algérie souffrante qui, elle, se contenterait de simples visas. L’Algérie officielle est résolument française, elle possède un passeport français, accumule du bien partout en France, fréquente les meilleurs restos, les meilleures écoles, se soigne dans les meilleurs hôpitaux, et réclame toujours plus, ce qu’elle obtient aussitôt grâce à son arme secrète : la demande de repentance et le divorce.

 

Conclusion 2 : en Algérie, la France, c’est l’Algérie.

 

Emmanuel Macron devrait étudier sérieusement cette histoire avant d’aller à Alger. M. Bouteflika est vieux et impotent, mais l’histoire, il la connaît, lui, mieux il l’a faite… Et il continuera de la faire si Allah veut bien lui accorder un cinquième mandat ».


 

https://www.algeriepatriotique.com/2017/12/10/en-un-mot-aneantir-tout-ce-qui-ne-rampera-pas-a-nos-pieds-comme-des-chiens/

 

En un mot, anéantir ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens…

 

décembre 10, 2017 - 7:04 Lyes Khaldoun

 

Emmanuel Macron prenant un bain de foule dans les rues d'Alger. New Press

 

Par Smaïl Hadj-Ali – Le 6 décembre 2017, rue Larbi-Ben-M’hidi, à un jeune Algérien qui lui disait que la France devait reconnaître ses méfaits en Algérie, le président Macron lui demanda, excédé :

 

– Quel âge avez-vous ?

 

– 26 ans, répondit le jeune homme.

 

Mais vous n’avez pas connu la colonisation, lui rétorqua le président français ; qu’est-ce que vous venez m’embrouiller avec ça !

 

Au-delà de l’attitude véhémente à l’égard d’un jeune homme soucieux de son histoire nationale, et de surcroît en son pays, le président français avait probablement oublié que ce sont des millions d’Algériens qui sont nés après le 5 juillet, date de la proclamation de l’indépendance nationale, et qui donc «n’ont jamais connu la colonisation», et l’auraient à ce titre «embrouillé», tout autant.

 

Ce sont aussi des dizaines de millions de Français qui n’ont jamais connu l’occupation allemande, la trahison nationale vichyste, et la Résistance, mais personne ne leur reprochera de ne pas oublier ce passé.

 

Question. Le président français aurait-il tenu ces propos à un jeune juif ou à un jeune Arménien dont respectivement la communauté et le peuple ont connu l’horreur et le pire ?

 

L’Algérie, son peuple, sauf erreur, ne veulent ni repentance ni autoflagellation. Mais personne ne pourra jamais empêcher les descendants des peuples colonisés de considérer que la colonisation fut, a minima, une longue «période de deuil et de souffrance», comme l’avait souligné l’historienne et romancière guadeloupéenne Maryse Condé, alors que la représentation française venait de voter la loi sur les «bienfaits de la colonisation» en 2005.

 

De même que Jean Ferrat dans Nuit et brouillard chantait qu’«il twisterait les mots s’il fallait les twister», pour dire l’horreur des camps d’extermination nazis, nous continuerons en Algérie de chanter et de dire, sans haine ni culpabilisation, l’épouvante que furent ces 132 ans d’oppression, d’exaction, de spoliation et de néantisation.

 

Aussi et sans «embrouille», voici, pour mémoire et pour commémorer l’héroïque 11 Décembre 1960, quelques séquences très abrégées de ce moment négateur d’humanité revendiqué et administré par la France coloniale, qu’historiens et penseurs, à l’exemple de Mostefa Lacheraf, Bachir Hadj Ali, Henri Alleg, M. C. Sahli et bien d’autres, ont décrit et analysé il y a des décennies.

 

Dès le début de la conquête, les crimes multiformes furent un invariant de l’armée coloniale. Pour le pouvoir politique et militaire, les indigènes, êtres inférieurs, les «Arabes», étaient des sous-hommes «qui ne comprennent que la force brutale»[1], et «qui n’entendraient de longtemps des raisonnements qui ne seraient point appuyés par des baïonnettes», comme s’en convainquait dès 1830 Lamoricière, cet émule des «conquistadores» qui occupera le poste de ministre de la Guerre en 1848, après avoir sabré «l’Arabe» pendant 18 ans…

 

C’est cette vision du monde qui va fonder et féconder la politique coloniale pendant 132 ans.

 

Alger 1957. Le port. Ballottés par la houle, des corps flottent. Ce sont les «crevettes-Bigeard», un des trophées du 3e Régiment de parachutistes coloniaux (RPC). Cadavres d’Algériens raflés par les parachutistes durant ladite «bataille» d’Alger[2], qui, au-delà de l’héroïque résistance du peuple qasbadji désarmé et d’une escouade de combattants sommairement armés, fut le moment mortifère, à l’échelle industrielle, de la torture d’Etat, et d’une massive et planifiée ratonnade militaro-policière, à ciel ouvert, tout aussi mortifère.

 

A ces crimes collectifs, et à tant d’autres, il est encore répondu : «C’était la guerre»[3], avec, implicitement, ses dérives, ses bavures des deux côtés ! Inévitables. Les crimes du 3e Régiment de parachutistes coloniaux, – qui faisait partie de la 10e division parachutiste de Massu –, et plus largement de l’armée coloniale, étaient-ils le lot commun de toute guerre, des dérives inévitables ? Une sorte de fatalité en somme inhérente à toute guerre ?

 

L’histoire du colonialisme en Algérie montre en réalité que les violences et les crimes coloniaux ont été une constante politique et un phénomène d’ordre structurel. A ce titre, le 3e RPC, et la 10e division de Massu, responsables de la disparition de Maurice Audin, de la liquidation de Larbi Ben M’hidi, de l’assassinat d’Ali Boumendjel et de milliers de patriotes algériens, sont les dignes héritiers des «Colonnes infernales» du général Bugeaud, adepte de «la guerre totale jusqu’à extermination» ? Dignes héritiers tout autant des «Voltigeurs de la mort», dont le chef, le capitaine Montagnac, déclarait : «Tout doit être pris, saccagé, sans distinction d’âge ni de sexe (…). Voilà comment il faut faire la guerre aux Arabes : tuer tous les hommes jusqu’à l’âge de quinze ans, prendre toutes les femmes et les enfants (…), les envoyer aux îles Marquises ou ailleurs. En un mot, anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens.» Dignes héritières des Bureaux arabes, ont été aussi les sinistres Sections administratives spécialisées, et ce, malgré les tentatives de minorer, sinon d’enjoliver leur rôle que l’on peut entendre et lire ici et là, alors qu’elles étaient des structures de répression féroce et de flicage massif des Algériens.

 

A propos de Montagnac, on aurait pu penser qu’il fut l’exception militaire en matière d’anéantissement. Mais ces crimes, ou l’incitation à les commettre, étaient choses partagées par la fine fleur intellectuelle de l’époque. Prenez Tocqueville. Ce penseur et théoricien adulé de la démocratie, homme de grande humanité et de quelques sympathies pour les Arabes, nous dit-on, prodiguait, avec cynisme et sang-froid, ses conseils, des «nécessités fâcheuses», disait-il, aux sabreurs et artilleurs coloniaux pour plus de domination, de désolation et de soumission :

 

«(…) J’ai souvent entendu en France des hommes que je respecte, mais que je n’approuve pas, trouver mauvais qu’on brûlât les moissons, qu’on vidât les silos et enfin qu’on s’emparât des hommes sans armes, des femmes et des enfants. Ce sont là, suivant moi, des nécessités fâcheuses, mais auxquelles tout peuple qui voudra faire la guerre aux Arabes sera obligé de se soumettre. Le moyen le plus efficace dont on puisse se servir pour réduire les tribus, c’est l’interdiction du commerce. Le second moyen en importance, après l’interdiction du commerce, est le ravage du pays. Je crois que le droit de la guerre nous autorise à ravager le pays et que nous devons le faire soit en détruisant les moissons à l’époque de la récolte soit dans tous les temps en faisant de ces incursions rapides qu’on nomme razzias et qui ont pour objet de s’emparer des hommes ou des troupeaux.»[4]

 

Absolu d’un idéal liberticide, défendu et porté par des élites familières des Lumières et de la modernité capitaliste, convaincues par les théories des races dites «inférieures», substrat idéologique des futures politiques d’extermination en Europe, comme l’analyse Hanna Arendt[5], la guerre de conquête coloniale, appuyée par une administration du même nom, ont effectivement, ainsi que le préconisait Tocqueville, ravagé et détruit les êtres, les villes, les écoles, l’agriculture, le commerce, avec comme point culminant le ravage de l’ethos[6] d’une société et d’un peuple dotés d’une unité culturelle et cultuelle certaine. Au bout du compte, une société et un peuple asservis, décivilisés par un implacable processus de spoliation, de paupérisation, de dés-alphabétisation, de régression socioculturelle, et de terreur existentielle érigée en mode d’administration d’exception d’une population défaite et exsangue. Terreur à laquelle prirent toute leur part les auxiliaires et supplétifs locaux, que l’on tente aujourd’hui de réhabiliter par la bande, avec la connivence et l’aide d’institutions et de personnalités publiques[7]. Mais, et pour tout dire, n’avons-nous pas été aussi le pays dont un hebdomadaire public[8] a largement et généreusement donné la parole, en novembre 1984, au tortionnaire et responsable de la liquidation de Larbi Ben M’hidi, le patron du 3e RPC, le parachutiste Bigeard, et ce, nous disait-on, au nom d’une nécessaire «décontraction idéologique» de la «liberté d’expression», dont étaient privés, faut-il rappeler, la très grande majorité des Algériens ?

 

De 1954 à 1962, pour tenter de briser l’insurrection nationale et l’aspiration profonde des Algériens à la liberté, l’armée française n’aura aucun mal à renouer avec les violences de l’armée d’Afrique, celle-là même qui participa, aux côtés des capitulards versaillais de Thiers, défaits par Bismarck, au meurtre de 30 000 révolutionnaires parisiens[9], entre le 21 et le 28 mai 1871[10].

 

Violences absolues, totales, crimes de guerre et contre l’humanité, notion faite sienne par le président Macron le 14 février 2017, requalifiée, il est vrai, par celle de «crime contre l’humain»[11], quelques jours après, lors d’un meeting électoral le 18 février 2017 à Toulon, ville portuaire d’où est partie la flotte et l’armada de la conquête qui mettra le pays à feu et à sang ?

 

Pour le système colonial – que des historiens français en vue, souvent invités en Algérie, s’exprimant à foison dans la presse privée et publique, ainsi que des politiques français ayant exercé ou exerçant les plus hautes responsabilités, ont qualifié de «système injuste» –, les Algériens n’étaient rien d’autres qu’une «race inférieure».

 

Pour maintenir leur asservissement, la puissance coloniale se dotera d’une administration militaire et civile d’exception, à vocation mortifère. Celle-ci mettra en pratique les pseudo-théories sur les races, une invention des «sciences» en terre européenne au XIXe siècle, qui fonctionneront comme le nécessaire lubrifiant[12] idéologique pour la cohésion de la colonie de peuplement.

 

«Ce système injuste» – quel euphémisme ! – a désintégré la société algérienne. Il lui a interdit toute possibilité, 132 années durant, une éternité, d’inventer, d’imaginer son «avenir historique», de penser sa modernité, de concevoir son rapport au monde, de proposer son apport singulier, riche de son histoire plurimillénaire, à l’universalité, en un mot, d’exister. Peut-on encore considérer un instant que l’Algérie n’aurait pas pu mieux faire que ses millions de victimes des guerres coloniales, que la mobilisation forcée des siens pour les guerres qui n’étaient pas les siennes, que les famines organisées et les épidémies induites par celles-ci. Peut-on penser un instant qu’elle n’aurait pas mieux fait que les lois d’exception, le Code de l’indigénat, les expropriations massives, la pratique systématisée et généralisée du racisme, la destruction-péjoration de son système anthroponymique, ou encore les cinq techniciens en agriculture et les quelque 90% d’analphabètes dans les deux langues. C’est cela, et la liste reste ouverte, l’héritage fondamental laissé par un système de gouvernement mû, entre autres, par une logique de destruction culturelle et, comme le notait Lacheraf, d’«ébranlement du substrat mental» des individus et des groupes sociaux. Un héritage qui, à ce jour – sans occulter les régressions qui érodent au quotidien la société, et l’emprise des castes prédatrices et exploiteuses, néo-colonisées, qui s’emploient à saigner et à corrompre le pays –, pèse encore lourdement sur le cerveau des vivants.

 

Oui, la colonisation fut une barbarie. Elle ne pouvait porter en elle «des éléments de civilisation». Seuls le combat et la résistance des Damnés de la terre, depuis 1830, puis la libération et l’indépendance nationale furent et firent civilisation.

 

H.-A. pseudo Universitaire

 

[1] Pierre de Castellane, officier de l’Armée d’Afrique. Ce texte reprend des aspects d’un court article de S. H. A. publié en décembre 2012 par le quotidien français L’Humanité

[2]L’héroïsme des patriotes algériens n’étant pas en cause, cette appellation surfaite ne profite en vérité qu’à l’armée française, puisqu’elle laisse supposer qu’il y eut un affrontement entre deux armées de forces plus ou moins égales. Or, la 10e division de parachutistes commandée par Massu pour mener «bataille» était formée de huit mille paras suréquipés, parmi lesquelles les troupes, dites d’élite, du 3e RPC. Ceci sans compter l’apport de forces auxiliaires, telles que les Unités territoriales, etc.

[3]Egalement nom d’un film franco-algérien réalisé en 1992 par Faillevic et Rachedi

[4]Cf. Smaïl Hadj Ali, Os Sao Simonianos e a colonizaçao da Argelia, Revista dos Estudos Avançados, n°56, janeiro/abril 2006, USP, Sao Paulo. Brasil

[5]Cf. Smaïl Hadj Ali, La colosionisation de la Palestine, Algérie Patriotique du 9 au 13 août 2015

[6]Cette situation se traduira par de multiples et profondes formes d’aliénation et de reniement de soi qui carenceront durablement les rapports de l’ex-colonisé à son histoire, à son socle identitaire et à ses cultures, une fois l’indépendance recouvrée. Nous n’en sommes pas quitte encore aujourd’hui, d’autant que ces questions fondamentales ont été laissées ou livrées aux partisans d’une fantasmagorique pureté religieuse, culturelle et identitaire. Autant d’illusions qui continuent de violenter symboliquement la société algérienne, et travaillent à la rendre toujours plus ignorante et étrangère à sa complexité

[7] Cf. Smaïl Hadj Ali, «A propos du féodal Bengana», Algérie Patriotique, 28 février 2017

[8] L’entretien de ce tortionnaire à Algérie Actualité avait été largement relayé lors du JT de 20h de la RTA

[9]Cf. Smaïl Hadj Ali, De la réhabilitation de la Commune de Paris, Le Grand Soir, 16 décembre 2016

[10]Bannis et déportés en Algérie, certains de ces révolutionnaires se retourneront contre leurs frères algériens en lutte contre l’oppression

[11]Au-delà de sa charge, cette formule ne revêt aucune signification politique ou juridique

[12]Cf. Smaïl Hadj Ali, «Les Arabes ne comprennent que la force brutale», in L’Humanité, décembre 2012

 


 

https://dia-algerie.com/ould-abbes-soppose-retour-harkis-pieds-noirs/

 

Ould Abbes s’oppose au retour des harkis et des pieds-noirs

10 décembre 2017 22:02

DIA-09 décembre 2017: Le secrétaire général du FLN, Djamel Oud Abbes, a rejeté les insinuations du président français Emmanuel Macron quant à un éventuel retour en Algérie des harkis et des pieds noirs. Ould Abbes qui s’exprimait ce samedi au siège du parti devant les militants du FLN a indiqué au sujet des déclarations de Macron concernant le dossier de la mémoire que «les déclarations du président français étaient louables», soulignant l’attachement du FLN à sa position qui rejette le retour des harkis en Algérie.

 

Le secrétaire général du FLN, Djamel Oud Abbes

 

« Personne ne nous dicte ce que l’on doit faire », a-t-il soutenu à ce sujet. Pour rappel, quand il s’est agi de parler de l’Histoire et de la mémoire, le président français avait insisté à Alger sur «la réconciliation des mémoires», mettant sur le même pied d’égalité les moudjahidine, les chouhada et leurs descendants avec les harkis et les pieds-noirs.

 

Quand Macron parle de réconciliation des mémoires, il ne cache pas sa compassion avec «ces Français qui aiment l’Algérie et qui veulent revenir en Algérie». Il avait évoqué les harkis qui ont été honorés à la veille de sa visite en Algérie. Il avait évoque aussi les pieds-noirs qui sont encore nostalgiques de l’Algérie et qui veulent revenir en Algérie pour récupérer les biens qu’ils avaient abandonné en 1962.

 

Amir Hani


 

https://www.algeriepatriotique.com/2017/12/09/retour-harkis-bouteflika/

 

Ould-Abbès : « Le dossier du retour des harkis est entre les mains de Bouteflika »

 

décembre 9, 2017 - 7:53 Lyes Khaldoun

harkis guerre d'Algérie

Des harkis célébrant leur Journée en France. D. R.

 

Par Hani Abdi – Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, assure que «le dossier du retour des harkis en Algérie est entre les mains du président de la République, Abdelaziz Bouteflika». Interrogé, en marge d’une cérémonie organisée à Alger, sur la demande du président français, Emmanuel Macron, relative à la question des harkis, Djamel Ould-Abbès estime que la question dépasse son parti et relève des seules prérogatives du président de la République. Cela tout en affirmant que «le harki restera harki pour l’éternité en raison des crimes qu’il a commis contre son peuple». Djamel Ould-Abbès répond indirectement au président français, Emmanuel Macron, qui, en évoquant le dossier de la mémoire, a appelé à des gestes de part et d’autre, en citant, entre autres, les harkis, qui sont toujours interdits de revenir en Algérie.

«Je pense que c’est important que l’Algérie fasse des gestes à l’égard de ceux qui sont nés en Algérie et qui veulent pouvoir y revenir. Je pense que ça serait un geste fort de réconciliation», avait-il affirmé mercredi dernier à Alger, en demandant indirectement aux autorités algériennes de permettre aux harkis de «pouvoir revenir» en Algérie. «Aujourd’hui, en fin d’année 2017, on doit pouvoir savoir regarder ensemble de manière apaisée tout ça. Je ne dis pas que la solution est facile. Je sais qu’il y en a qui ont encore ce traumatisme, mais je dis qu’on doit pouvoir ensemble, étape par étape, régler chacun de ces problèmes et dénouer les choses», avait-il ajouté.

Par sa déclaration, Ould-Abbès entretient le doute sur la suite à donner à ce dossier. Les harkis, qui ont constitué un lobby en France, ne cessent de faire pression sur les gouvernements successifs français depuis 1962 de presser Alger afin de leur permettre de retourner dans le pays. Une demande à laquelle les autorités algériennes n’ont jamais accédé.

R. A.


 

10 décembre 2017 - 13 h 34 min

 

La baraka des harkis nous sortira de notre malédiction.

 

Zaatar 10 décembre 2017 - 13 h 03 min

 

Si le maréchal Pétain était encore en vie on l’aurait surement pendu par les C… en France, malgré tout son passé glorieux et sa carrière Militaire. Si le général De Gaulles a déclaré illégitime le régime de vichy c’est en pensant à couper les têtes de toutes ses composantes. Les Harkis sont dans le même contexte vis à vis du pays Algérie. Et donc, en 62, il fût déclaré que les harkis sont illégitimes en Algérie. Par voie de conséquence, ils sont toujours illégitimes, et ne peuvent donc fouler le sol Algérien faute d’être décapités sur le fait.

 

Zombretto 10 décembre 2017 - 12 h 08 min

 

Les harkis n’ont pas fait un dixième du mal commis par ceux qui se pavanent en tenue afghane aujourd’hui en Algérie. Pourtant peu de gens les méprisent comme sont méprisés les harkis, bien souvent par des jeunes qui n’ont aucune idée de ce qu’était un harki du temps de la guerre de libération.

 

Ania 10 décembre 2017 - 11 h 21 min

 

HARKI = TRAÎTRE, on peut concevoir le fait qu’un pied noir demande à venir en Algérie mais un virus harki n’a même pas le droit de prononcer le mot Algérie devant les algériens.

 

Awrassi 10 décembre 2017 - 9 h 55 min

 

Sauf le respect que je vous dois à tous, voici ce qui est le plus important dans la déclaration de Macron :« Je pense que c’est important que l’Algérie fasse des gestes à l’égard de ceux qui sont nés en Algérie et qui veulent pouvoir y revenir. Je pense que ça serait un geste fort de réconciliation ».

Il ne s’agit nullement Harkis, des mais des Pieds-Noirs, majoritairement Juifs, que Macron voudrait voir l’Algérie accueillir !

Votre focalisation sur la traitrise historique des Berbères vous a fait manquer la cible … Je vous rappelle que le rifain Amazigh Abdelkarim Al Khatabi a été vaincu par ses frères Amazigh Chleuhs, avec des mercenaires Amazigh Algériens …

Que pensez-vous de tous ces Algériens qui ont abandonné l’Algérie, alors qu’elle les a éduqués, nourris et soignés ? Ne sont-ils pas, quelque part, des Harkis ?

 

Katada 10 décembre 2017 - 8 h 18 min

 

Un harki reste un harkis toutes da vie, sans harkis la France ne pouvait pas rester en Algérie pas plus que 132 jours mais grâce à ces traître la France est rester 132 ans. Le français ne torturé pas c’est le harki qui le faisait avec plaisir le français ne comprenait pas l’arabe c’est le harki qui traduisait ce que les martyres préparées.

TOLÉRANCE 0 AVEC LES TRAÎTRES ON A PAS BESOIN DE VIRUS EN ALGÉRIE.

 

Lyes Oukane 10 décembre 2017 - 4 h 52 min

 

Bonjour à toutes et à tous,

Je viens de lire tous les précédents commentaires et certains sont dans le dénis pour ne pas dire dans la propagande et le mensonge le plus abject. Je m’explique. Qui sont ces harkis que Macron veut nous refiler ? Les épouses, les enfants et petits-enfants de supplétifs ? Non ! Pour la simple raison que ceux-là vont et viennent en Algérie en toute tranquillité et quand ils le veulent depuis au moins la mort de H. Boumédiene. Mieux, ils ont récupéré leurs biens (terres, maisons) sans aucunes entraves particulières pour peu qu’ils fournissent les documents demandés par l’Algérie. Donc ce n’est pas d’eux dont Macron parle. Il plaide pour une poignée de vieux harkis encore vivants. Ces derniers auraient donc attendu le crépuscule de leur vie pour, enfin, vouloir revenir au pays ? Et pourquoi quand ils étaient plus vaillants, ils n’ont pas remué ciel et terre pour avoir satisfaction ? J’aurais aimé les voir faire des grèves de la faim, manifester, s’excuser auprès du peuple algérien pour le mal qu’ils nous ont fait. J’aurais applaudi en les voyant hurler à tue-tête sur les plateaux Tv, dans les journaux tout le regret qu’ils avaient de nous avoir trahis. Hélas pour eux, ils ne l’ont jamais fait. Bien au contraire. Il est trop tard maintenant pour pleurnicher. Macron a bien dit et redit et ses prédécesseurs avant lui qu’ils étaient français, qu’il fallait les honorer alors, qu’il les garde encore quelques années jusqu’à qu’il n’en reste plus un seul vivant. Le problème se réglera de lui-même. Pas plus compliqué que ça. Tout le monde sait que nos immigrés à la retraite ne peuvent rentrer en Algérie définitivement. Il leur faut faire la navette entre les deux rives de la Méditerranée tous les 6 mois maxi. Sinon, ils perdent le peu d’avantages qu’ils ont cumulé toute leur chienne de vie en France … et il faudrait qu’on soit indulgents avec des traites ! Que cette tragédie serve de leçon à leurs enfants. Enfin, s’il y a des gens qui devraient avoir notre totale reconnaissance, parce que ceux-là sont des nôtres, c’est les bannis dans les lointaines colonies françaises (Guyane, Nouvelle Calédonie, Antilles, Madagascar …) Ceux-là oui, en fanfare et bouquets de fleurs qu’on les recevrait. En mon for intérieur, je soupçonne (je suis fortement persuadé) que Macron se contrefiche de ses papys harkis comme il se moque éperdument de nos chibanis immigrés qui ont trimé toute leur vie pour trois cacahuètes et deux noyaux de cerise. C’est un opportuniste de haute voltige. Comme tous les politicards c’est un hypocrite de premier choix. Il pense à sa gueule et l’Algérie devrait penser à la sienne.

 

    moms 10 décembre 2017 - 6 h 12 min

 

    Salam ! bien dis et leurs progénitures aussi ! ce sont de mauvaise graines pour notre beau pays !!

 

Numidia-DZ10 décembre 2017 - 4 h 03 min

 

Macron, Ils sont à vous, on vous les donne, ces Harkis. Gardez les bien dans vos musées.

 

Tinhinane10 décembre 2017 - 3 h 17 min

 

L’Élysée souhaite voir un harki sur le kourssi du président en Algérie.

Ces harkis ne sont des algériens. Que la France s’occupe de ses GOUMIYA.

 

DYHIA 10 décembre 2017 - 3 h 13 min

 

Je ne comprends pas pourquoi Macron ne veut pas respecter la volonté et le choix de ces harkis qui ont choisi le camp de la France coloniale.

Si je comprends bien, ces harkis sont indésirables partout. Eh oui, c’est le destin des traitres.

Il faut reconnaitre que la France est ingrate envers ceux qui se sont mis de son côté.

Que Macron garde ses harkis et ses pieds noirs

 

Nassira Tolguia   10 décembre 2017 - 1 h 42 min

 

Ce macron nous demande d’accepter ce que lui nous refuse : que la France DOIT demander PARDON AU PEUPLE ALGÉRIEN POUR TOUS LES CRIMES GÉNOCIDAIRES QU’ELLE A COMMIS EN ALGÉRIE DE 1830 À 1962…. Quant à nous – PEUPLE ALGÉRIEN – nous n’accepterons JAMAIS !!! Que les traîtres harkis reviennent en ALGÉRIE pour souiller notre sol sacré arrosé du sang de nos CHOUHADAS AL ABRAR !!! C’est définitivement : NOOOOOONNNNN !!! Pour les traîtres. Que les français sachent une chose et UNE FOIS POUR TOUTE : L’ALGÉRIE DE PAPA C’EST FINI…. TERMINÉ…… KHLASS……. WALOU…… !!!!!!!! Même si Bouteflika leur dit… oui ! Le PEUPLE ALGÉRIEN LEUR DIT ET LEUR DIRA AD VITAM AETERNAM : NNNNOOOOONNNNN… !!!! Est-ce bien clair, net et précis ? SI JAMAIS LES HARKIS REVIENNENT EN ALGÉRIE : ILS SERONT MASSACRÉS ET EXTERMINÉS JUSQU’AU DERNIER…. Caliche ?

 

Djemel 9 décembre 2017 - 23 h 50 min

 

Il y a eu les harkis durant la guerre d’Algérie. Il y a des collaborateurs avant la guerre. Que dirons-nous de ceux qui ont amené l’Algérie à la décennie de crimes islamistes, des islamistes qui ont fait pleurer chaque famille algérienne, de ceux qui ont conduit l’Algérie à la crise multidimensionnelle (économique, identitaire, culturelle, éthique…), à ceux qui ont dégradé l’école, à ceux qui ont détruit le système de santé, à ceux qui ont détournés des millions d’Euros pour acheter des biens à l’étranger, à ceux qui imposent un président absent sur les scènes nationale et internationale, à ceux qui ont fait du mal aux algériens et qui continuent à s’imposer… Tout ce monde a fait le choix de trahir le peuple algérien. Est-ce qu’ils sont différents des harkis ?

 

 Nectar 10 décembre 2017 - 11 h 06 min

 

    Entièrement d’accord avec vous, celle que vous avez citée est la pire espèce de Harki. Aussi sournoise quelle, elle n’existe pas. Les harkis qui ont rejoint le colonisateur ont fait leur choix et je pense qu’ils doivent l’assumer envers l’éternel…Quant à leurs progénitures, elles ont toujours voyagé ente l’hexagone et Alger depuis le début des années 1980.

 

Anti khafafich 9 décembre 2017 - 22 h 31 min

 

Si j’étais brizidane je dirais au macaroni : attend d’abord qu’ils soient morts, on suite on recevra seulement leurs cranes que nous déposerons au musée de traitrise créé à cet effet pendant au moins une 50 aine d’années de la même façon que vous avez fait à nos résistants. Deuil pour Deuil et crane pour crane.

 

Hocine-Nasser BOUABSA 9 décembre 2017 - 21 h 55 min

 

La réaction maladroite de MACRON au jeune algérien de 26 ans, qui lui demandait si la France va reconnaitre officiellement ses crimes coloniaux, a révélé le caractère impatient de ce président. Cette scène a démontré que le patron de l’Elysée ne maitrise pas l’aspect psychologique et émotionnel du drame franco-algérien.

 

Les HARKIS, étant des traitres et des assassins, sont passibles suivant la loi algérienne de peines très lourdes. S’ils reviennent en Algérie, leur place ne devrait être que la prison. Mais de toute façon, il leur faut comme tout citoyen français un visa. Malheureux sera ce Consul algérien qui leur en délivrera.

 

Monsieur MACRON, vous voulez contribuer à tirer la France de la crise, c’est à votre honneur. Et je vous souhaite bon courage et une grande réussite. Mais votre démarche ressemble pour le moment plus à une OPA sur l’Afrique qu’à une stratégie de développement, dont la France pourrait être la locomotive et en tirera grand profit.

 

Monsieur MACRON vous êtes mal conseillé. Formez une cellule exclusivement de cadres compétents africains originaires de TAMZGHA et du SAHEL (pas des vendus mais des gens dignes), qui vous permettra de comprendre et d’élaborer une stratégie pertinente sur le moyen et long terme. C’est dans l’intérêt de la France, du continent Africain et de toute l’Europe.

 

Anonyme 9 décembre 2017 - 21 h 49 min

 

Vous avez oublié la vague dévastatrice subsaharienne qui nous accable comme une maladie

 

Algérienne 9 décembre 2017 - 21 h 32 min

 

Ces criminels harkis sont encore vivants ?? qu’ils crèvent là où ils sont, ils ne sont pas considérés algériens ;

 

Moskosdz 9 décembre 2017 - 21 h 28 min

 

La France n’a qu’à garder et enterrer chez elle sa carcasse.

 

Chark 9 décembre 2017 - 21 h 21 min

 

Comment la France a traité les collabos 39/45 ?

Posez leur la question ….

 

    صالح/الجزائر     10 décembre 2017 - 9 h 12 min

 

    Elle a procédé l’épuration extrajudiciaire qui entraîna la mort de 10 000 personnes, la tonte de 20 000 femmes. L’épuration légale concerna plus de 300 000 dossiers, dont 127 000 entraînent des jugements, ce qui donne 97 000 condamnés. Les peines allant de 5 ans de dégradation nationale à la peine de mort.

 

Salah 9 décembre 2017 - 21 h 04 min

 

Il faut que la France fasse des excuses ensuite le dossier des traitres sera étudié comme la dis MELLO par voie référendaire

 

Didouche 9 décembre 2017 - 21 h 02 min

 

Pourtant, il a déjà tranché durant son 1er mandat en déclarant en France que le problème des harkis est un problème franco français. Qu’y va-t-il de changement depuis ? le plus grand problème pour notre pays est celui des harkis qui travaillent ici contre les intérêts de la patrie et du peuple.

 

MELLO 9 décembre 2017 - 20 h 50 min

 

Le harki est un individu qui a, non seulement, travaillé pour la France, mais il a dénoncé tous ceux et celles qui ont pris le maquis durant la révolution : c’est à dire un traître de la Nation. En 1962, ceux ont pu rester en Algérie avaient subi les remontrances de leurs concitoyens et avaient demandé pardon devant les « tribunaux populaires », ceux qui sont partis avec la France ne mérite aucun pardon. Ce dossier doit être traité par référendum populaire ; s’il le faut.

 

Mazouta Hamid 9 décembre 2017 - 20 h 46 min

 

Salem Alaykoum

 

Il n’y a pas question d’accepter le retour des harkis, il faut les bannir a jamais de l’Algérie, avec tous ce qu’ils ont fait comment peuvent-ils encore osez exiger leurs retours dans le pays qu’ils ont trahis, incroyable c’est du foutage de gueule, QUI TRAHI UNE FOIS TRAHIRAS A NOUVEAU, les harkis on fait leurs choix en trahissant l’Algérie et les Algériens, à présent qu’ils assument leurs choix, plus de retour en arrière, non au retour en Algérie des harkis

 

BECAUSE 9 décembre 2017 - 20 h 43 min

 

Petit à petit, étape par étape, marche par marche, les choses et les mentalités finissent par évoluer dans le bon sens vers l ‘ apaisement, la réconciliation et la reconnaissance mutuelle de toutes les mémoires de tous ceux qui sont nés en Algérie, qui y ont vécus et qui ont aimés et chérissent encore tendrement cette terre bénie, véritable source de pardon, de fraternité et d ‘ amitié entre les peuples et les religions.

 

9 décembre 2017 - 21 h 38 min

 

    A because : ca veut dire trahir ben mhidi ,didouche ,amirouche ,abane , lotfi , youghurta , massinissa , ait ahmed ,ben bella , ,,,,,,,trahir notre mémoire collective , trahir emir abdelkader, bouamama , lala ssoumer , petit omar , ali la pointe ……..vive le FLN DE 54 et non celui de 62 ans jours ! ça sent la trahison des doubles nationalités !

 

Lyes Oukane 10 décembre 2017 - 5 h 43 min

 

    @ Because « … apaisement, reconnaissance … de tous ceux nés en Algérie … » Si tu veux faire la bise sur le front de béchamel ( BHL ) et de l’autre tocard à la mandoline ( E. Macias ) c’est ton droit le plus absolu . Tu peux même leur préparer un couscous et leur faire la danse du ventre si ça te démange mais JAMAIS mais alors JAMAIS les harkis grabataires et leurs mentors n’auront de paix avec nous sur cette terre. Les algériens ont des défauts comme tout le monde . Le pire. C’est des rancuniers dans l’âme. Ils n’oublient jamais celui qui leur a fait du mal. Tiens-toi le pour dit.

 

Karimdz  9 décembre 2017 - 20 h 40 min

 

Il est clair qu’en dépit de la fierté d’être haki affichée, que les harkis souffrent, de la nostalgie du pays, de leur engagement, et surtout de la honte qu’éprouvent leurs enfants à l’idée que leur père a été collabo.

 

Maintenant il est vrai que la plupart des harkis ont disparu, il en reste plus beaucoup, leurs enfants tentent de reprendre le flambeau de l’histoire passé, mais il y en aussi, qui préfèrent ne plus en parler.

 

J’ai discuté une fois avec un enfant d harki, il m’a dit, c’est vrai nos parents ont fait des erreurs, mais regarde du temps du Prophète sur lui paix et salut, des pères ont été confrontés à leurs fils dans des combats mais quand le Prophète rli salat oua salam, a vaincu ses ennemis, il a pardonné.

 

Personnellement je n’ai pas vécu cela, je laisse le soin aux descendants de chouhadas, aux derniers moudjahidines, le soin de se prononcer.

 

Mais il faut rappeler que si leur décision quant à un geste de pardon de notre pays est décidé, que ces harkis ou enfants d harkis cessent immédiatement leurs propos anti algériens, c’est un minimum.

 

Rayes Al Bahriya 9 décembre 2017 - 20 h 30 min

 

La France veut revenir avec ses harkis nous Emmerder et nous rendre la vie infernale.

Déjà qu’avec les terroristes des GIA ..AIS on Vis l’enfer.

Cea harkis qu’ils restent en France.

Après ça sera les pieds noirs

Ensuite il ne nous restera rien.

Nos Chouhada morts assassinés par les hordes

De l’armée coloniale et leurs 5e colonne les harkis,

Ne doivent pas être assassinés une 2nde FOIS.

On doit défendre la mémoire éternelle de nos chouhada.

Allah yarham echouhada.

Kassaman binazilat AL mahikat.

 

Abou Stroff  11 décembre 2017 - 10 h 16 min

 

    Ce que je trouve stupéfiant dans cet article n’est pas le fait de discuter sur la possibilité pour les harkis (le plus jeune doit avoir au moins 70 ans) mais le fait que ould abbès avance que « Le dossier du retour des harkis est entre les mains de Bouteflika ».

    En effet, je n’ai pas souvenir que Bouteflika ait été élu sur la base d’un programme contenant le retour en Algérie des harkis comme je n’ai pas souvenir que les algériens lambda ait « investi » Bouteflika pour prendre une décision concernant ce problème.

    Moralité de l’histoire : doit-on, dans toutes les situations (comme l’amnésie qui nous est imposée concernant les assassins de femmes et d’enfants, par exemple) subir (…) ?